[ Recap ] Undécent semaines #2023-19-20

Dans ce recap, nous vous proposons un aperçu des articles publiés dans la semaine sur le site. Vous y trouverez des liens vers les articles complets au cas où vous les auriez manqués.

[Test] Lumen, le monde perdu.

Lumen
2 joueursBruno CATHALA, Corentin LEBRAT
10 ansVincent DUTRAIT
30 minutesLumberjacks
Roll and write, conquêteBlackrock Games
05/05/23 Fantasy
PVC : 32€ et dans

Lumen est un jeu que je surveille depuis un moment. J’aime beaucoup les jeux de son co-auteur, Bruno CATHALA, dont je guette toutes les sorties. Ayant eu la chance d’aller au festival du jeu à Cannes, je me suis procurée mon exemplaire en avant-première au stand Lumberjacks.

Lumen est un jeu unique proposant un univers merveilleux souligné par les pinceaux de Vincent Dutrait. Le nom du jeu correspond à une source de vie et de pouvoir, vecteur d’équilibre entre la lumière et l’obscurité. Ainsi, deux peuples vont s’affronter pour collecter ces précieux lumens sur les territoires.

Retrouvez l’article complet : https://undecent.fr/2023/05/08/lumen/

[Test] Focus – Élémentaire, mon Sher … lock !

2 joueursAntonin Boccara, Romaric Galonnier
10 ans et +Simon Caruso
15 minutesOldchap Games
Déduction, coopératif, communication limitée, jeu à deuxBlackrock Games
Mai 2023 Sherlock Holmes, Watson, Arthur Conan Doyle
PVC : 13 € dans votre boutique favorite ou dans

Oldchap Games ?

L’éditeur toulousain Oldchap Games et son équipe de 5 joyeux lurons (Antonin Boccara, Jules Messaud, Paul-Adrien Tournier, Jan-Baptiste Frémeaux, Thomas Luzurier) a à son actif des jeux sympas, variés, originaux et de qualité :

  • du coopératif complètement fou (Panic Island et Little Panic Island),
  • du jeu d’ambiance où l’on dit n’importe quoi (Rimtik),
  • un coop’ qui réveille les morts (Fiesta de Los Muertos et son extension La Catrina),
  • du solo avec des défis (Pierre de Coba, Par Odin),
  • du duo coop’ (Complices),
  • et enfin de jeu d’observation et de réflexe (Gobbit).

Petites boîtes, petits jeux mais souvent de belles expériences de jeu.

Focus ne déroge pas à cette règle avec ce jeu dont Arnaud vous a déjà parlé lors de la 4ème édition des Ludendrômes, lorsque le jeu s’appelait Les Carnets de Watson dans sa version prototype déjà bien aboutie en terme de mécaniques de jeu.

Focus et mise en bouche de l’éditeur

Pour égayer les longues nuits d’hiver où parfois les enquêtes se font rares, le docteur Watson a inventé un jeu pour son ami Sherlock Holmes. Dans ce jeu, il faut se fier à son intuition tout en observant chaque détail des pièces à conviction. De quoi entraîner son sens de la déduction…

Et rien de tel pour illustrer l’univers de Sherlock Holmes que d’écouter la chanson des frères Boccara 😉

Un jeu à la Codename plus simple mais plus dur !!??!!

Vous aimez les jeux de déduction coopératifs à la Codename où il faut communiquer avec son équipe ou son partenaire sans dire un mot ? Alors vous allez apprécier Focus,un jeu qui fait parler de lui mais … sans parler !

Un jeu pour 2 joueurs où vous allez devoir faire deviner à votre partenaire une carte secrète, tirée de ce qu’aurait pu être les carnets de dessins de Watson, mais tout en cherchant la sienne.

Comment ? En utilisant des indices visuels. Elémentaire non ?

Mais attention, si vous prenez la carte de votre partenaire, c’est perdu ! Et ce ne sera pas aussi simple que cela, je vous l’assure !

3 modes de jeu pour augmenter le niveau de déduction attendu

Focus est un jeu coopératif, d’association d’images et de déduction créé par Antonin Boccara et Romaric Galonnier, illustré par Simon Caruso. Il se joue en 15 minutes environ, à partir de 10 ans.

Il contient de nombreuses illustrations et surtout 3 modes de jeu pour varier les plaisirs et les difficultés : les modes Watson (normal), Sherlock (dur) et Mycroft (infernal !). Et en bonus, le mode Miss Hudson qui nous embarque dans une mise en place liée à plusieurs œuvres d’Arthur Conan Doyle !

Alors, prêts à relever le(s) défi(s) ?

Retrouvez l’article complet : https://undecent.fr/2023/05/10/test-focus/

[Test] Black Rose Wars – Un jeu tout simplement Magic

2-4 joueursMarco Montanaro
10 ans et + (conseillé 12 ans)Henning Ludvigsen, Paolo Scippo, Tommaso Incecchi, Fernando Armentano, Giovanni Pirrotta Note
90 à 120 minutesLudus Magnus Studio
Deckbuilding, combinaisons, planificationLégion Distribution
2019 Renaissance italienne fantastique, médiéval fantastique
PVC : 100 € dans votre boutique favorite ou dans

Un jeu Ludus Magnus Studio ?

Benjamin, adhérent récent de notre association jeux des jeudis soir à Voyer, avait à cœur de nous présenter Black Rose Wars. C’est la première fois que je me lançais dans des parties d’un jeu édité par Ludus Magnus Studio (LMS) et distribué en VF par Légion Distribution, en attendant de faire des parties de D.E.I. (distribué par Intrafin qui édite maintenant certains jeux de LMS) par exemple…

Et qu’est -ce qu’il a eu raison ! Ce jeu est excellentissime, tout simplement.

Un KS réussi

Black Rose Wars est un jeu mastodonte, sorti du financement participatif et arrivé en boutique en 2019. Financé à plus de 1,3 millions de $, il a su séduire dans sa version Kickstarter plus de 8600 pledgeurs.

D’énormes boites remplies à ras bord par plus de 370 cartes et 33 figurines pour le jeu de base. Nous ne l’avons pas encore testé avec les extensions Hidden Thorns et CRONO. Le jeu de base est déjà très complet.

La version Rebirth (qui sort en cette fin d’année en VF) était en campagne de financement en 2021 et est distribuée par Intrafin ; elle conserve les mêmes bases et les fans de la première version y verront plutôt une refonte upgradée du jeu de base avec quelques règles différentes et une compatibilité avec le jeu de base pour une rejouabilité extrême.

25 ans plus tard, après la dernière guerre, les mages sont ici, dans la Loge, pour rétablir l’ordre. Les pièces sont cassées et il est temps de les reconstruire. La Rose Noire est toujours là.

Je n’aime pas les améritrashs, je mérite un sort

Autant vous le dire de suite, je ne suis pas du tout fan des jeux avec plein de figurines, dits améritrash, où il faut « simplement » se déplacer et se taper dessus. Je caricature mais ç’est souvent l’impression que ce type de jeu me donne. Surement à tort.

J’ai donc été réticent à l’idée d’en faire une partie d’autant plus que je savais que l’on partait pour d’assez longues sessions (tout du moins pour la première partie).

Mais finalement le jeu n’est pas un vrai ameritrash – ouf ! – puisqu’il propose des mécaniques comprenant très peu de hasard : de la planification de sorts qui, figurez-vous, rappelle un peu la planification à l’aveugle d’un Colt Express, du deckbuilding, du choix d’action, de la course au score, des combinaisons d’effet suite à leur planification, des combats simples, sans dés et sans pioche de cartes, des calculs de majorités, de l’activation de lieux, des déplacements simples sans hasard également.

Bref, les figurines sont là pour faire l’effet wouahou mais la mécanique se rapproche d’un bon, d’un très bon Eurogame.

Et Black Rose Wars est tout de même un jeu de combat mais surtout de lancer de sorts qui pourrait aussi être apparenté à l’univers du célèbre Magic, de par les combinaisons de cartes que l’on pourra faire suite à la planification et la présence non pas de 5 couleurs comme son prédécesseur, mais de 6 écoles de magie.

Nova Aetas : Nouvel Age et Guerre des Roses

Turin, Italie.

Black Rose Wars est avant tout un jeu de deckbuilding, de stratégie et de combats dans un univers Renaissance fantastique qui se déroule dans l’univers de Nova Aetas cher aux Italiens de Ludus Magnus Studio.

Incarnez un Mage de l’Ordre de la Rose Noire à la fin du XVème siècle. Placé en cellule au début du jeu vous aspirerez à devenir le nouveau Mage Suprême de la Loge. Ce qui vous permettra d’acquérir le puissant pouvoir de l’artefact de la Rose Noire et de la magie oubliée.

Le décor est planté.

De belles mécaniques pour cet amérigame ou eurotrash

Au début de la « bataille », les mages commencent avec un grimoire de quelques sorts et au fur et à mesure de leurs études leur grimoire augmente bien entendu.

Les mages doivent satisfaire les désirs de la Rose Noire, gagner en puissance et se battre.

Chaque mage a à sa disposition six écoles de magie, chacune ayant sa propre stratégie pour anéantir ses adversaires et augmenter sa puissance. Le mix à bon escient de chacune d’elles sera le sésame vous donnant accès à la victoire.

Les mages se rencontreront dans une arène modulaire composée de salles hexagonales. Ils pourront invoquer de puissantes créatures et lancer de 2 à 5 sorts destructeurs (dont un sort dit rapide que l’on peut lancer un peu quand on veut). Des sorts qu’ils auront planifiés en les plaçant dans un certain ordre, sur leur plateau personnel, face cachée. Chaque sort dans Black Rose Wars a deux effets différents, ce qui augmente la capacité d’adaptation du joueur pendant le combat.

Les sorts seront révélés, des quêtes résolues, des salles activées grâce à des capacités de déplacement puis parfois détruites ; des Morts Vivants seront invoqués, des pièges et des protections posés, des mages attaqués, blessés puis tués – heureusement ils renaissent dans leur cellule de départ ; c’est bien vu car ça donne une très bonne dynamique au jeu où même si vous passez de vie à trépas, vous pourrez revenir rapidement pour en découdre.

Et le tout sans être contraint par un système de Mana ; tous les sorts étant activables. Le jeu offre alors la mise en place de véritables stratégies, et des combinaisons d’une richesse et d’un équilibre rarement vus.

Le jeu se déroule en un nombre indéfini de tours et s’arrête quand un joueur ou la Rose noire, qui progresse tranquillement sur la même piste de points de victoire que nous, a atteint les 30 Pvs.

Alors prêt à devenir LE mage de la loge et supplanter les autres mages et … la Rose Noire ?

Retrouvez l’article complet : https://undecent.fr/2023/05/18/test-black-rose-wars-un-jeu-tout-simplement-magic/

[Test] Bye Bye Mr Fox … gare au renard gourmand !

1-4 joueursMarie et Wilfried FORT
5 ansGaëlle PICARD
10 à 15 minutesBlue Orange
Coopération, Motricité Fine et EchangesTribuo
Mai 2020 Animaux, ferme
22€90 et dans

BYE BYE Mr FOX est un jeu créée par les auteurs de « Mr Wolf » (As d’or 2019) et « La Vallée des Vikings », entres autres.

Bye Bye Mr Fox est un peu dans la continuité de Mr Wolf, par son univers, son nom et son design.

Toutefois, on le verra un peu après, sa mécanique de jeu est moins élaborée et riche que pour son prédécesseur, même si celui-ci marche également très bien sur le public visé.

Alors si vous comptez venir en aide à ces pauvres petites poules qui sont dévastées par ce filou de Mr Fox, il va falloir avoir de la chance, faire preuve d’une bonne communication entre vous et surtout, ne pas avoir peur de casser certains œufs…. afin de sauver ceux qui peuvent l’être et ainsi assurer la continuité du poulailler !

Retrouvez l’article complet : https://undecent.fr/2023/05/19/bye-bye-m-fox/

[Test] Rivality, envoyez vos Golems pour contrôler le puit de Mana !

1 – 4 joueursFrançois Bachelart
10 ans et +Lucie Mercier
20 – 30 minutesNostromo Éditions
Pose de tuiles
Affrontement, majorité
Atalia
Mai 2023 Magiciens et Golems
PVC : 30€ et dans

En voyant la boite du jeu Rivality, nos yeux ont immédiatement pétillé d’envie d’y jouer. Il faut déjà avouer que nous avons une affection toute particulière pour les Golems, mais cette boite de jeu dégageait vraiment quelque chose de coloré et pétillant. 

En plus de cela, nous avons plus qu’adoré le jeu Aetherya, un jeu du même auteur, François Bachelart, sorti il y a un peu plus d’un an, ce qui nous donnait d’autant plus envie de tester Rivality, qui possède une boite sensiblement identique en terme de form factor, et tout aussi colorée et attirante !

Pour autant, Rivality et Aetherya n’ont vraiment rien à voir en terme de mécanique ! On peut seulement ressentir dans les deux cet aspect de jeu ingénieux, presque abstrait mais avec tout de même un univers, qui donne un design très joli au jeu mais qui ne prend pas trop de place !

Au final, Rivality qu’est-ce que l’on en pense ? Et bien c’est un petit coup de coeur pour nous !

Le jeu est d’une extrême simplicité, mais peut être augmenté en difficulté pour ceux qui le souhaitent, la mécanique est très ingénieuse, casse tête mais sans être infernal pour autant, et cet univers de sorciers et de Golems est vraiment joli et agréable à jouer ! 

Dans Rivality, les joueurs devront agencer leur tuiles de la façon la plus ingénieuse possible, afin de prendre le contrôle des territoires, et acquérir toute la magie du puit de Mana, afin de devenir le plus puissant magicien…!

Retrouvez l’article complet : https://undecent.fr/2023/05/20/rivality/

A la semaine prochaine pour de nouvelles aventures !

Hello asso

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez soutenir Undécent en effectuant un don à cette adresse :

Votre soutien nous aidera beaucoup à acheter les jeux qui nous manquent, à nous déplacer dans les événements, à payer l’hébergement du site etc… cela nous permettra de proposer encore plus de contenu et de meilleure qualité.

En plus c’est déductible des impôts !

Régulièrement, nous offrons à des donateurs et membres de l’association des jeux que nous avons chroniqué.

Si vous voulez devenir membres de l’association, vous pouvez adhérer ici :

Veuillez noter qu’il se peut que les jeux ne soient pas neufs, ils ont certainement servi aux tests.

Un énorme merci à tous les membres et donateurs pour leur contribution, vous êtes géniaux !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire