[Test] Défis Nature, le grand jeu

Nature2-6 joueursNaturenon crédité
Nature7 ansNaturenon crédité
Nature30 minutesNatureBioviva Editions
NatureCartes, batailleNatureNature, Animaux
Nature30€95 chez Natureet dans Nature
Défis Nature

Autour de 7 ans, les enfants, en général, adorent les animaux. Alors quand un jeu qui fait la part belle à la faune mondiale existe, qu’il est en plus éco-conçu et fabriqué entièrement en France, on se dit « Voilà le jeu parfait pour mes enfants » !

Défis Nature, le grand jeu est la version XL des jeux Défis Nature est ceux-ci peuvent être compatible avec leur grand frère. Cette gamme promet de découvrir plein d’animaux de monde (ici 72). Chaque carte présente les caractéristiques d’un animal (longueur, poids, queue, longévité, temps de gestation) mais également son degré de menace d’extinction. Un texte décrit également l’animal avec des anecdote, son habitat, son régime alimentaire.

Les enfants pourront donc en apprendre plus sur des animaux qu’ils connaissent, mais parfois aussi sur des animaux qu’ils ne connaissent pas. Ils pourront surtout être sensibilisés au phénomène inquiétant des disparitions animales et Défis Nature, le grand jeu pourra servir de prétexte à la discussion sur ce sujet.

Dans Défis Nature, le grand jeu, les joueurs vont s’affronter en misant sur les meilleures caractéristiques des animaux et parier sur le fait que le leur est plus fort dans cette caractéristique. Mais attention, un dé peut tout remettre en question, alors choisissez bien votre animal !

Qu’est ce qu’on trouve dans la boîte ?

  • 1 plateau rond « rapidité »
  • 6 plateaux rectangulaires « continents »
  • 72 cartes « défis nature »
  • 5 cartes collector
  • 1 dé « continents »
  • 1 dé « aléas »
  • une soixantaine de vrais cailloux « points de victoire »

Comment on joue à Défis Nature, le grand jeu ?

La mise en place

On positionne le plateau Rapidité au centre de la table. Chaque joueur prend un plateau Continent.

Jusqu’à 5 joueurs, on distribue aléatoirement une carte collector à chaque joueur, à 6, on les mélange avec le reste des cartes.

On mélange les cartes et on en distribue 6 à chaque joueur. Le reste des cartes constituent une pioche qu’on place à proximité de l’aire de jeu.

On garde les dés à portée de main et on crée une réserve de points de victoire à portée de tous les joueurs.

Le tour de jeu

Un tour de jeu se décompose en 6 étapes :

  1. Épreuve de rapidité : Le joueur le plus âgé lance le dé continent. Il figure sur chaque face l’un des 5 continents et une face « défis nature ». Le premier joueur qui tape sur le continent correspondant au résultat du dé sur le plateau rond prend la main. Si la face « défis nature » est obtenue, il faudra taper sur la case centrale du plateau rond.
  2. Choix de la carte : Chaque joueur prend connaissance de ses cartes et en choisit une qui mènera la bataille. Il positionne la carte face cachée devant lui.
  3. Surprise : On lance le dé Aléa. Selon la face, il est sans effet, fait tourner les cartes face cachée d’un joueur vers la gauche, donne 2 PV au gagnant de la bataille (au lieu de 1), donne le gain de la bataille à la valeur de caractéristique la plus petite (au lieu de la plus grande), ou désactive les pastilles de couleur des espèces menacées.
  4. Bataille ! : Le joueur qui a la main regarde secrètement la carte posée devant lui et choisit la caractéristique chiffrée qu’il estime la plus forte pour son animal et annonce aux autres joueurs la caractéristique et la valeur choisie (« poids : 300 kg »). Dans le sens des aiguilles d’une montre, les autres joueurs annoncent leur valeur de la caractéristique choisie par le joueur qui a la main. La plus grande valeur l’emporte. Un joueur qui a un animal plus en danger que celui du joueur actif peut changer la caractéristique de la bataille.
  5. Décompte des points : Le joueur qui a remporté la bataille place un point de victoire (un caillou) sur le continent désigné par l’épreuve de rapidité. Si l’animal est issu de ce continent ou si le dé est sur la face « défis nature », il en place 2.

Au début de chaque tour, les joueurs ont l’opportunité d’échanger des cartes. Il défausse alors des cartes pour un effet immédiat et pioche pour remonter sa main à 6 cartes. Il ne participera pas à la bataille du tour :

  • Défausser deux cartes d’espèces en danger critique : placer 2 points de victoire sur un continent de son plateau individuel.
  • Défausser 2 cartes d’espèces en danger : placer 1 point de victoire sur un continent de son plateau individuel
  • Défausser 3 cartes d’espèces vulnérables : placer 1 point de victoire sur un continent de son plateau individuel
  • Défausser 3 cartes de continents différents : permet de retirer un point de victoire d’un plateau d’un autre joueur.

Le gain de PV par échange ne permet pas de gagner la partie.

La fin de partie

Dès qu’un joueur parvient à placer 2 PV sur chacun des continents, il gagne la partie.

Est-ce que c’est bien ?

Ce que j’ai ❤️:

  • De belles photos d’animaux
  • La description des animaux sur les cartes
  • Le système d’espèces en danger
  • Un jeu éco-conçu, localement produit
  • Les cailloux en guise de jetons points de victoire
  • Des animaux connus, et moins connus voire pas connus du tout

Ce que j’ai 💔

  • Les batailles qui font penser à des combats de Pokemon
  • Défis Nature, le grand jeu n’est pas très adapté à des non lecteurs
  • J’aurais aimé une carte pour le plateau central
Nature

Design

J’aime bien le design de Défis Nature, le grand jeu et les enfants aussi. Les photos sur les cartes sont plutôt jolies. Elles ont un contour correspondant à leur continent, ce qui permet de les reconnaître facilement.

Les caractéristiques sont bien choisies et sont plutôt méconnues même pour des animaux connus : savez vous combien dure la gestion d’un panda ?

Le texte en bas des cartes ne sont pas très longs et contiennent des informations intéressantes.

Les cartes collector sont quand à elles vraiment jolies avec un effet métallique très agréable à regarder. Les illustrations sont très épiques !

L’idée de fournir de petits cailloux pour les points de victoire, c’est vraiment original et très agréable ! Pourquoi n’y a t-on pas pensé avant ?? Les enfants adorent (quand ils ne se les jettent pas à la tête ! 😀 ).

Mon petit bémol c’est le plateau central, j’aurais aimé une carte pour que les enfants apprennent où se trouvent les continents. Cette carte est présente sur la plateau individuel, mais ça aurait été cool qu’elle soit reproduite, sans les couleurs sur le plateau central pour plus de challenge !

Dans l’ensemble, Défis Nature, le grand jeu est bien agréable à regarder, Bioviva a fait un gros effort au niveau design, par rapport à Bioviva le jeu.

Nature

Qualité du matériel

La qualité du matériel de Défis Nature, le grand jeu est plutôt bon, bien meilleur que pour Bioviva le jeu. Les cartes sont de vraies cartes comme on peut en trouver dans d’autres jeux.

Les dés sont en bois et semblent de bonne qualité. Les autocollants ne semblent pas vouloir se décoller.

Les cailloux sont…. des cailloux mais ne s’effritent pas, ils sont ni trop grands, ni trop petits, et n’ont pas d’arrêtes tranchantes.

Les plateaux sont d’une épaisseur standard.

Dans l’ensemble, Défis Nature, le grand jeu fait beaucoup moins cheap que Bioviva le jeu même s’il est fabriqué dans la même fabrique de Saint Paul les Trois Chateaux (26) et pour la même gamme de prix. Comme quoi on peut être éco responsable et local avec du bon matériel.

Nature

Thème

Un jeu avec des animaux, ça plait instantanément et à coup sûr aux enfants et les look des cartes avec les photos attirera l’œil de vos marmots. Mais la mécanique est-elle vraiment en adéquation avec le thème ? je ne trouve pas.

On se lance dans des batailles d’animaux un peu à la manière de Pokemon. Je ne trouve pas cela très raccord avec le thème du jeu qui est la biodiversité et les espèces menacées.

Par contre les informations sur les cartes et surtout la pastille de menace, c’est top et cela permet d’enclencher des discussions de sensibilisation avec les enfants. Savoir qu’un panda tout mignon risque de ne plus exister dans le futur, ça interpelle forcément les enfants.

La liste rouge de l’UICN (Union internationale pour la conservation de la nature ; en anglais IUCN Red List), créée en 1964, constitue l’inventaire mondial le plus complet de l’état de conservation global des espèces végétales et animales. Elle se présente sous la forme d’une base de données en ligne régulièrement actualisée, exposant la situation de plus de 105 732 espèces (version 2019) sur les 1,8 million d’espèces connues.

Elle est de plus en plus utilisée pour alerter sur la régression de certaines espèces (ou leur disparition), mais éventuellement parfois pour justifier de ne rien faire (si une espèce n’est pas très menacée, ou si son statut de menace n’est pas connu). Son principal but est d’alerter le public, les aménageurs et responsables politiques sur l’ampleur du risque d’extinction qui frappe de nombreuses espèces et la nécessité urgente de développer des politiques de conservation. Elle incite et aide ainsi la communauté internationale à agir dans le sens de la réduction du taux d’extinction des espèces menacées.

Malgré cela, grâce aux données récoltées pour la constitution de la liste, l’UICN estimait en 2006 qu’une espèce de mammifères sur quatre, une espèce d’oiseaux sur huit, et un tiers des amphibiens étaient menacés de disparition. Malgré des améliorations observées dans de nombreuses aires protégées, la situation s’était encore dégradée en 2007, puis en 2012, avec au moins 41 % des amphibiens, 33 % des récifs coralliens, 30 % des conifères, 25 % des mammifères, et 13 % des oiseaux menacés d’extinction. L’aggravation se poursuit en 2019 avec 28 338 espèces menacées d’extinction pour 105 732 espèces évaluées, dont quatre espèces de grands singes sur six classées en danger critique d’extinction. Chez les mammifères, les causes principales sont « la chasse illégale et la destruction des habitats »

Nature
Nature

Mécanique

La mécanique de Défis Nature, le grand jeu est assez simple et convient très bien à des enfants pourvu qu’ils sachent lire. Avec des enfants non lecteurs, on peut faire des équipes ou des binômes avec un lecteur, mais c’est beaucoup moins pratique.

On place un animal qui a les meilleurs caractéristiques en priant pour que le joueur actif annonce la meilleure. Si on est le joueur actif, on a bien sûr un énorme avantage, d’où l’importance de gagner l’épreuve de rapidité.

Bon je vais être claire, la mécanique est très anecdotique, il y a un peu de stratégie, mais c’est très léger. L’intérêt du titre est de découvrir des animaux qu’on ne connait pas et d’en apprendre plus sur les animaux qu’on connait. Par exemple, vous savez tous ce qu’est une girafe… et bien saviez vous que son temps de gestation est de 450 jours soit plus d’un an ? Le bouquetin des alpes a des cornes mesurant jusqu’à 1m40, dingue, non ?

Bref, le jeu, c’est surtout un prétexte, un très bon prétexte pour en apprendre plus sur les animaux, et quand on a des enfants dingues d’animaux, ça marche à merveille.

L’épreuve de rapidité mettra une certaine ambiance et une certaine fébrilité autour de la table, surtout quand on sait qu’être le joueur actif est hyper avantageux !

Si vous tombez sur des animaux avec de grosses stats comme le bison d’Europe (oui, nous avons des bisons en Europe, éteints depuis le début du 20ième siècle, il existe des programmes de réintroduction) ou l’éléphant d’Asie, vous pourrez l’emporter même si vous n’êtes pas le joueur actif, par contre aucune chance si vous avez le Tamia de Sibérie ou le Suricate. Du coup, selon votre main, vous aurez plus ou moins les crocs lors de l’épreuve de rapidité.

Heureusement, il est possible de manipuler un peu la bataille grâce au niveau de danger des animaux. En effet, un joueur qui a posé un animal plus en danger que celui du joueur actif peut imposer une autre caractéristique à prendre ne compte pour la bataille. Du coup les gros animaux très en danger comme le Rhinocéros de Java sont très recherchés.

Cette mécanique atténue un peu l’avantage du joueur actif et force les joueurs à bien choisir leur animal, en terme de statistiques mais aussi en terme de menace.

Les cartes collector permettent de changer un peu les règles du jeu, voire de gagner prématurément.

Dans l’ensemble, les enfants apprécient de découvrir les animaux, de jouer à les comparer et de taper sur le plateau central. Pour les adultes, le jeu est bien trop léger d’u point de vue mécanique, même si on se surprend à s’intéresser aux animaux et den apprendre plus sur leurs caractéristiques.

ze meeple

Simplicité des règles

Les règles sont très simples et s’expliquent en quelques minutes. Aucun retour à la règle n’est nécessaire et des enfants lecteurs pourront être autonomes pour jouer à Défis Nature, le grand jeu.

Nature

Mise en place / Rangement

Aucun problème de ce côté là, le jeu n’est essentiellement constitué que de cartes, il se met en place rapidement et se range tout aussi vite.

Conclusion

Défis Nature, le grand jeu ne brille pas par sa mécanique mais plutôt par les informations qu’il délivre aux enfants. A la limite du jeu éducatif, Défis Nature, le grand jeu regorge d’animaux dont certains sont vraiment inconnus ou dont on ignore le véritable nom. D’autres sont plus connus mais la carte affiche des éléments qu’on ne connait pas vraiment. Les enfants fans d’animaux pourront lire et relire les cartes sans même jouer au jeu, et ils deviendront vraiment incollables sur le sujet. Notez que Défis Nature, le grand jeu est compatible avec pas mal de boites Défis Nature pour plus de variété.

Arnaud
Nature
Nature

Source : Wikipédia

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 5 septembre 2021

    […] Retrouvez l’article complet : https://undecent.fr/2021/08/30/defis-nature/ […]

Laisser un commentaire

It's Alive !
Pas de stream pour l'instant
%d blogueurs aiment cette page :