[Test] Motu – L’harmonie tahitienne tient maintenant dans une boîte

1-6 joueursScott Almes
8 ans et +Olivier Danchin
30 minutesGhost Dog Games
Pose de cartes, superposition, placementTerritoires ultramarins, Tahiti, nature, océan
? dans votre boutique de jeux favorite !

Motu, c’est tout un programme enchanteur

Selon la légende, la déesse Pau Motu utilisa ses filets pour remonter à la surface de l’océan les îles qui avaient été englouties par le dieu Yno Tahu. Vous allez l’aider à redonner vie à ces iles en prenant garde à préserver le fragile équilibre de la nature et des peuples qui y habitent.

Et peut-être saurez-vous créer la plus harmonieuse des îles de l’archipel ?

3 ans, des ciseaux du PNP à la sortie boutique

Motu est un jeu qui était sorti dans la très bonne gamme Print&Play Time de chez Superlude, supervisée de A à Z par Antoine Davrou qui maintenant édite ses jeux chez Ghost Dog Games (Myriades, Rainbow 7).

Pour des raisons que tous les PNP connaissent – à savoir qu’il n’y a pas autant de joueurs que cela de la communauté ludique qui sont prêts à imprimer leur jeu et à prendre leurs ciseaux pour leur donner vie -, leur avenir est voué à rester sur des sorties très confidentielles – hors confinement où le PNP s’était trouvé un public plutôt provisoire.

C’est ainsi qu’Antoine Davrou a d’abord fait une tentative de réédition du PNP Tribunal 1920 qu’il a sorti en boutique l’an dernier.

Scott Almes ça vous parle ? Et Olivier Danchin ?

On doit le jeu Motu à Scott Almes s’il vous plait auteur de la série des Tiny Epic, des excellents Boomerang et des non moins fameux Almanach que je ne peux que vous conseiller.

Le jeu est magnifiquement illustré par Olivier Danchin à qui l’on doit les illus’ d’Unlock Kids et de Mysterium Kids, avec Antoine Davrou à la direction artistique. Un style graphique qui volontairement ou non n’est pas sans rappeler certaines œuvres naïves propres aux peuples de Polynésie.

Constituer son territoire, répondre à des objectifs, scorer en 3 fois

Motu est un jeu pour 1 à 6 joueurs à partir de 8 ans pour des parties de 20 mn environ. Un jeu très malin et riche de choix, de constitution de territoire unique par pose et superposition de cartes.

Un seul mot d’ordre : Affûtez vos pointes de lances, aiguisez vos haches, harnachez vos hameçons, comptez vos noix de cocos car nous allons devoir créer une île volcanique où tout se paiera avec le fruit du cocotier et dont les activités humaines, comme la pêche, la chasse ou la construction de pirogues devront être en symbiose avec la nature. En effet certains objectifs de scoring viseront à ce qu’il y ait plus de ressources que de prédateurs. La quête d’une harmonie dont on ne pourrait que s’inspirer.

Comme dans toute civilisation tribale, les symboles ont un sens qu’il ne faudra pas négliger c’est pourquoi les totems différents (salamandre, masques tribaux, lune …) devront être les plus nombreux possibles et les volcans, qui sont des dangers potentiels devront être les plus espacés de notre village mais pas trop loin tout de même car leur présence aura sûrement une fonction cultuelle voire sacrificielle non négligeable pour les autochtones.

Une partie de Motu se joue en 9 tours. Eh oui on ne posera que 9 cartes … et ça de plus en plus vite au fur et à mesure des manches ! Et c’est simple : à chaque tour, les joueurs vont prendre une carte de la Ligne (et poser des noix de cocos en guise de monnaie si on la prend au delà de la première carte) et l’ajouter à leur île en la superposant à une ou plusieurs autres cartes déjà en place mais en recouvrant un symbole déjà présent sur une autre carte.

Deux fois par partie, ils feront un décompte de leurs points d’harmonie avant de les cumuler au décompte final. Mais, malin, c’est le joueur qui choisit quel type de ressource il voudra faire compter parmi 6 disponibles. D’abord 1 ressource à la fin de la première manche, puis 2 et enfin les 3 restantes. Il pourra y avoir des surprises, des déconvenues mais aussi des coups de maîtres !

Cerise sur le gâteau : un Voyageur pourra venir vous épauler pendant la partie et, pour pimenter l’affaire, vous pourrez même tenter d’acquérir un objectif à valider mais au risque de prendre du malus !

Voilà c’est simple non ? Petite visite guidée au pays de la déesse Pau Motu.

Qu’est ce qu’on trouve dans la boîte ?

  • 58 cartes Île
  • 6 cartes Village (cartes de départ)
  • 6 cartes Voyageur
  • 10 mini-cartes Objectifs
  • 1 carte Solo
  • 28 jetons Noix de coco
  • 1 Réglette volcanique
  • 1 carnet de de score à feuilles recto verso
  • 1 livret de règle en français
  • 1 livret de règle en anglais

Comment on joue à Motu ?

Mise en place :

1. Faites un peu de place sur la table, vous ne savez pas par avance quelle forme va prendre votre île. Donnez aléatoirement à chaque joueur 1 carte Village (parmi les 6 disponibles) qu’il placera devant lui, face visible. Cette carte sera la première de son île. Mélangez les cartes Île. Placez 4 cartes Île en ligne, face visible. Cela formera la rivière de carte ou un tapis roulant, c’est comme vous voulez.

Constituez 3 piles de cartes Ile à droite de cette Ligne : Les piles A, B et C. Chacune est composée d’un nombre de cartes dépendant du nombre de joueurs (exemple pour 3 joueurs : Pile A : 12 cartes, pile B : 9 cartes, pile C : 6 cartes). La pile A sera la plus proche de la rivière de cartes, la pile C la plus éloignée (les piles B et C seront en fait en attente).

Chacun reçoit une carte Voyageur.

On place à disposition autant de cartes Destins qu’il y a de joueurs plus 1.

Les autres cartes ne seront pas utilisées. Chacun reçoit 5 jetons Noix de coco. On prend la feuille de score (qui fera aussi aide de jeu pour anticiper le comptage) et la réglette volcan qu’on laisse à portée de main.

Tour de jeu :

A chaque tour un joueur va réaliser dans l’ordre 3 actions obligatoires + 2 action s facultatives + le décompte intermédiaire aux tours 4 et 7 et le décompte final au tour 9 :

1 – Prendre une carte

Vous devez choisir une des 4 cartes Ile de la ligne. La carte la plus à gauche est gratuite, pour prendre une des autres cartes, vous devez placer un de vos jetons Noix de coco sur chacune des cartes situées à gauche de la carte choisie. Pour ceux qui connaissent, cela reprend le système que l’on trouve dans Century – la route des épices ou Golem. Par exemple, pour prendre la 4ème carte de la ligne vous devez déposer un jeton Noix de coco sur les 3 autres cartes de la ligne. Ce devra être une carte qui devra valoir le coût !

Aux tours suivants, s’il y a un ou des jetons Noix de coco sur la carte, on prend aussi les jetons qui y sont posés.

2. Ajouter une carte sur son Ile

Vous devez poser la carte Ile sur une ou plusieurs autres cartes Ile déjà présente(s) devant vous. Au premier tour vous n’aurez devant vous que votre carte Village. Vous devez respecter 3 règles :

  • Couvrir au moins 1 Symbole. Plusieurs Symboles peuvent être couverts par une seule carte. Attention, le centre du Village ne peut pas être couvert.
  • Les Plages doivent être continues. Chaque extrémité de cette Plage doit sortir de l’ile, c’est à dire qu’une plage prolonge une autre plage. Elle ne peut pas allez directement dans les Terres ou directement dans la Mer.
  • La Mer ne peut pas entrer dans les Terres.

3 – Compléter la Ligne de cartes Ile

Vous devez piocher une carte de la Pile la plus proche de la Ligne (Pile A, B ou C selon le moment de la partie) et la placer à droite de la Ligne en décalant les cartes présentes pour lui faire de la place à la manière d’un tapis roulant.

Si vous piochez la dernière carte d’une Pile cela déclenche le Décompte intermédiaire. Et vous verrez ça vient vite, très vite surtout pour la dernière pile.

4 – Acheter une carte Destin (facultatif)

Les cartes Destins valent entre 1 et 3 jetons Noix de coco que l’on place u par carte sur les cartes de la Ligne en les déposant de la droite vers la gauche. On ne peut en acheter qu’une par tour.

A la fin de la partie, si vous êtes le joueur qui possède le plus du ou des éléments représentés vous gagnez des points. Si ce n’est pas le cas vous en perdez !

Exemple : avoir le plus de pêcheur rapporte 8 points ; être majoritaire sur les poissons + les chasseurs rapporte 10 points ; ne pas avoir le plus de volcan fait perdre 4 points etc …

Il y a 10 cartes Destin dans le jeu, seules le nombre de joueurs + 1 sont en jeu.

5 – Jouer un Voyageur (facultatif)

On révèle sa carte Voyageur et on marque immédiatement les Points indiqué en bas à droite de la carte en comptabilisant les Symboles ou les types de cartes présentes sur la Ligne de 4 cartes.

Exemples : gagner 4 points par carte Volcan ; gagner 2 points par poisson.

Autre intérêt, votre île contient désormais les éléments indiqués en bas à gauche de la carte

Exemples : 1 Pirogue + 1 Poisson ; 2 Oiseaux

6 – Décompte intermédiaire (tour 4, 7 et décompte final tour 9)

Dès qu’une Pile est vide, tous les joueurs calculent les points octroyés par une ou plusieurs des 6 Sources d’harmonie.

Ce qui est intéressant c’est que chaque joueur choisit la ou les Sources qu’il comptabilise selon les règles suivantes :

  • Pile A vidée = Prendre en compte 1 Source parmi les 6.
  • Pile B vidée = Prendre en compte 2 autres Sources (donc parmi 5).
  • Pile C vidée = Prendre en compte les 3 dernières Sources.

Une fois que tous les joueurs ont noté leurs Points d’harmonie sur la feuille de score, on rapproche la Pile suivante de la rivière de cartes et on continue à jouer.

Chaque joueur aura posé 4 cartes au premier Décompte, 3 cartes de plus au deuxième et 2 cartes de plus au dernier Décompte. Donc un total de 9 cartes, pas plus, pas moins. Comme je vous le disait ça va vite, très vite surtout vers la fin.

Le scoring

Le principe de scoring est le suivant et il est très malin. C’est là que la notion d’harmonie entre en jeu (même si visuellement votre île ne sera pas forcement harmonieuse puisqu’il y aura des trous des cartes dans tous les sens).

Si vous avez plus de chasseurs, pêcheurs ou pirogues que les ressources respectives (oiseaux, poissons et bois) vous marquez 0 (donc évitez de choisir dans ce cas de figure cette ressource pour scorer !).

Sinon compter le nombre de ‘prédateurs’ et marquez des points selon le tableau de score (exemple : 3 points par pêcheur, 4 points par pirogue). Si vous choisissez les totems, vous ne comptez qu’en fonction des totems différents car si vous avez des totems identiques ils vous rapportent … 0.

Vous pouvez choisir de compter vos noix de cocos (et là c’est donc intéressant de ne pas toutes les dépenser ou d’en récupérer sur la rivière de cartes).

Enfin, les volcans que vous avez posés vous rapporteront des points en fonction de leur niveau d’éloignement. Prenez la Réglette volcanique pour évaluer la distance séparant le centre de chaque Volcan de votre île du centre de votre Village. Chaque Volcan peut ainsi vous rapporter de 0 à 5 points. C’est très malin.

Fin de partie :

Lorsque tous les joueurs ont ajouté leur 9ème carte à leur île et que la Pile est donc vide, ils font le Décompte intermédiaire de leurs 3 dernières Sources d’harmonie puis la partie est terminée et on procède au calcul des scores.

Chaque joueur additionne ses Points d’harmonie octroyés par les 6 Sources décomptées durant la partie et ajoute l’éventuel Bonus de plage : le joueur qui a la plus longue Plage (celle qui est constituée du plus grand nombre de cartes Île) gagne 5 Points d’harmonie supplémentaires. S’il y a une égalité, les joueurs impliqués gagnent chacun 5 points.

On y ajoute les points du Voyageur s’il a été révélé, de sa ou ses cartes Destin (bonus ou malus) et un bonus de Coco pour le joueur possédant le plus de Noix de cocos

Une variante solo modifie les règles de base du jeu.

Le joueur jouera contre un automate nommé l’Adversaire.

Voici quelques éléments de cette variante : on fait plus ou moins la même mise en place sauf qu’il y a une carte cabane à placer et pas de rivière de 4 cartes.

On attribue un score de départ à l’Adversaire (facile à mythique), on piochera deux cartes des piles et on en choisira une. Si on choisit la carte de gauche on paye 1 noix de coco que l’on placera sur la carte cabane, si on choisit la carte de droite on prend la noix de coco sur la carte cabane s’il y en a une. La carte non prise est ajoutée à la pile de l’adversaire (sauf si on paye 3 noix de coco pour l’en empêcher).

On fait les décomptes intermédiaires et la partie est terminée lorsque la Pile C est vide.

On compte les points d’harmonie de l’Adversaire selon un système qui lui est propre que l’on ajoute à son score de départ et on compare avec le nôtre.

La règle de version PNP de 2020

Design

Les illustrations sont très bien réussies. Olivier Danchin nous régale avec sa touche personnelle faite d’éléments structurés, empreints d’un soupçon de naïveté, saupoudré d’éléments colorés rappelant la vaporisation de la peinture à la bombe. C’est la signature graphique de l’illustrateur. Le verso des cartes est très réussi avec cette imitation bois tressé.

Les pictogrammes sont un peu moins lisibles (on y regarade à plus d’une fois pour le pêcheur par exemple) mais on s’y fait vite.

On aurait peut-être juste aimé plus de détails sur les portions d’îles même s’il y en a déjà mais c’est sûrement un choix allant vers la simplification visuelle.

Certains Voyageurs m’ont un peu moins plu visuellement.

Qualité du matériel

La qualité du matériel est très bonne :

  • réglette épaisse
  • cartes de bonne qualité
  • jetons cocos épais
  • boîte et cale de bonne qualité
  • bloc de score de qualité standard, un chouia petit mais il fait qu’il rentre dans la boîte

Thème

Le thème d’une île qu’il faut créer de toute pièce réclame d’être en harmonie avec la nature et il colle très bien à la mécanique de jeu, surtout ses règles de scoring.

Paumotu, représentée dans le jeu Motu par la déesse éponyme Pau Motu, est plus connue de nos jours comme étant une langue polynésienne – certes de moins en moins parlée – de la famille des langues austronésiennes. Cette langue de Polynésie française est parlée dans l’archipel des Tuamotu. Et les mythes tahitiens sont très riches et il en existe de nombreuses versions qui évoquent Paumotu. Ils sont transmis oralement de générations en générations, d’où leurs grandes diversités :  La séparation du ciel et de la terre, l’organisation du monde, l’origine de l’Homme, la mort, les héros et ce qui nous intéresse l’origine des îles.

Justement que nous dit la légende : Ta´aroa (en tahitien : l’unique) est le dieu créateur, l’origine du monde, le père des dieux, de la terre et de l´homme. Ta’aroa existe depuis toujours. A l’origine, il vivait dans une coquille. Il finit par la briser et se rendant compte qu’il était seul, il créa le monde, les dieux et les hommes. C’est lui qui a ordonné aux îles de surgir de la mer. Havai’i et Pora Pora furent les deux premières à naître, puis vinrent toutes les autres : ‘uporu, Maupiti, … et les îles Paumotu. Et Motu se retrouve dans la plupart des langues polynésiennes, et a pour sens : coupé, séparé ; mais le sens le plus courant désigne une île, un îlot ou une péninsule. Thème et mécanique de jeu font donc bien corps et donnent encore plus de sens à l’accomplissement de nos harmonies.

meeple vert

Mécanique

La mécanique est sur 9 tours (donc 9 cartes à poser seulement), avec l’achat de portions d’île ou de rivage depuis une rivière de cartes à la manière d’un Century – route des épices et une pose de cartes avec de la superposition non sans rappeler Honshu mais en beaucoup moins structuré, plus libre en apparence quoi que … puisque votre île prendra la forme que vous désirez … ou pourrez lui donner. C’est fluide, combinatoire, avec comme interrogation : je m’oriente vers quel choix de ressource pour les décomptes intermédiaires ?

Le scoring par manche nous fera penser un peu à Boomerang car on devra choisir nos sources les plus avantageuses, 1 au 1er décompte, 2 autres différentes au second et les trois dernières au dernier décompte, et ça, croyez moi, c’est extrêmement malin !

Et l’idée d’harmonie est vraiment bien rendue avec cette tension et les dilemmes permanents : ne pas trop mettre de prédateurs tant que je n’ai pas les ressources, ne mettre les volcans loin du village mais pas trop sinon ils ne comptent pas, payer des cartes pour avoir des cartes qui m’intéressent mais je donne potentiellement des noix de coco aux adversaires, poser des totems mais attention pas de totems identiques sinon ils ne comptent pas. Tout parait bien équilibré.

On peut optimiser son scoring en jouant habilement les cartes Destins (les objectifs de fin de partie) qui son payante (1 à 3 jetons Coco) ou son Voyageur qui ne coûte rien à être joué, mais qu’il faut jouer opportunément.

Les choix seront toujours pointus et votre île se construit devant vos yeux avec seulement 3 contraintes de pose (recouvrement et contrainte liée aux plages et à la mer) et tout s’accélère de manche en manche jusqu’à retenir notre souffle lors des 2 dernières poses.

Et là, on compte, et on se fait déjà le débrif en se disant mais pourquoi je n’ai pas pris ça, posé de cette manière là.

Simplicité des règles

La règle est simple et très bien écrite. Aucun retour à la règles est nécessaire grâce notamment à la grille de score qui fait en même temps aide de jeu pour orienter nos choix de scoring.

Mise en place / Rangement

La mise en place est très rapide : mélanger les cartes, faire 3 piles, constituer une rivière de 4 cartes, choisir une carte village, donner 5 noix de coco, prendre une carte Voyageur, poser quelques cartes Destin ; et le rangement également puisque la boîte possède une cale en carte bien ajustée (les cartes sont juste un peu dure à reprendre sans retourner la boîte).

Verdict ?

Ce que j’ai ❤️

  • Le système de pose par superposition rappelant un peu le jeu Honshu mais en plus libre … en respectant 3 petites contraintes.
  • le scoring par étape. L’idée de compter 1, puis 2 puis 3 ressources différentes amène des dilemmes.
  • Les différentes manières de scorer (les prédateurs, les totems, la distance Village-volcan, la plus longue plage, les noix de coco)
  • Le choix des cartes à la manière d’un Century – Route des épices.
  • La quête de l’harmonie qui transcende le thème
  • Les objectifs qui sont bonus ou … malus si one ne les réalise pas
  • Le Voyageur qui nous donne un petit coup de pouce et qui peut faire changer la donne
  • Les illustrations colorées
  • La feuille de score qui fait aussi un peu aide de jeu.

Ce que j’ai 💔

  • Les pictogrammes jolis mais qui manquent un peu de lisibilité.
  • Trop court ! Mais rien n’empêche de jouer en deux parties gagnantes !
  • A 6 joueurs, il y a une certaines abondance de jetons cocos qu’on retrouve moins à 2 joueurs par exemple.

Conclusion

C’est encore du tout bon chez Ghost Dog Games après Myriades, Rainbow 7.

Repris de la gamme des Print and Play de chez Superlude comme il l’avait fait avec Tribunal 1920, Antoine Davrou a le nez fin de sortir en version boutique ce jeu de Scott Almes, l’auteur des Tiny Epic, Boomerang et autres Almanach.

Un jeu de pose de carte fluide, joli, stratégique et malin au niveau du scoring.

Un jeu qui tout de suite plait avec son thème qui met en avant la quête de l’harmonie entre la nature tahitienne et l’Homme.

Tout est bien optimisé, ou en tout cas à optimiser car c’est de cela qu’il s’agira.

Car une partie de Motu c’est un peu de programmation, d’anticipation, d’observation avec des choix d’objectifs liés à la présence plus ou moins importante de ressources de l’île que nous tentons d’harmoniser. Et même si courir plusieurs lièvres à la fois c’est le plus souvent s’essouffler pour rien, le vainqueur sera celui qui aura le mieux géré, optimisé tous ces objectifs, dans l’ordre qu’il pense être le meilleur.

Et quelle satisfaction d’arriver à harmoniser son île de la plus belle des manières : de belles plages, beaucoup de ressources, des volcans au loin prêts à manifester leur puissance dévastatrice ou protectrice, des totems éparpillés ça et là pour être en contact avec la nature et une rencontre qui vous servira jusqu’au bout de la partie, si vous savez la révéler au bon moment.

On en vient même à regretter des parties qui, tellement fluides, stratégiquement très accessibles, et qui peuvent amener pas mal de réflexion, paraissent se finir trop vite. Mais c’est le jeu !

Allez, à vos sagaies, on part en chasse …

Hello asso

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez soutenir Undécent en effectuant un don à cette adresse :

Votre soutien nous aidera beaucoup, à nous déplacer dans les événements, à payer l’hébergement du site etc… cela nous permettra de proposer encore plus de contenu et de meilleure qualité.

En plus c’est déductible des impôts !

Régulièrement, nous offrons à des donateurs et membres de l’association des jeux que nous avons chroniqué.

Si vous voulez devenir membres de l’association, vous pouvez adhérer ici :

Veuillez noter qu’il se peut que les jeux ne soient pas neufs, ils ont certainement servi aux tests.

Un énorme merci à tous les membres et donateurs pour leur contribution, vous êtes géniaux !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire