[Test] Cartographers Heroes + Pack de Parchemins – Des héros pour vous sauver, des maps pour vous perdre

Cartographers Heroes1 à l’infiniCartographers HeroesJordy Adan, John Brieger
Cartographers Heroes10 ans et +Cartographers HeroesLuis Francisco, Lucas Ribeiro
Cartographers Heroes30 minutes à 1 heureCartographers HeroesIntrafin
Cartographers HeroesFlip and DrawCartographers HeroesMédiéval fantastique, fantasy
Cartographers Heroes Heroes : 18€90 chez Philibert
Mappack : 18€90 chez Philibert
et dans votre boutique de jeux favorite !
Cartographers Heroes / Mappack

Cartographers est mort encore là ! Vive Heroes !

L’expédition dans les terres de l’Ouest est le genre d’honneur qui n’arrive qu’une fois dans une vie pour un cartographe royal. Mais nous vivons une époque dangereuse. La guerre ravage les terres, et vous êtes sûr de rencontrer des forces de Dragul déterminées à contrecarrer les plans de la reine Gimnax pour l’extension de l’Ouest.

Heureusement, de braves héros se sont levés pour défendre Nalos. Inscrivez leurs exploits dans le cadre des édits de la reine et assurez votre place dans l’histoire.

Eh oui Cartographers est de retour, fraichement localisé par Intrafin, mais dans sa version Heroes et surtout avec des cartes parchemins supplémentaires diaboliques dans le Mappack nous permettant d’explorer de nouveau univers !

Le premier consiste en un jeu aussi bien « stand alone » que comme une extension au premier de la série, alors que le second introduit 3 nouveaux univers

Un flip n’ write draw d’exception

A vos stylos ou crayons de couleur, Cartographers Heroes est un Flip n’ Draw de Jordy Adan, avec une mécanique de jeu à la manière d’un Welcome To (chroniqué sur Undecent.fr) ou d’un Déméter mais avec le dessin en plus comme dans Tiny Reef (du même auteur d’ailleurs) ; c’est à dire on révèle une carte (c’est le ‘flip’) qui nous impose une forme que l’on va dessiner sur notre feuille de jeu (c’est le ‘draw’), en l’occurrence on dessine dans un polyomino (une forme à la Tetris) arbres, rivières, champs, maisons, monstres ou épées. Le jeu fonctionne avec tout le monde, du novice au joueur confirmé.

Alors on se jette dessus ?

Je vous le dit tout de suite, à terme il me semble que la version Heroes va remplacer la version Cartographers puisque c’est un peu la même chose. C’est un stand alone (il se joue à part) qui surfe sur la vague de son prédécesseurs sans grande nouveauté exceptionnelle et non une extension. On peut cependant faire un mix des deux.

Un conseil : si vous n’avez pas Cartographers, prenez directement Heroes ; pour ceux qui l’ont déjà, vous pourrez combiner les deux avec certaines limites et surtout prendre le Mappack, qui, lui, est indispensable si on veut aller plus loin dans le jeu. De toute façon jetez-vous dessus, les jeux Intrafin sont très rapidement en rupture. Surtout celui-ci.

De l’interaction, ça fait toujours plaisir

Cartographers ou Heroes se jouent en simultané avec un zeste d’interaction. Un twist qui change tout car on pourra parfois dessiner des monstres sur la feuille du voisin (de gauche ou de droite en fonction des saisons) lorsqu’il y aura une carte embuscade tirée durant la saison.Au fil des 4 saisons – dont les durées sont déterminées par un sablier ‘virtuel’-, votre cartographie prendra forme mais avec parfois des petits monstres qui généreront le plus souvent du malus si vous n’avez pas réussi à les éliminer grâce à vos héros ou tout simplement à les circonscrire.

Sa force : une mécanique simple qui convient du novice à l’expert

Durant chaque saison on retournera un certain nombre de cartes avec, à la fin de chacune d’elle, un décompte de points basé sur 2 cartes communes ; les 4 cartes Décompte sont identifiées par une lettre de A à D et le décompte en fin de saison touche à chaque fois 2 lettres : A et B au printemps, B et C en été, C et D en automne et enfin D et A en hiver. Chaque carte Décompte est ainsi utilisée 2 fois par partie. Il faudra donc jouer sur le moment pour la manche en question mais avoir un œil sur la suite par anticipation …

Et le Pack de Parchemins (MapPack) apportera tout ce qui manquait dans la première version, 3 blocs de nouveaux parchemins terriblement tortueux. Indispensable pour celui qui a déjà Cartographers !

Alors prêts à vous aventurer dans les contrées inexplorées et perdues dans les Terres de l’Ouest ?

Qu’est ce qu’on trouve dans la boîte ?

Cartographers Heroes

Cartographers Heroes

Cartographers Heroes
  • Un bloc de 100 parchemins recto/verso (d’un côté le territoire de base, de l’autre côté un territoire comportant plusieurs cases vides … pour l’éternité …).
  • 11 cartes Exploration (celles qui comportent les polyominos).
  • 8 cartes Embuscades (celle qui font dessiner sur le territoire de son voisin) et non 4 comme c’est indiqué un peu partout.
  • 4 cartes décret (A, B, C et D).
  • 16 cartes décompte en 4 catégories chacune (les objectifs à remplir) .
  • 4 cartes Saison.
  • 4 cartes Héros.
  • 4 crayons.
  • 1 règle du jeu aérée et claire de 12 pages
  • 1 mini-extension Compétences de 8 cartes avec une carte règle

Mappack : Pack de Parchemins

  • 75 parchemins Affril recto-verso + 3 cartes Décompte
  • 75 parchemins Nebblis recto-verso + 3 cartes Volcan
  • 75 parchemins Undercity recto-verso + 3 cartes Décompte

Comment on joue à ?

Précision de taille : les possesseurs ou habitués de Cartographers ne seront pas dépaysés puisque Heroes est quasiment identique au niveau des règles. Les nouveautés par rapport à Cartographers – Un jeu dans l’Univers de Roll Player – apparaitront en vert !

Mise en Place :

On dispose en ligne les 4 décrets A, B, C D. En dessous de chacun d’eux on dispose une des 4 cartes Décompte de chaque catégorie (les autres cartes Décompte seront ignorées pour la partie) ; ce sont les Décrets de la Reine. Pour une première partie de Cartographers Heroes, il est recommandé d’utiliser les cartes Décompte Bosquet du Faune (A), Colonie de Gnomes (B) , Marécages d’Ulem (C) et Bastions Nains (D).

On mélange les 11 cartes Exploration, idem pour les cartes Héros et Embuscade ; on en prend une de chaque que l’on mélange aux cartes Exploration. Cette pile constitue la pile Exploration.

Les 4 cartes saisons mises dans l’ordre des saisons forment une pile avec le printemps visible.

Chacun prend un parchemin et un crayon de papier. Mais avec des crayons de couleur c’est encore mieux !

Tour de jeu :

Un tour de jeu s’effectue avec une phase d’exploration, une phase d’esquisse et de dessin (sur sa feuille), une phase de vérification (voir si la saison en cours se termine), et finalement une phase de décompte (si la fin de la saison est déclenchée).

  1. Exploration. Une carte Exploration est révélée, indiquant une forme à dessiner avec un type de terrain (forêt, village, lac, champs, monstre, héros). 

2. Esquisse et dessin. Chaque joueur, simultanément, va alors dessiner la forme (dans le sens qu’il veut ; on peut faire une rotation ou un effet miroir) et remplir la forme du motif correspondant au type de terrain choisi (on dessine sommairement le type de terrain choisi).

L’emplacement choisi pour y mettre la forme dépendra surtout des objectifs de décompte fixés par le décret A, B, C, D. Car si vous dessinez n’importe où, il est clair que vous ne ferez pas beaucoup de points … Il se peut qu’il y ait deux formes sur une carte, une prenant beaucoup de place (et potentiellement rapportant plus de points), l’autre étant plus petite. Dans ce dernier cas, puisque la forme rapportera potentiellement moins de points, elle donne une pièce d’or que l’on va entourer au bas de sa page.

On ne peut pas recouvrir les montagnes mais on peut recouvrir des ruines vides. Les ruines n’ont aucun effet sauf si vous combinez Cartographers Heroes avec Cartographers. (Les cartes Ruine de Cartographers imposent de dessiner les formes pour recouvrir les symboles Ruine déjà dessinés sur le parchemin des joueurs).

Parmi la pioche de cartes Exploration, on retrouve aussi des cartes Embuscade :

  • Si une carte Embuscade c’est là que l’interaction agit : on passe son parchemin à son voisin (de gauche ou de droite en fonction du sens précisé sur la carte) qui va dessiner la forme indiquée sur la carte et la remplira de têtes de monstre ou ce qui s’en rapprochera. (On y inscrit pour certaines les initiales du monstre dans le coin de chaque case).
    Tout cela pour …. semer la zizanie car lors des décompte de fin de saisons, les cases adjacentes aux monstres font perdre des points. Conseil : il faut dessiner la forme loin des bords et des zones déjà dessinées et bien regarder les conditions de scoring. Si la carte Embuscade ne sort pas pendant la saison, on la laisse dans la pile pour la saison suivante, il y aura donc dans ce cas 2 monstres en Embuscade…
    4 cartes embuscades sur les 8 ont un effet PERMANENT – favorable ou défavorable – qui est résolu après le décompte de chaque saison.
    Le Brasier du Dragon permet de gagner 3 pièces lorsque toutes les cases du dragon sont entourées ou détruites.
    Le Ravage du Troll Géant fait détruire une case vide adjacente au Troll
    – L’Invasion Zombie vous fait dessiner un Zombie dans les cases vides qui leur sont adjacentes.
    – Le Regard de la Gorgone fait détruire immédiatement une case adjacente autre qu’une montagne.

    Vous voyez, les pouvoirs sont très puissants...

On peut également tomber sur ce qui est la nouveauté dans Heroes, à savoir une carte Héros :

  • Lorsqu’une carte Héros est révélée, chaque joueur/joueuse remplit une seule case de son Parchemin avec un signe épée dessine une marque (un astérisque) sur les cases indiquées par le schéma d’attaque de ce Héros. Exemple : Freyla la Véritable permet d’attaquer 3 cases en ligne droite. Il est possible de recouvrir une case déjà remplie. Les Monstres qui se trouvent dans le schéma d’attaque du Héros sont détruits, tout comme ceux qui seront dessinés par la suite sur des cases du schéma d’attaque. La carte Héros est ensuite remise dans la boîte. Dans le décompte, les cases vierges adjacentes à des cases monstres détruites ne sont pas comptabilisées.
Cartographers Heroes

On peut entourer des pièces d’or en remplissant les 4 cases autour des montagnes déjà dessinées sur le parchemin. Précision : on ne peut pas dessiner une forme sur une montagne (un peut trop haut pour le cartographe d’aller se percher là-haut).

3. Vérification. Le comptage des saisons avec le Sablier ‘virtuel’. Chaque carte Exploration comporte un chiffre en haut à gauche qui indique combien de temps dure la saison. On additionne le nombre de chaque carte révélée et si l’on atteint ou dépasse le nombre écrit sur la carte saison, la saison s’achève. C’est le sablier ‘virtuel’. Je ne vous apprend rien, plus l’année avance plus les jours rapetissent ; on passe donc d’une durée de 8 au printemps à une durée de 6 en hiver. La fin de partie s’annonce toujours très serrée et tendue.

4. Décompte de fin de saison : Une fois que le temps total accordé dans la saison est dépassé on va marquer un certain nombre de points correspondant aux Décrets de la Reine.

  • On décompte les points données en fonction des deux cartes décompte de la saison (A-B / B-C / C-D ou D-A)
  • On y ajoute le bonus du nombre pièces d’or entourées
  • On inscrit le malus des monstres des Embuscades qui ne sont pas bordés par une forme ou un bonus en fonction de la capacité du monstre.

Attention : les Bonus et malus sont cumulatifs sur toute la partie, il est donc important de ne pas les négliger. On marquera pas mal de points plus tôt on collecte des pièces et plus vite on encercle les monstres …

Fin de partie : les 4 saisons écoulées, on additionne tous ses points.

Combiner les deux jeux Cartographers et Heroes est possible pour plus de rejouabilité en respectant certaines règles :

  • Il faut utiliser les mêmes parchemins.
  • On choisit un jeu de cartes Saison (la différence se joue sur l’été).
  • On ne mélange pas les 2 jeux de cartes Exploration.
  • On inclut les cartes Ruines.
  • On peut utiliser n’importe quelles cartes Embuscade
  • On inclut ou non les cartes Héros
  • On peut mélanger les cartes Décompte

Une mini extension

Cartographers Heroes

On peut ajouter des cartes Compétences de la mini-extension (3 cartes parmi 8) que l’on dispose face visible. Au début de la phase d’Exploration ou d’Esquisse (en fonction de ce qui est écrit), on peut dépenser une pièce ou deux acquise(s) que l’on barre sur son parchemin pour activer une compétence.

Cela permet de placer une autre forme, un autre terrain, plusieurs terrains ou de détruire une case ; comme la compétence Déguisement : « Lors de la phase d’Exploration dessiner une forme d’1×1 case et remplissez-là avec à la fois les types de terrain Forêt et Lac ».

Cartographers Heroes

Il s’agit du même type d’extension que dans le premier opus de Cartographers.

Un mode Solo

Votre objectif est alors de réaliser un score qui dépasse le potentiel estimé des cartes Score : chaque carte décompte affiche dans le coin inférieur droit un nombre qui est censé indiquer la difficulté de la carte. A la fin de la partie on additionne donc les quatre valeurs de difficulté. Un barème de -30 à +30 vous donne votre titre en fonction de la différence entre votre score et le total de difficulté. Précision, lorsqu’une carte embuscade est révélée, il faut se référer à la petite grille dans le coin supérieur droit de la carte : elle indique le coin de départ de votre parchemin. On dessine alors la forme du monstre. S’il n’y a pas la place, on se décale d’une case du bord et ainsi de suite. S’il est vraiment impossible de dessiner la forme on ignore la carte.

Et le Mappack, le packs de 3 nouveaux blocs de parchemins ?

On y trouve un volcan, des îles à connecter ou bien un souterrain contraignant le placement des pièces. Ce sont 3 nouveaux blocs de parchemins avec leurs spécificités, leurs cartes décompte (pour Affril et Undercity), et de nouvelles cartes exploration (pour Nebblis) qui vont en partie remplacer celles du jeu de base (Cartographers ou Heroes).

  • Dans Nebblis – Le plan des flammes –, les nouvelles cartes exploration vous feront dessiner la lave du volcan sur des cases, même occupées, qui lui sont adjacentes. Selon le côté du parchemin utilisé, le Volcan (une zone de 2×2 cases) sera positionné au centre ou sur un côté. Le reste de la région est standard. Cette variante ne propose pas de nouveaux objectifs, mais des cartes volcan. Lorsque vous en tirez une, vous dessinez le schéma indiqué en partant du volcan et vous détruisez (en barrant d’une croix) toutes les cases qui s’y trouvaient. La lave s’écoule donc …
  • Dans Affril – Le plan de la connaissance –, il faudra dessiner sur des petites îles qu’il faudra connecter – en utilisant des pièces d’or – au fur et à mesure de la partie. Les îles sont de tailles et de formes variées. Chacune d’elle est reliée par un « pont imaginaire » à deux autres. Au début d’une partie, vous cochez le cercle du passage reliant 2 îles de votre choix ; cela constituera votre espace d’exploration. Vous ne pourrez donc remplir au départ les schémas des cartes Exploration que dans ces 2 îles. Néanmoins vous pouvez à tout moment payer 1 pièce afin de relier l’une de vos îles à une nouvelle terre en cochant alors le pont qui les relie. 
  • Dans Undercity – Dans les profondeurs de Sabek –, il vous faudra relier deux mondes l’un de surface, l’autre souterrain en passant par une porte. Vous parcourrez la cité souterraine de Sabek et ses nombreuses ruines. Le parchemin est divisé en 2 espaces : la région du dessus et la région du dessous, toutes deux reliées par une petite porte. Lorsque vous dessinez une forme d’une carte Exploration, vous êtes contraint par deux obligations :
    – La forme dessinée l’est intégralement au-dessus ou au-dessous de la surface mais ne peut la traverser.
    – La forme doit être reliée par un chemin continu de cases remplies à partir de la porte.
    La variante entre les 2 côtés de son parchemin tient dans le positionnement de la porte du Donjon. Sur une des faces du parchemin, il vous appartient de choisir l’emplacement de la porte.

Est-ce que c’est bien ?

Ce que j’ai ❤️

  • Les nouveaux parchemins du Mappack amènent un réel plus. Ils sont plus durs à exploiter et demanderont une intense réflexion pour ne pas se faire piéger. Le jeu devient terrible ! Le pack est donc indispensable pour celui qui a déjà pas mal fait le tour de Cartographers. Un volcan, des îles à connecter, un souterrain contraignant le placement des pièces : une très bonne extension !
  • Une règle du jeu simple, des tours très fluides, des parties courtes.
  • Les illustrations médiévales-fantastiques réussies qui nous transportent dans un environnement de JDR fantastique.
  • La multiplicité des combinaisons de placement des polyominos.
  • Les cartes Embuscades apportant de l’interactivité (on pourra dessiner sur la feuille du voisin) dont certaines sont bien plus fortes que chez son prédécesseur. On se sent vraiment obligé de tenter de contrecarrer leur présence.
  • Sympas ces héros qui viennent à notre aide pour zigouiller les monstres. Il est clair que les héros sont les bienvenus tellement les monstres peuvent être puissants !
  • La rejouabilité (entre les 16 objectifs de décompte, les 11 cartes Exploration qui ne vont pas toutes sortir, l’incertitude de l’Embuscade, les Héros qui vont peut-être vous donner un peu de répit …). Et ceux qui ont Cartographers pourront mixer le tout pour encore plus de rejouabilité.
  • La tension plus on arrive vers la fin …
  • Un bon triture méninge – mais accessible – pour placer les polyominos sans trop se pénaliser.
  • L’anticipation possible dès le début de partie sur les objectifs de fin de saison futurs, déjà visibles de tous.
  • Un mode solo qui fonctionne très bien.

Ce que j’ai 💔

  • On peut se demander s’il était nécessaire de faire un autre stand alone avec comme principale différence les cartes Héros qui finalement rendent le jeu peut-être plus facile. Était-ce utile ? Alors oui pour celui qui ne connait pas Cartographers.
  • On a la possibilité de combiner Cartographers et Heroes mais avec une limite : Pas de combination possible des deux lots de cartes Exploration entre Cartographers et Heroes. Ceux qui espéraient renouveler leurs cartes exploration qu’ils ont vues et revues à force d’avoir poncé le 1er jeu en sont pour leur frais. La complémentarité annoncée ne concerne pas ces cartes. Dommage. Celui qui a déjà Cartographers aura beaucoup moins d’intérêt à acquérir Heroes sauf s’il veut un peu plus de rejouabilité, Heroes n’étant pas une extension, au contraire du Pack Parchemins qui deviendra indispensable.
  • Les polyominos à dessiner auraient pu être plus gros sur les cartes Exploration.
  • La police de caractère choisie au bas des cartes est dans le style Roll Player mais elle n’est pas très lisible de loin. Quand on joue à plus de 5-6 c’est beaucoup trop petit.
  • On peut se demander pour quelle raison nous ne disposons que de 3 objectifs de terrains en remplacement pour Affril et Undercity, alors que la boîte de base et celle de Heroes disposent chacune de 4 objectifs différents par type d’objectif.
Cartographers Heroes

Design

Des illustrations dans le thème du médiéval-fantastique réussies par Luis Francisco et Lucas Ribeiro qui nous transportent dans un environnement de JDR (Jeu de Rôle) fantastique. Le style graphique de son aîné Roll Player le jeu de dés a été gardé. Les paysages sur les cartes sont détaillés, les pictogrammes plutôt clairs au premier abord, les couleurs harmonieuses et bien tranchées.

Cartographers Heroes

Matériel

La qualité du matériel est très bonne : Un bon bloc de 100 feuilles recto-verso pour Heroes, idem mais en 3×75 feuilles pour le Pack de Parchemins. Des cartes de qualité, 4 petits crayons de papier (mais là c’est anecdotique) mais disposant chacun d’une gomme, le mieux étant de pouvoir jouer avec des crayons de couleur.

La boîte de Heroes offre de nombreuses nouvelles cartes Objectif, Compétences tout en introduisant des cartes Embuscade améliorée et les cartes Héros.

Les parchemins de Heroes n’apportent pas grand chose par rapport à ceux de la boîte initiale. Les montagnes sont repositionnées sur le recto, alors qu’il y a des précipices plus nombreux et de formes variées sur le verso.

Cartographers Heroes

Thème

Un univers médiéval fantastique de cartographes qui colle très bien à la mécanique. Dans le jeu Roll Player, vous devrez créer le plus grand des aventuriers de Fantasy qui ait jamais vécu, en préparant votre personnage à embarquer dans une quête épique. Dans Heroes, vous devez être le meilleur cartographe des territoires de l’Ouest. On a vraiment l’impression de remplir une contrée inconnue et sauvage d’un territoire comportant montagnes (et ruines si l’on combine Heroes avec Cartographers) avec, en embuscade, des monstres adversaires avides d’en découdre avec vous. Et en plus, des héros vous viennent en secours !

Les héros seront peut-être vos sauveurs. Et on renforce l’immersion dans l’aventure. Ces derniers représentent des unités militaires avec un schéma d’attaque propre, à exploiter au mieux pour vous venir en aide face au Troll Géant et autres Gorgone. On ne se sent plus seul et on espère leur arrivée au moment opportun. Mais honnêtement, ce n’est pas non plus l’idée du siècle.

Les cartographes avaient pour but de découvrir de nouvelles contrées et de repousser sans cesse les limites du monde connu ! Eh bien, le pack de nouveaux parchemins est la meilleure réponse à ceux qui demandaient de diversité dans leurs parties de Cartographers.

L’univers ou l’épopée Roll Player n’en finit pas de se renouveler puisque le récent Lock Up se tient également dans cet univers fantasy mais dans les prisons du royaume …

ze meeple

Mécanique

Un gameplay des plus rôdé. Une grande fluidité et une véritable montée en puissance. Au fur et à mesure des saisons on apprécie la montée en difficulté : quand les terres sont encore vierges on aime la liberté de placement et, les explorations se succédant, la contrée devient de plus en plus étriquée.

L’embuscade, c’est le twist qu’il fallait pour rendre ce jeu interactif. Comme quoi, un petit détail et ça change tout ! N’hésitez pas à ruiner la contrée de votre voisin en plaçant des monstres en plein milieu ou loin de tout en fonction des objectifs de scoring ! Il vous rendra bien l’appareil sur la saison suivante car ce sera à lui de le faire sur vous ! Heureusement, les héros seront là pour vous aider à passer cette épreuve. La présence du héros est symbolisée par une case épée à dessiner où l’on veut sur une case vide ; leurs schémas d’attaque différent (3 cases à droite, 1 case dans chaque direction par exemple) présente des opportunités pour diminuer votre perte de point de victoire due aux monstres. Cette force de frappe vous permettra d’éliminer certains monstres oh combien dangereux.

Dommage qu’on ne puisse pas mélanger les cartes Exploration de Cartographers avec Heroes. Elles se ressemblent beaucoup en fait et les mélanger ne permettrait plus l’équilibrage des types de terrains.

Cartographers Heroes
Les 11 cartes Exploration

Et avec le Pack de Parchemins cela devient très intéressant et encore plus varié. Chaque choix devient alors crucial. Le jeu change complétement.

  • Dans Nebblis – Le plan des flammes –, les 3 nouvelles cartes exploration vous feront dessiner la lave du volcan sur des cases – même occupées- qui lui sont adjacentes. L’impression de la lave qui se déverse est presque palpable avec son aspect imprévisible lié au tirage de la carte Exploration. Cette variante encourage l’anticipation du pire dans le dessin de vos terrains. Chaque cataclysme partira du volcan ou d’une zone adjacente ; on tentera alors autant que faire ce peut de ne pas trop s’approcher du volcan.
  • Dans Affril – Le plan de la connaissance –, il faudra dessiner sur des îles qu’il faudra connecter – en utilisant des pièces d’or – au fur et à mesure de la partie. La police de caractère du nom laisse supposer un univers viking à explorer. Les îles sont petites et il faudra faire preuve de stratégie pour pouvoir connecter au bon moment les îles entre elles. Cette variante rend bien plus compliquée la réalisation de certains objectifs. Heureusement les 3 objectifs qui sont propres à cet univers remplacent des objectifs des deux opus. Ils sont très rentables pour peu que vous les complétiez, mais surtout bien adaptés à cette nouvelle configuration.
  • Dans Undercity – Dans les profondeurs de Sabek –, il vous faudra relier deux mondes l’un de surface, l’autre souterrain en passant par une porte. Les terrains a dessiner doivent être relier directement ou indirectement à la porte. Cela change complètement la stratégie de cartographie puisqu’on ne peut pas s’éloigner tout de suite de la porte. L’inégalité de superficie des zones vous pousse évidemment à explorer la partie souterraine plus favorablement que sa petite contrepartie supérieure puisqu’elle représente les 2/3 de la carte.
Cartographers Heroes

Simplicité des règles

Les règles sont très simples ; il faut bien lire à tous les conditions de score imposées par les décrets sans quoi les joueurs passent à côté de ce qui fait le sel de chaque partie saison. On se familiarise assez vite avec les pictogrammes et il n’y a plus alors de retour à la règle. Il suffit de bien lire les cartes.

Cartographers Heroes

Mise en place / Rangement

Le jeu s’installe rapidement et se range aussi rapidement, c’est bien, pas de soucis de ce côté là. Il prend peu de place avec une boîte de taille moyenne, rectangulaire, de la taille des blocs de parchemin, avec pour Heroes une cale intérieure pour y nicher le paquet de cartes et les crayons.

Conclusion

Cartographers Heroes et ses Packs de Parchemins est un jeu de Jordy Adan et un des meilleurs jeux dans la gamme des roll flip n’ write draw. Pourquoi ? Car il est tellement proche de son prédécesseur Cartographers – Un jeu dans l’Univers de Roll Player –, qu’il ne peut qu’être réussi. Sa simplicité, sa mécanique et sa rejouabilité en font une valeur sûre pour tous les types de joueurs. Cependant, malgré quelques nouveautés qui améliorent ou renouvellent l’expérience de votre boîte originale de Cartographers, le stand alone Heroes (combinable avec son prédécesseur) ne va pas révolutionner votre vision du jeu. Cartographers ne se suffirait-il pas à lui-même ? En fait sa mécanique bien pensée n’a pas besoin d’une réelle extension. Il suffit de varier les objectifs, les parchemins avec de nouvelles contraintes, les cartes explorations, d’ajouter des héros. Tous cela faisant alors un tout. Pas besoin de tout révolutionner. C’est ce qui est maintenant fait avec la localisation de Cartographers Heroes et ses Packs de Parchemins par Intrafin.

La reproduction de l’univers du jeu de dés Roll Player nous transporte toujours dans un monde médiéval fantastique très réussi mais sans audace puisque cette version heroes reste exactement avec la même charte graphique que la version précédente. Mais c’est cohérent qi on veut rendre les jeux combinables.

Ce qui fait de Heroes un jeu qui fonctionne, c’est sa rapidité que l’on soit seul, à deux ou à 10 car on joue en simultané ! On retourne une carte et on dessine. Et un jeu qui propose juste ce qu’il faut de tranquillité à dessiner dans son coin ; et avec une optimisation des placements de motifs très accessible. Que l’on soit concentré ou que l’on joue un peu en dilettante, le plaisir sera tout de même présent.

L’apport des monstres que l’on vient dessiner pour gêner la carte du voisin est excellent. Eh oui Cartographers ou Heroes sont des mondes où monstres et humains ne cohabitent pas vraiment en paix ! Surtout que dans Heroes, plusieurs monstres sont très, très puissants ! Mais là, votre salut viendra peut-être des héros qui, au détour d’une forêt vous prêteront mains forte. C’est totalement équitable dans le sens où tous les joueurs seront impactés, il n’y a pas d’effet de frustration d’un joueur par rapport à un autre sur lequel tout le monde s’acharnerait. Heroes ravira les fans du genre mais il pourra également conquérir ceux qui ont du mal avec l’aléatoire de ce type de jeu. La réflexion et les combinaisons multiples compenseront le hasard du tirage des cartes.

Et que dire du pack de 3 nouveaux blocs de parchemins du Pack Parchemins : Un vrai régal pour ceux qui ont poncé Cartographers ; il ose des contraintes originales qui possèdent un impact relativement thématique avec les univers proposés. De plus avec 450 parchemins, autant dire que vous ne manquerez pas de pages pour y rejouer à l’envie ou en nombre.

Au final, la gamme Cartographers fonctionnera aussi bien entre amis joueurs chevronnés qu’avec des enfants qui pourront faire de belles cartes, surtout si vous utilisez des couleurs ! Alors si vous êtes tentés par la cartographie des contrées sauvages, alors n’hésitez pas … à vos crayons !

Laurent
sandrine

Vous aimerez aussi...

3 réponses

  1. 1 janvier 2022

    […] Vous pouvez retrouver l’article sur Cartographers Heroes par ici ! […]

  2. 6 janvier 2022

    […] c’est aussi un lien avec les excellents Cartographers et Cartographers Heroes puisque ces derniers sont des flip n’ draw dans ce même univers de Roll Player. Des jeux […]

  3. 19 mai 2022

    […] Undécent, nous vous l’avons joué à l’envers. Cartographers, Cartographers Heroes, les maps additionnelles pour Cartographers, Lock Up ? Si ces jeux ne vous parlent pas, ils ont […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :