[Test] Unmatched, Robin des bois vs Bigfoot

Unmatched2 joueursUnmatchedRob DaviauJustin D.JacobsonJR Honeycutt
Unmatched9 ansUnmatchedOliver Barrett
Unmatched20 minutesUnmatchedIello
Unmatchedaffrontements, placement, cartesUnmatchedMultivers
Unmatched22€50 chez Unmatchedet dans Unmatched
Unmatched, Robin des bois vs Bigfoot

Voici la deuxième boite de la gamme Unmatched. Cette nouvelle boite ne contient que deux personnages : Robin des bois et Bigfoot, encore des personnages issus d’univers bien différents. Ces personnages sont bien sûr compatibles avec les autres boites et le mélange est tout à fait possible. On retrouve donc avec plaisir la même mécanique et le même sustème de jeu, avec deux autres personnages et un nouveau plateau réversible.

Unmatched

Qu’est ce qu’on trouve dans la boite ?

  • 1 Livret de règles
  • 2 Figurines ( Bigfoot et Robin des Bois )
  • 5 Jetons Acolyte
  • 3 Compteurs Santé
  • 62 Cartes (63x88mm)
  • 1 Plateau recto verso

Comment on joue à Unmatched ?

La mise en place

On commence pas choisir son champ de bataille (le plateau est recto verso). Chaque joueur choisit un héro et prend tout le matériel le concernant (cartes, jetons, compteurs).

Chaque joueur mélange son deck et pioche 5 cartes. On place les héros sur les emplacement de départ et les acolytes où on veut dans la même zone (case partageant la même couleur). On règle les compteurs sur le nombre des points de vie de départ de chaque héro et éventuellement de chaque acolyte.

On est déjà prêt à jouer !

Le tour de jeu

A son tour, chaque jouer DOIT effectuer 2 actions (on peut effectuer deux fois la même) :

  • Manœuvre : Le joueur DOIT piocher une carte et PEUT déplacer son héro et ses acolytes d’un nombre de cases comprise entre 0 le le maximum de mouvement. On peut booster la valeur de déplacement en défaussant une carte et en y appliquant sa valeur de boost.
  • Stratagème : Le joueur joue une carte stratagème, applique son effet et la défausse.
  • Attaque : Le joueur joue secrètement une carte d’attaque, puis le défenseur peut jouer secrètement une carte de défense. Une attaque peut être à distance (dans la même zone) ou au corps à corps à corps (case adjacente) ; chaque héro/acolyte ne peut attaquer qu’à distance ou qu’au corps à corps. Chaque joueur révèle ses cartes, on déduit la valeur de défense à la valeur d’attaque. Si cette dernière est plus élevée, le résultat et à déduire des points de vie du défenseur.

Si un combattant arrive à 0 point de vie, il est éliminé.

Veuillez noter que certaines cartes sont des cartes d’attaque uniquement, d’autres de défense uniquement et enfin, certaines sont polyvalentes (attaque ou défense). Veuillez noter aussi que certaines cartes peuvent être utilisées par tous les combattants, d’autres uniquement par le héros ou encore uniquement par les acolytes.

Tous les héros ont un pouvoir passif ou non qui rend le jeu encore plus asymétrique.

Il n’y a aucun moyen de récupérer les cartes défaussées. Quand une pioche est épuisée, la partie continue, mais les combattants du joueur concerné perdent deux points de vie à chaque fois qu’il doit piocher. Inutile de vous dire que si cela arrive, la fin de partie arrive très vite avec la défaite du joueur qui n’a plus de carte.

La fin de partie

Dès qu’un héros est descendu à 0 point de vie, le joueur adverse gagne immédiatement, même s’il reste des acolytes sur le champs de bataille.

Est-ce que c’est bien ?

Ce que j’ai ❤️:

  • Faire se combattre des personnages d’univers très différents
  • La mise en place hyper rapide
  • L’encrage de figurines
  • L’asymétrie des personnages
  • Les deux champs de bataille différents
  • Des tours nerveux et rapides
  • Le jeu demande de se creuser la tête pour établir une stratégie viable
  • La gestion de la main et du deck
  • Des plateaux plus petits qui imposent la confrontation rapide…

Ce que j’ai 💔

  • …Qui ne convient pas à une partie à plus que deux
  • … Qui désavantage les personnages à distance
  • Les cartes spécifiques à un acolyte qui deviennent quasi « mortes » quand celui ci est éliminé
  • Difficile de s’assurer de l’équilibrage des personnages
Unmatched

Design

J’aime bien le design d’Unmatched. Si les illustrations ont un parti pris et ne plairont pas à tout le monde, l’illustrateur a choisi de représenter de manière agressive les personnages même s’ils ne le sont pas à la base. Alice est dotée d’un gros couteau de cuisine dont je ne me rappelle pas la présence dans le conte original. Le personnage que j’aime le moins, graphiquement parlant, est sans doute Arthur, affublé d’une armure légère de type plutôt orientale, j’aurais préféré un grand chevalier en armure lourde. A part cela, on reconnaît bien les personnages et les acolytes sont bien choisis.

Le plateau champs de bataille est fonctionnel mais la couleur des cases nuit un peu à l’immersion, rien de rédhibitoire, les auteurs ont choisit la lisibilité plutôt que l’immersion, c’est tout à leur honneur.

L’iconographie d’Unmatched est claire et explicite, on ne confond pas les icônes et on les retient facilement.

Les figurines sont assez jolies, même si le détails des visages n’est pas très élevé et un encrage noir a été appliqué. Les peintres remercieront cette initiative qui permettra d’accentuer les ombrages. Les peintres ne remercieront pas en revanche le manque de détails sur les visages.

D’une manière générale, Unmatched est un joli jeu, bien designé et qui donne envie de jouer.

Le design de cette boite me plait autant que pour la précédente avec des couleurs de la nature (vert et marron)

Unmatched

Qualité du matériel

La qualité du matériel fourni dans Unmatched est bonne compte tenu du prix du titre. Les figurines sont de bonne qualité, ni trop rigides ni trop molles, elles n’ont pas l’air fragiles.

Les cartes sont d’une épaisseur convenables mais n’ont pas le linen finish et les compteurs en carton sont de bonne qualité. Ils sont ni trop serrés ni trop lâches, ils tournent bien et ne glissent pas.

Les jetons acolytes sont en plastique imprimé, ils sont de bonne qualité (j’aurais cependant aimé des figurines, même si cela aurait monté le prix de la boite).

Enfin le plateau est de la bonne épaisseur et se déplie correctement.

Dans l’ensemble le titre donne une impression de qualité et de durabilité.

Unmatched

Thème

Il n’y a pas vraiment de thème dans Unmatched. Ou plutôt, il mélange plein de thèmes différents, c’est le principe des mashup.

Pour cette boite, on fait s’affronter Robin des bois et Bigfoot, deux personnages forestiers mais très différents.

Robin des Bois est un personnage fictif, héros légendaire et archétypal du Moyen Âge anglais. D’abord sujet d’une tradition orale, il devient un personnage littéraire au 14ième siècle, avec des œuvres telles que Piers plowman (« Pierre le Laboureur ») de William Langland, puis le héros de diverses gestes du 15ième siècle telles que The Lytell Geste of Robin Hood.

Selon la légende, telle qu’elle est répandue aujourd’hui, Robin des Bois était un brigand au grand cœur qui vivait caché dans la forêt de Sherwood et de Barnsdale. Habile braconnier, mais aussi défenseur avec ses nombreux compagnons des pauvres et des opprimés, il détroussait les riches au profit des pauvres ou rendait au peuple l’argent des impôts prélevés, selon les idéaux des auteurs.

La première mention de Robehod ou Hobbehod date de 1228 dans un document judiciaire : un parchemin recense un Robinhood mis en prison pour non-paiement d’une dette ou d’une amende. La majorité des références datent de la fin du 13ième siècle : entre 1261 et 1300 en Angleterre, on retrouve pas moins de huit références à un certain Rabunhod.

Au début du 14ième siècle, des ballades populaires célèbrent les aventures de Robin des Bois, notamment d’un Robin, chef d’une équipe de lutteurs qui apparaît lors des fêtes paroissiales. Il est dès lors suffisamment connu dans la tradition orale pour apparaître dans la littérature : la première mention manuscrite d’une œuvre littéraire de Robin des Bois se trouve dans Pierre le laboureur (Piers Plowman) de William Langland (1377), où Sloth, un prêtre paresseux, déclare : « Je connais des rimes de Robin des Bois. » Trois ans plus tard, le chroniqueur écossais Jean de Fordun écrit que le personnage de Robin des Bois dans les ballades « plaît mieux que tous les autres. »

Au cours du 15ième siècle se forge la légende de Robin des Bois dans plusieurs ballades qui s’étoffent : A Gest of Robyn Hode (La geste de Robin des Bois) est un conte enfantin, compilation de plusieurs poèmes du 14ième siècle, qui le présente comme un hors-la-loi au grand cœur, affrontant un système corrompu avec son arc long (arme ignoble au sens étymologique du terme) ; Robin et le moine, histoire sanglante dans laquelle il détrousse les riches pour son propre compte et tue des gens avec flegme ; Robin et le potier, conte comique dans lequel il berne le shérif de Nottingham grâce à la femme de ce dernier ; Gest présente une version complète de l’histoire de Robin des Bois (avec les personnages du bûcheron Petit Jean et de Stuteley, chef du groupe de paysans que Robin a sauvé de la potence).

Des historiens marxistes comme Rodney Hilton en ont fait le symbole de la révolte paysanne alors que Robin des Bois apparaît dans ces textes plutôt comme un yeoman.

D’après les recherches de Laurence Belingard, maître de conférence en histoire anglaise à l’université d’Avignon, le personnage décrit dans certaines ballades populaires n’a rien à voir avec l’image du noble justicier mais plutôt comme un paysan parfois cruel et violent. Elle note par exemple des passages où le héros décapite un moine, ou d’autres où il décapite un enfant.

Le Bigfoot ou Sasquatch est une créature légendaire qui vivrait au Canada et aux États-Unis. La multiplication des témoignages pourrait laisser penser qu’il ne s’agirait pas d’un individu, mais de plusieurs hypothétiques créatures.

Le nom Bigfoot (« grand pied » en anglais) lui a été donné par les premiers colons lors de la conquête de l’Ouest, du fait de sa grande taille présumée et surtout des empreintes gigantesques qu’il laisserait après son passage. Cet être humanoïde occuperait principalement les grandes chaînes de montagnes (Adirondacks, Rocheuses, et Appalaches) ainsi que les régions très boisées et faiblement peuplées par l’homme (les Everglades). Le nom sasquatch vient du halkomelem sésq̓əc, « géant velu»

Le terme amérindien « sasquatch » est plus utilisé au Canada, en particulier en Alberta et dans les chaînes de montagne, tandis qu’aux États-Unis et en Europe le terme « bigfoot » lui est préféré. Ces êtres sont généralement décrits comme étant des hominidés. L’absence persistante de preuve matérielle de son existence conduit toutefois la plupart des scientifiques à les considérer comme relevant du folklore.

ze meeple

Mécanique

C’est le point fort d’Unmatched ! La mécanique est assez simple, mais elle rend le jeu nerveux, tendu, on sent bien le duel à mort. Il va falloir user et abuser de ruses, de stratagèmes et de fourberies pour arriver à bout de votre adversaire. Le jeu est jouable jusqu’à 4, mais clairement, il a été pensé pour deux, c’est dans cette configuration que tout sa substantifique moelle est accessible.

Mélangeant un jeu de cartes et un jeu de figurine, le mashup ne se fait pas qu’au niveau du thème, mais bel et bien au niveau de la mécanique aussi. Ce qui est vraiment top, c’est bien sûr l’asymétrie très forte du titre. En effet, chaque personnage se joue totalement différemment et les stratégies que vous mettrez en place dépendent de votre avatar. Certains héros sont plus offensifs, d’autres s’appuient sur le mouvement ou bien la défense, bref il y en a pour tous les goûts. Si vous ajoutez à cela les autres boites contenant d’autres héros, le roaster devient vraiment impressionnant et hyper diversifié.

La question qui me turlupine néanmoins c’est l’équilibrage des personnages. Je dois vous avouer que je n’ai ni le recul, ni les compétences pour émettre un avis sur la question. Ce que je peux vous dire, c’est qu’après une rapide recherche sur internet, le nombre de classements portant sur la puissance des personnage me met dans un doute affreux sur ce fameux équilibre. Une méta peut donc se mettre en place. Ce que je peux vous dire avec certitude néanmoins c’est qu’un personnage dit « faible » mais bien joué l’emportera systématiquement sur un personnage « puissant » mal joué.

Ce que j’ai beaucoup aimé dans Unmatched c’est les cartes qui ne sont jouables que par le héros ou que par les acolytes. Je trouve que c’est une excellente idée, avec le bémol qu’elles deviennent « mortes » quand l’utilisateur n’est plus sur le terrain.

L’impossibilité de récupérer les cartes défaussées, donne un timer à la partie, et oblige les joueurs à bien gérer leur main et surtout leur deck. Car perdre 2 points de vies sur tous les combattants à chaque fois qu’on ne peut pas piocher une carte, c’est vite mortel. Ça vous tue instantanément des acolytes à 1 PV (comme les harpies) et ça vous tue un héros en 3 tours. Heureusement, si vous avez prévu le coup, vous pouvez jouer plusieurs tours sans avoir à piocher, mais quand même, souvent, cela sonne le glas de votre partie. Imaginez, vous vous retrouvez sans acolytes, sans pioche et avec que des cartes acolytes, vous pouvez abandonner immédiatement.

Alors bien sûr, il y a du hasard dans Unmatched. Déjà la pioche : vous aurez, ou pas, les cartes qu’il vous faut quand il vous les faut. Heureusement, grâce à une stratégie habile, vous arriverez à limiter ce hasard, et c’est tout l’enjeu du titre. Les pouvoirs personnels des héros vous y aideront à coup sûr et les utiliser à bon escient sera la clef de la victoire.

Globalement, Unmatched est un jeu d’escarmouche tactique hyper nerveux dans lequel les joueurs jouent coups pour coups et les victoires se font souvent à la Pyrrhus.

Les deux personnages fournis ont une mécanique à la fois semblables et très différentes. Robin des bois est un combattant à distance qui doit se déplacer beaucoup e se cachant derrière 4 acolytes, tandis que Bigfoot est un bourrin au corp à corps mais qui est basé sur le déplacement également, avec un acolyte qui peut servir de leurre ou de bouclier.

Je ne rentrerais pas de le débat de la métagame et je ne vous dirais donc pas s’ils sont forts ou pas, mais les deux ont une mécanique fort intéressante à mon goût.

Unmatched

Simplicité des règles

Les règles de Unmatched en elles mêmes sont très simples : on effectue deux actions qui peuvent être les mêmes et c’est au tour de l’autre. Tout le reste est expliqué de manière claire sur les cartes (qu’on prendre soin de lire au début de la partie pour identifier le style du personnage).

Le livret de règles est très bien fait et tout est expliqué clairement. Unmatched est donc un bon portail d’entrée pour ce type de jeu.

ze meeple

Mise en place / Rangement

Le jeu s’installe quasi instantanément, et ça c’est hyper cool ! Grâce à un thermoformage efficace et utile, le jeu se range tout aussi vite. On installe, on joue, on range, le tout en 40 minutes, c’est fort agréable, bravo !

J’ai trouvé un petit défaut sur le thermoformage de cette boite au niveau du rangement des acolytes de robin, qui sont un peur durs à récupérer.

Conclusion

Unmatched est un excellent jeu d’affrontement mêlant jeu de cartes et jeu de figurine. Nerveux et rapide, on y incarne des personnages de fiction issus d’univers différents. Grâce à une mise en place éclair, on s’y plonge immédiatement pour le plus grand plaisir des protagonistes. Avec une mécanique très asymétrique, un système de combat original et la gestion de main et de deck, Unmatched est parfait pour ceux qui cherchent un jeu d’affrontement rapide avec une mécanique simple, à sortir pour savoir qui fait les tâches ménagères par exemple 🙂

Les deux personnages fournis sont intéressants à jouer et complètent bien le roster déjà bien éclectique de la première boite.

Arnaud

Vous aimerez aussi...

1 réponse

Laisser un commentaire

It's Alive !
Pas de stream pour l'instant
%d blogueurs aiment cette page :