[Test] shards of infinity : le deck building réinventé.

  • Shards of Infinity, le deck building réinventé
  • Shards of Infinity, le deck building réinventé
  • Shards of Infinity, le deck building réinventé
  • Shards of Infinity, le deck building réinventé
  • Shards of Infinity, le deck building réinventé
  • Shards of Infinity, le deck building réinventé
  • Shards of Infinity, le deck building réinventé
  • Shards of Infinity, le deck building réinventé
  • Shards of Infinity, le deck building réinventé

shards of infinity2-4 hérosshards of infinityGary ARANT, Justin GARY
shards of infinity10 ans et +shards of infinity Aaron NAKAHARA
shards of infinity30 minshards of infinityStone Blade Entertainment, Iello
shards of infinityDeck building, cartes, gestion de main, combo de cartesshards of infinityScience fiction, futuriste
shards of infinity18€90 chez Tsuro
19€90 chez Baraka Jeux
et dans shards of infinity

Qu’est ce que c’est ?

Dans Shards of Infinity, les auteurs du multi-primé Ascension s’associent à Iello pour la distribution en France et reboostent totalement le deck building. Iello nous avait sorti il y a quelques années un petit deck building nerveux à un prix très intéressant. Ce deck building est Stars Realms, ni plus ni moins. Ascension, quant à lui, est un jeu plus gros format avec une multitude de boites toutes indépendantes proposant à chaque fois une nouvelle mécanique. Les 2 jeux souffraient néanmoins de mécanique vieillissante et surtout pouvaient très vite s’éterniser et on pouvait avoir des parties interminables.

Dans shards of infinity, ce problème est corrigé. C’est un jeu nerveux qui associe un niveau de stratégie inégalé à une personnalisation illimitée. Les points fort en revanche de Star Realms sont conservés.

Le moteur d’infinité, capable de déformer la réalité elle-même, aurait sans doute été une des plus grandes réussites de l’homme si ses créateurs corrompus n’avaient pas exploité son pouvoir immense pour asservir le monde.

Après un millénaire d’oppression, la résistance a fini par le détruire, déchirant le voile de la réalité et faisant pleuvoir une grêle d’éclats sur l’humanité, réduisant la civilisation en poussière.

Mais quatre grandes factions ont émergé des restes de l’ancien monde, chacune dirigée par un héros maîtrisant le pouvoir des éclats :

  • Homodeus : Des hybrides biomécaniques rassemblés dans un seul but de survivre.
Shards of Infinity, le deck building réinventé
  • Spectra : Réfugiés du vide, mus par une énergie noire et terrible qui maintient en vie leurs corps dégénérés.
Shards of Infinity, le deck building réinventé
  • Maquis : Cachés dans le refuge naturel qu’offre la forêt, déterminés à redonner à la nature le contrôle de leur monde.
shards of infinity
  • L’Ordre : Connecté par l’esprit aux hautes sphères numériques, dont les moines cherchent à préserver la connaissance.
Shards of Infinity, le deck building réinventé

Les éclats s’attirent et se ressemblent, tandis que leur pouvoir se renforce. Quiconque parviendra à réunir suffisamment d’éclats pourra de nouveau déchaîner le pouvoir du moteur d’infinité et contrôler le monde.

La guerre est inévitable. Quel camp choisirez-vous?

Qu’est ce qu’on trouve dans la boite de shards of infinity ?

shards of infinity à l’image de Star Realms est un jeu qui sera évolutif et dont on va pouvoir profiter de plein d’extension dont certaines sont déjà annoncées.

Dans la boîte de base vous trouverez :

  • 128 cartes (format standard 63×88 mm).
  • 4 fiches de héros (avec le compteur de vie et d’éclat incorporé).
  • Shards of Infinity, le deck building réinventé
  • Shards of Infinity, le deck building réinventé
  • Shards of Infinity, le deck building réinventé
  • Shards of Infinity, le deck building réinventé
  • 1 livret de règles.

Comment on joue à shrads of infinity ?

Comme tout deck building, shards of infinity ne déroge pas à la règle de base. On pioche au départ une main de 5 cartes qui va permettre d’augmenter son jeu en achetant d’autre cartes disponibles. Les cartes jouées et les cartes achetées vont dans une défausse, puis on re-pioche 5 cartes pour préparer son nouveau tour.

Si la pioche est vide, on mélange sa défausse et on pioche les cartes restantes pour se constituer une main à 5 cartes.

Alors qu’est-ce qui fait que shards of infinity réinvente le deck building?

Shards of infinity est novateur sur différents points :

  • D’une part vous avez une jauge de mana d’éclat qui permet d’augmenter le pouvoir des cartes que vous avez en votre possession. Du coup, même les cartes faibles achetées en début de partie peuvent être redoutables si vous avez rassemblé assez d’éclat. Pour augmenter cette jauge, en dehors du fait que certaines cartes vous aident à le faire, vous pouvez également dépenser, une gemme (la monnaie du jeu).
  • Shards of Infinity, le deck building réinventé
  • shards of infinity
  • Certaines cartes sont des mercenaires. La particularité de ces cartes c’est qu’elle peuvent être jouées directement depuis la réserve de carte (rivière) sans devoir les mettre dans notre défausse et attendre de les piocher. Les mercenaires sont ainsi joués en « one shot » et se retrouvent après l’emploi dans la défausse du jeu collectif. C’est un très bon moyen pour ne pas s’encombrer d’une carte non combo avec son jeu mais également d’enlever ce choix à notre adversaire. Ces cartes se distinguent par un contour rouge et par l’annotation peu visible de « mercenaire » sur l’illustration.
  • shards of infinity
  • shards of infinity
  • shards of infinity
  • Shards of Infinity, le deck building réinventé
  • shards of infinity
  • Encore une particularité, ce sont les champions. Les champions ont la particularité, à l’image des bases dans Star Realms, de pouvoir rester sur la table lorsqu’elles sont jouée. Ce sont des cartes très fortes qui ont également des points de vie, et qui peuvent être actionnées chaque tour. La stratégie pour l’adversaire sera de juger l’impact de ces cartes et de savoir s’il est préférable de les laisser en attaquant les points de vie du héros ou de les détruire.
  • shards of infinity
  • shards of infinity
  • shards of infinity
  • shards of infinity
  • Dernière particularité, encore une fois à l’image de Star Realms, ce sont les cartes qui ont un symbole bouclier et qui peuvent, comme les avant-postes, vous protéger des dégâts infligés. La différence, c’est que vous n’avez pas besoin de jouer ces cartes pour vous défendre. Il suffit de les avoir dans votre main et les montrer à votre adversaire lors d’une attaque en arborant votre plus beau sourire narquois : « Ah ah ah tu ne me fait pas peur…«
  • shards of infinity
  • shards of infinity
Comment on Gagne à shards of infinity ?

La partie s’arrête dès qu’il ne reste plus qu’un survivant de cette terrible guerre. Il ne lui restera plus qu’à reconstruire le monde qu’il vient de dévaster.

Est-ce que c’est bien ?

Oui c’est bien, c’est même très bien. Le jeux se veut nerveux et la partie n’est jamais gagnée à l’avance même si on pense que c’est plié pour son adversaire. Le jeu est très épuré et la rotation de son deck est rapide grâce à la possibilité de jouer depuis la rivière ou d’augmenter sa jauge d’éclat au lieu d’acheter une carte qui viendra augmenter la taille de notre jeu.

Ce que j’ai ❤️:

  • C’est un deck building (mais je ne suis pas très objectif).
  • C’est un jeu nerveux qui peut se retourner à n’importe quel moment.
  • La possibilité de jouer des cartes depuis la rivière.
  • Les cartes peuvent devenir de plus en plus fortes.
  • Le petit prix.

Ce que j’ai 💔:

  • Le jeu n’est pas asymétrique et les clans de départ n’influencent pas la manière de jouer (la première extension va changer ce point).
  • Il y a peu de cartes dans la boite de base, ce qui va nous pousser à prendre des extensions.
  • C’est un deck building au final.
shards of infinity

Design

Les illustrations sont très belles et le texte écrit sur les cartes est très lisible. J’aime beaucoup la petite phrase écrite sous chaque effet qui nous permet de bien comprendre le contexte de la carte.

Sur chaque carte figure, de manière très subtile, la rareté. Vous savez rapidement le nombre d’exemplaires qui se trouvent dans la pioche commune.

Les fiches personnage sont de bonne facture et le système de compteur intégré rend la manipulation agréable. J’aurais toutefois préféré avoir les compteurs de manière asymétrique. En effet on a tendance à toucher involontairement la jauge d’éclat lorsqu’on touche au compteur des points de vie.

shards of infinity

Thème

C’est toujours très difficile pour un deck building de vous faire plonger réellement dans le thème. Il est très vite oublié pour se concentrer uniquement sur les combo de cartes. Dans shards of infinity, le thème nous est rappelé sur chaque carte par une petite phrase et le design futuriste des cartes nous rappelle l’époque.

shards of infinity

Mécanique

Je ne vous le cache pas, shards of infinity est un deck building. Sa mécanique n’est pas novatrice pour son moteur de jeu. Cependant les quelques ajustement de règle font de shards of infinity, un jeu plaisant, nerveux dont la re-jouabilité est de mise. Il corrige les erreurs de Star Realms et se promet donc un long avenir parmi les deck building.

ze meeple

Simplicité des règles

Si vous savez jouer à un deck building alors vous savez forcément jouer à shards of infinity. Les nouvelles mécaniques se prennent très facilement en main et la règle est très complète.

Si vous ne connaissiez pas la mécanique des deck building, shards of infinity est un peu plus complexe que d’autres jeux. Cependant, la règle est très bien écrite et bien détaillé. Cela vous permet facilement de comprendre le concept et de vous familiariser avec ce nouveau type de jeu.

shards of infinity

Mise en place / Rangement

La mise en place prend une vingtaine de secondes et le rangement aussi. Je trouve que l’insert en carton dans la boite ne sert pas à grand chose.

Conclusion

Shards of infinity est un excellent deck building qui sait rajeunir cette mécanique en proposant des innovations. Le jeu en devient plus nerveux et génère une tension jusqu’à la fin de la partie. Rien n’est acquis et encore moins la victoire.

Le jeu est meilleur à 2 joueurs en affrontement direct. A plusieurs, le jeu est plus chaotique et au final c’est le joueur qui se fait le plus oublier qui sera le vainqueur. J’aime tout de même qu’il y ait la possibilité de jouer en équipe (2 contre 2) ou en anarchie totale.

Le potentiel de shards of infinity est grandiose et je suis impatient de connaître les extensions. A ce prix-là, il est indispensable de l’avoir dans sa ludothèque car c’est le jeu que vous aurez plaisir à sortir pour une partie courte sans prise de tête mais avec une bonne montée de dopamine.

C’est un jeu qui a déjà sa place dans la ludothèque du bar à jeux le Fou de la Dame 😉

Testeur : Mathieu et Elodie du Fou de la Dame, Julien Prothière, Simon, Baptiste Laurent

Mathieu

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 4 avril 2021

    […] Retrouvez l’article complet : https://undecent.fr/2021/03/31/test-shards-of-infinity-deck-building/ […]

Laisser un commentaire

It's Alive !
Pas de stream pour l'instant
%d blogueurs aiment cette page :