[Test] Intime Conviction, 12 hommes en colère

Intime Conviction2-12 joueursIntime ConvictionCéline PietersRaphaël Vanleemputten
Intime Conviction15 ansIntime Conviction Céline PietersRaphaël Vanleemputten
Intime Convictionà partir de 30 minutesIntime ConvictionFika
Intime ConvictionEnquête, ambiance, jeu de rôle, coopératifIntime ConvictionJury d’assises
Intime Conviction11€50 chez Intime Convictionet dans votre boutique de jeux favorite !
Intime Conviction

Qu’est-ce qu’on y fait ?

Ah les jury s’assises, cela me rappelle mon mémoire de Master en psychologie sociale (ça claque hein ?) sur les facteurs extra légaux qui influencent un jury d’assise, idée que le juge Halphen avait soumis à mon maître de stage. A la fois un super mais aussi un douloureux souvenir où j’ai testé différentes réactions d’un jury populaire face à des éléments du dossier. Si j’avais eu ce genre de jeux à l’époque, j’aurais pu faire une étude bien différente.

En effet, j’ai pu montrer que la présence ou non de certaines pièces clés (le rapport toxicologique du prévenu et la photo de la scène de crime) influence grandement le verdict et la lourdeur de la peine.

Alors du coup j’ai pas mal étudié le système des assises françaises et américaines et si l’expérience proposée ici est proche des deux, on ne se fade pas (heureusement) les milliers de pages qui constituent généralement les dossiers d’instruction. Si la nature de la peine est normalement décidée par le jury, ici le jeu s’arrête à la culpabilité ou non du prévenu. Le Juge et ses deux assesseurs ne sont pas non plus représentés dans la salle.

Dans Intime Conviction, les joueurs vont se retrouver dans le huit clos d’une salle de délibération, et vont à son terme rendre un verdict après avoir examiné quelques pièces importantes du dossier.

Qu’est ce qu’on trouve dans la boite ?

  • 1 Règle du jeu
  • 1 Portrait de l’accusé·e & sa déclaration
  • 1 Scène du crime
  • 12 Cartes de jurés
  • 24 Cartes de vote final
  • 4 Fiches d’enquête scellées
  • 1 RÉVÉLATION FINALE ! À dévoiler en fin de partie

Comment on joue à Intime Conviction ?

La mise en place :

On dispose le petit plateau qui représente le contexte du crime au centre de la table. On distribue les 12 cartes jurés parmi les joueurs. Si vous êtes moins de 12, des joueurs peuvent donc en avoir deux. On donne une carte COUPABLE et une carte NON COUPABLE à chaque joueur. Les autres éléments sont réservés non loin et ne sont à consulter que quand on nous les demande.

Le tour de jeu :

Dans l’ordre des cartes jurés, les joueurs vont lire leur carte puis effectuer ce qui est demandé dessus. Cela peut être d’ouvrir une des 4 fiches Enquête, une instruction secrète, la réclusion d’un juré etc…

Une fois que les 12 cartes jurés ont été jouées, on procède au vote final.

La fin de jeu :

On peut discuter autant qu’on veut (parfois même se disputer) avant de voter. Quand les débats sont clos (ou deviennent stériles) le premier juré annonce le début des votes. Chacun sélection une de ses cartes verdict. La majorité l’emporte. En cas d’égalité, on peut recommencer les débats et revoter jusqu’à ce qu’une majorité se dégage.

Est-ce que c’est bien ?

Ce que j’ai ❤️:

  • On retrouve assez bien l’ambiance d’une délibération
  • Le packaging du jeu
  • Les fiches enquêtes bien faites
  • Pas de règles, on se laisse porter par le jeu
  • L’enquête intéressante…

Ce que j’ai 💔

  • … dont la conclusion m’a laissé sur ma faim
  • Si tout le monde est d’accord, il n’y a pas de débats
  • Pas de re jouabilité
Intime Conviction

Design

Bon je vous le dit tout de suite, je suis pas fan des illustrations d’Intime Conviction. J’ai trouvé que tous les personnages se ressemblaient et il est assez compliqué de retrouver les personnages dont on parle dans la foule. Les dessins manquent de précision, c’est dommage pour ce scénario qui demande à retrouver des gens à la manière d’un trouvez Charlie (qu’on a trouvé d’ailleurs). Le jeu n’est pas très coloré, mais j’imagine que c’est voulu, il reprend les tons marrons d’un bouchon de liège.

Au delà de ça, le jeu est assez bien foutu dans sa conception, il prend peu de place, les textes sont claires et explicites, on comprend bien ce qu’on doit faire et où le jeu veut vous emmener.

Les fiches enquêtes sont bien faites, elles sont claires et donnent les infos qu’il faut. Certaines d’entres elles ressemblent aux documents qu’on peut retrouver dans un dossier d’instruction, c’est bien !

Intime Conviction

Qualité du matériel

La qualité du matériel est standard pour un jeu dans cette gamme de prix. Les cartes, si elle n’ont pas le linen finish sont d’une qualité standard, et on ne les manipule pas trop de toutes façons. L’enveloppe qui sert de boite est correcte même si le fermoir s’abîme assez vite et votre enveloppe aura du mal à fermer après 3-4 ouverture/fermeture.

En revanche, les autocollants qui ferment les enveloppes sont très bien faits, et on peut décoller et recoller plusieurs fois ces enveloppes sans abîmer le papier. C’est bien pour un jeu qui se destine ensuite à la revente ou au prêt, voire aux bars ludiques.

Dans l’ensemble je suis plutôt satisfait de la qualité d’Intime Conviction.

ze meeple

Thème

J’aime énormément le thème d’Intime Conviction et il est ici très bien rendu, même si la procédure est bien sûr hyper simplifiée. Dans la plupart des pays développés, il existe, pour les crimes majeurs des jurés d’assise, d’origine populaire, qui donnent leur avis sur la culpabilité et la peine d’un prévenu. Leur nombre, leur composition, et leur fonctionnement varient en fonction du pays, mais globalement, la plupart des jurys d’assise fonctionne à peu près pareil.

En France, la cour d’assises est une juridiction départementale, compétente pour juger les personnes accusées d’avoir commis un crime. Les crimes sont le répertoire d’infractions les plus graves (assassinat, meurtre, empoisonnement, rapt, viol, vol à main armée…). Elle est aussi compétente pour juger les infractions connexes à un crime qui serait l’infraction principale. Sa compétence est définie à l’article 231 du code de procédure pénale.

La justice criminelle moderne se met en place à la Révolution française avec un « tribunal criminel » dans un cadre départemental, avec des magistrats choisis au sein du tribunal de district et un jury criminel composé de citoyens, ce qui constitue une innovation.

Les tribunaux criminels prennent le nom de cour d’assises avec la loi du 20 avril 1810 sur l’organisation des tribunaux. Jusqu’en 1942, les fonctions du jury et des magistrats professionnels sont séparées : le jury (de 12 membres) décide seul de la culpabilité, les magistrats de la peine, ce qui donne lieu à des acquittements de compassion ou à des condamnations de représailles basées sur l’émotion populaire. La loi du 25 novembre 1941, en vigueur au 1er janvier 1942, attribue la décision, sur la culpabilité comme sur la peine, à l’ensemble de la cour d’assises et réduit à six le nombre des jurés.

Le jury populaire est composé de citoyens de plus de vingt-trois ans, sachant lire et écrire en français (article 255 du code de procédure pénale), jouissant de leurs droits politiques, civils et de famille, et ne se trouvant dans aucun cas d’incapacité ou d’incompatibilité listées à l’article 257 du code de procédure pénale (membres du gouvernement, parlementaires, magistrats, fonctionnaires de police ou de l’administration pénitentiaire, militaires de la gendarmerie, en activités de service.). Les jurés sont tirés au sort sur les listes du jury criminel établies tous les ans dans chaque département à partir des listes électorales. Cette liste annuelle sert au tirage au sort des jurés de session, qui peuvent être amenés à siéger au cours d’une session déterminée.

Au terme des audiences, le président de la cour d’assises, ses deux assesseurs et les jurés se retirent pour délibérer. Au cours de ces délibérations, ledit jury devra se prononcer :

  • sur la culpabilité : l’accusé est-il coupable du ou des chefs d’accusation qui ont été retenus contre lui ? A-t-il agi avec préméditation ? etc.
  • sur la peine : il s’agit de déterminer quelle peine sanctionnera le ou les faits dont le ou les accusés ont été reconnus coupables.

Lors de ces délibérations, l’affaire jugée est mise à plat et les membres de la Cour (qu’ils soient magistrats ou jurés populaires) confrontent leurs points de vue. À l’issue de ce débat, les décisions se font par un vote à bulletin secret.

Depuis le 1er janvier 2012, toute décision défavorable à l’accusé nécessite six voix en premier ressort, et huit voix en appel.

La décision sur la peine se forme à la majorité absolue des votants. Toutefois, le maximum de la peine privative de liberté encourue ne peut être prononcé qu’à la majorité de six voix au moins lorsque la cour d’assises statue en premier ressort et qu’à la majorité de huit voix au moins lorsque la cour d’assises statue en appel.

Pour Intime Conviction, il me semble que Fika édition, maison d’édition belge, se base sur le système belge, mais malgré une simplification énorme de la procédure, on a vraiment l’impression de devoir statuer en son âme et conscience sur le sort d’un prévenu. Contrat rempli !

Intime Conviction

Mécanique

La mécanique pure du jeu est très bien faite. Elle est très simple, et on n’a qu’à se laisser porter par le jeu. On peut discuter, échanger ses points de vue, débattre à tout instant, on peut même déclencher un vote d’observation au milieu des débats.

Il m’est très difficile d’argumenter mon avis sans vous dévoiler des parties de l’intrigue, aussi, pour une fois, mon avis ne sera pas trop argumenté, vous devrez me croire sur parole (je sais c’est difficile).

J’ai trouvé l’histoire intéressante, pas trop gore ou polémique, c’est bien. Contrairement à la réalité on ne se retrouve pas à juger une affaire de pédophilie ou quelque chose de sordide comme cela et ça c’est plutôt bien, on est là pour passer un bon moment par pour être mal à l’aise.

Le scénario n’est pas très alambiqué et les habitués des jeux d’enquête verront assez claire dans le scénario. J’ai trouvé que le scénario manquait un chouilla de profondeur et si le jeu tente de vous mener sur de mauvaise piste, il peut y arriver si vous avez l’habitude des jeux d’enquêtes (je ne vous en dit pas plus volontairement), sinon vous irez droit au but sans encombre et vous aurez raison.

J’ai été aussi un peu déçu par la révélation qui m’a laissé sur ma faim, ne vous donnant pas vraiment la solution à l’enquête. Alors oui, je sais, que dans la vraie vie on ne sait pas si on a eu raison de décider ce qu’on a décidé, et que les auteurs ont fait exprès pour reproduire ce sentiment, mais justement, on joue à des jeux pour en pas être dans la vraie vie et j’aurais aimé une fin un peu plus tranchée. Bien sûr c’est mon avis, je sais que d’autres ne seront pas d’accord, mais nous avons tous eu ce sentiment autour de la table.

Malgré tout, nous avons passé un bon moment, nous avons eu des débats intéressants, et même si on était presque tous d’accord rapidement quand au verdict, les discussions ont été bien réalisées, le jeu vous poussant à le faire.

Il y a des éléments d’enquête, bien sûr, mais aussi de jeu de rôle où les joueurs vont lire des rapports d’interrogatoire en incarnant les protagonistes. J’ai bien aimé le petit côté trouvez Charlie où il fallait retrouver les personnages en question dans la foule.

Globalement, nous avons passé un bon moment à jouer à Intime Conviction, et finalement c’est le principal.

Deux modes de jeu sont présents dans Intime Conviction : soit vous résolvez l’enquête en une soirée, comme nous, soit sur plusieurs jours en révélant chaque joueur quelques cartes.

ze meeple

Simplicité des règles

Les règles d’Intime Conviction sont hyper simples. Il faut juste savoir qu’il faut résoudre les cartes jurés dans l’ordre et après on se laisse porter par le jeu. C’est cool de ne pas avoir à se fader un livret de règles de 50 pages avant de jouer.

Intime Conviction

Mise en place / Rangement

Le peu de matos d’Intime Conviction fait que le jeu s’installe et se range en un éclair, c’est bien. On sort tout et on joue direct.

Verdict

Intime Conviction est un chouette jeu d’enquête et d’ambiance où vous allez reproduire le huit clos d’une délibération de jury d’assise. On y passe un très bon moment. Un seul scénario et on passe le jeu à quelqu’un d’autre, mais à ce prix là, c’est pas très grave. Le huit clos est très bien rendu avec un scenario qui vous évite toutes les parties glauques d’une affaire criminelle. Vous pouvez y jouer avec tous les publics en famille ou entre amis. Globalement, le concept a de quoi séduire et sur un format original, c’est assez rafraîchissant. Ce troisième opus de la série est à essayer rapidement !

Testeurs : Arnaud, Carole, Baptiste, Auriane.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

It's Alive !
Pas de stream pour l'instant
%d blogueurs aiment cette page :