[Test/extension] Saint Seiya – Extensions Asgard et Poseidon

Saint Seiya
Saint Seiya1/2-4 joueursSaint SeiyaMaxime Badad
Saint Seiya14 ans et +Saint Seiya
Saint Seiya1 heureSaint SeiyaYoka By Tsume
Saint SeiyaCartes, deckbuildingSaint SeiyaNéo Ludis
Saint Seiya02/2022Saint Seiya Animé Saint Seiya
Saint SeiyaAsgard 22,50 € chez Philibert
Poseidon 22€50 chez Saint Seiya
et dans Saint Seiya
Saint Seiya : Extensions Asgard et Poseidon

Relevez vous Chevaliers, de nouveaux ennemis se dressent contre vous. Les Chevaliers divins prennent part au combat, de nouvelles armures, de nouveaux pouvoirs et les reliques sacrées d’Asgard vous permettront d’en venir à bout.

Unissez vous pour vaincre le terrible Poseidon qui menace de submerger Athéna et la totalité du globe.

Dans les deux extensions du jeu de Maxime Babad sous la licence de l’animé Saint Seiya, l’une sortie en 2019 – Asgard -, l’autre – Poseidon –  sortant en ce début 2022 chez les luxembourgeois de Yoka By Tsume, vous incarnez toujours un de vos héros préféré pour affronter vos amis ou vous battre contre les redoutables ennemis des Chevaliers, à savoir Poseidon et Asgard, et vous retracez les aventures épiques de l’animé dans ce jeu de Deck-building.

Saint Seiya
Le jeu de base Saint Seiya

Alors vous faudra-t-il vraiment acquérir ces extensions ? Qu’apportent-elles ? Sont-elles incontournables ou dispensables ? La réponse ? … Après avoir battu la belle pile de nouvelles cartes mise à disposition dans cette chronique croisée …

Qu’est ce qu’on trouve dans la boîte ?

Asgard

Asgard
  • 1 livret de règles
  • 50 Cartes (35 Personnages, 13 Armures, 2 Reliques)
  • 25 marqueurs Gel
  • 5 plateaux Joueur
  • 15 marqueurs Energie
  • 1 Statue d’Odin
  • 7 Saphirs d’Odin
  • 1 plateau Hilda + roulette
  • 1 marqueur Hilda
  • 1 Dé

Poseidon

Poseidon
Saint Seiya
  • 1 Livret de règles
  • 51 Cartes (40 Personnages,9 Armures et 2 Reliques)
  • 26 mini-cartes (19 Epopées et 7 Piliers)
  • 6 jetons Arme de la Balance, 4 jetons Sablier et 18 jetons PV
  • 5 pions Héros
  • 1 plateau et 1 pilier central Main Breadwinner
  • 1 pion Submersion

Comment on joue aux extensions Asgard et Poseidon ?

Les extensions n’apportent pas de modifications radicales au jeu de base, elles ajoutent des nouvelles cartes, des plateaux individuels, des nouveaux effets mais sans alterer la mise en place du jeu de base.

Il n’y a que le mode coopératif de Poséidon qui modifie la mise en place du terrain. Chacune des extensions est indépendante de l’autre. On n’est pas obligé d’avoir Asgard pour jouer à Poseidon et inversement.

Je vais présenter la mise en place des deux extensions ensemble avec leurs spécificités distinguées par la couleur rouge pour Asgard et couleur bleue pour Poseidon et détailler par la suite les mode coop et solo par la suite.

  • Mise en place

En sus de la mise en place classique du jeu de base, les joueurs prennent avec l’extension Asgard leurs plateaux Joueurs correspondant aux Chevaliers incarnés, ainsi que trois jetons énergies associés. On dispose la statue d’Odin a proximité du terrain de jeu avec les 7 Saphirs d’Odin, les marqueurs Gel, avec l’extension Poseidon, les mini cartes épopées, les jetons Arme de la balance, Sablier et Point de Victoire.

Toutes les nouvelles cartes sont ajoutées à la réserve de base sauf les nouvelles cartes Armure des héros qui sont écartées avec les autres cartes héros. Attention, les mini-cartes pilliers sont écartées et seront utilisées au cours de la partie.

Pour le mode solo, on utilise le plateau de Hilda, le dé de Hilda et le jeton Hilda. Les cartes Hilda, Pope et Reliques sont retirées du jeu ; L’Horloge et la Statue d’Odin ne seront pas non plus utilisées.

Pour le mode coop, la mise en place pour les Joueurs restent la même, chaque joueur prend également le pion Héros associé; le terrain quant à lui est complètement remodelé, la piste de carte, l’Horloge et la statue d’Odin ne sont pas utilisées, on place le Pilier du Main Breadwinner au centre de la table.

On place les mini-cartes Pilier sur chaque emplacement autour du pilier central puis, après avoir retiré 7 cartes Généraux Marinas différents de la Réserve, on place un Général Marinas face visible sur chaque pilier. A partir de la réserve on constitue 7 piles de 11 cartes face cachées qui seront placées sur chaque pile Général-Pilier. La réserve est placée à proximité du terrain, le pion Submersion est placée sur l’emplacement sablier du plateau. Pour finir, chaque joueur place son pion Héros en face d’une pile de son choix autour du plateau.

  • Déroulement de partie

La partie se déroule comme dans le mode classique (voir l’article complet ici sur Undécent.fr), une mini-carte épopée est révélée en début de partie, elle possède une durée qui est réprésentée par une valeur avec un Sablier. Chaque flamme de L’Horloge retirée ajoute un jeton sablier sur la carte, une fois la valeur atteinte la carte épopée est retirée et remplacée immédiatement. Pour ce qui est des cartes piliers, elles sont révélées lorsqu’un Général Marina est acquis, chaque pilier est associé à son Général (comme dans l’animé). En plus de révéler un pilier, le Général Marina acquis octroie un jeton Arme de la Balance au joueur qui l’a vaincu.

Les mini-cartes Pilier peuvent être affrontées, elles apportent des points de victoire au joueur qui en détruit.

La statue d’Odin se remplit avec les Saphirs d’Odin à chaque carte Guerrier Divin retiré du Terrain. Une fois la Statue complète, on la retourne et elle donne accès à la Robe d’Odin qui possède deux effets applicable pour le reste de la partie.

Les plateaux Joueurs apportent quelques éléments supplémentaires, non seulement il permettent un agencement plus efficace de la zone de chaque joueur mais ils ajoutent aussi de nouvelles techniques utilisables pour les joueurs. Chaque Héros possède 4 techniques qui lui est propre, elles nécéssitent plus ou moins de jetons énergie ; les joueurs en acquièrent un à chaque fois que leur pioche personnelle est vidée.

Les nouveaux pions Gel se placent et se retirent de la même manière que les jetons Blessure, lorsqu’on en  place un sur une carte il commence forcément avec une valeur 2.

Les cartes Reliques sont de nouvelles cartes, elles restent présentes d’un tour à l’autre et n’occupent aucun emplacement particulier.

Pour le mode solo de Asgard, le déroulement de la partie reste quasiment identique.

Il vous faudra affronter Hilda durant 24 tours.

Le joueur commence par lancer le dé qui dispose sur chaque face d’un symbole et d’un numéro. Pour débuter, Hilda récupère la carte à l’emplacement correspondant au numéro du dé. Cette carte s’ajoute à la main d’Hilda sous son plateau de jeu, ensuite on applique l’effet du symbole du dé (Purifier, Piocher, Défausser, Geler, Force et Cosmos).

Hilda n’hésitera pas vous créer des ennuis. L’action Purifier par exemple permettra d’épurer le deck plus rapidement mais il faut avoir en tête que chaque Guerrier Divin qui sortira du Terrain pour rejoindre la défausse rejoindra directement la main d’Hilda.

Le joueur peut alors jouer sa phase principale sans compléter le terrain. Une fois le tour du joueur fini, il effectue la phase d’entretien et avance le compteur de tour du plateau d’Hilda.

Lorsque la main d’Hilda sera composée de 5 cartes et que vous devez lui en rajouter une 6ème, vous défausserez sa carte le plus à gauche pour y placer la nouvelle.

La partie se termine de lorsque le compteur de tour atteint 24, celui qui possède le plus de point de victoire, entre Hilda et le joueur, remporte la partie.

  • Dans le mode coopératif de Poseidon, les joueurs doivent réussir à détruire tous les piliers avant que Poseidon ne submerge le pilier central.

Au cas ou cela arriverait, les joueurs comparent les points de victoire gagnés avec ceux que Poséidon a collecté dans le pilier du Breadwinner.

On règle le niveau de Départ de Breadwinner en fonction du nombre de joueur.

La partie se déroule en deux phases, celle des joueurs puis celle de Poséidon :

La phase des joueurs

Les joueurs jouent à tour de rôle dans l’ordre de leur choix, ils ont plusieurs options :

  1. Le joueur peut décider d’affronter la carte de la pile qui lui fait face.
  2. En échange d’une carte, il peut se déplacer vers une pile adjacente, la carte du haut est alors révélée.
  3. Donner autant de cartes de sa main qu’il le souhaite à un joueur se trouvant face à la même pile que lui
  4. Donner une seule carte de sa main à un joueur à qui il n’a pas deja donné de cartes durant le tour et dont le pion joueur se trouve sur une pile adjacente.

Le joueur finit alors son tour en défaussant les cartes jouées et en complétant sa main à 5 cartes.

La phase de Poséidon

On déplace le pion Submersion d’autant de cases qu’il y a de joueurs ; chaque pile franchie par le pion déclenche différents effets :

  1. Si la carte est face cachée elle est révélée
  2. Si la carte est déjà révélée, Poséidon applique les effets de la carte de haut en bas (sauf les effets d’arrivée). La carte rejoint alors la main de Poséidon dans le pilier central du Breadwinner.
  3. Si la carte est le Général Marina protégeant le pilier, on ajoute alors un pion point de Victoire. Il ajoute alors un point de Force et de Cosmos au Général.
  4. Si la pile est vide il ne se passe rien, cependant Poséidon doit forcement acquérir une carte ou ajouter un pion point de Victoire au cours du tour ; le pion Submersion continue alors d’avancer jusqu’à ce qu’il le fasse.

Lorsque le protecteur du pilier est vaincu, il rejoint les Abysses et le pilier est révélé. Si celui-ci est détruit, il apporte des points de victoire mais fait également baisser le niveau de l’eau du Breadwinner de 1.

Quand le pion Submersion passe ou s’arrête sur l’intervalle de départ, le niveau de l’eau augmente de 1 et l’épopée reçoit un jeton Sablier.

La partie se conclut si les 7 piliers ont été détruits ou si le niveau de l’eau a atteint le symbole Poseidon sur le pilier.

Est-ce que c’est bien ?

Ce que j’ai ❤️

  • L’aspect, les couleurs, le rendu des cartes foil (brillante).
  • L’interaction entre les extensions ; il n’est pas nécessaire de posséder Asgard pour pouvoir jouer avec Poseidon. Les deux extensions se complètent bien.
  • Chaque jeu a son propre symbole pour pouvoir séparer les jeux.
  • Les plateaux Joueurs permettent de mieux organiser son espace de jeu. Ils apportent une dose d’asymétrie vraiment agréable et plaisante à jouer.
  • Le mode coopératif offre une nouvelle expérience de jeu et tentera les joueurs qui le préfèreront à un style compétitif.

Ce que j’ai 💔

  • L’accumulation des cartes du jeu de base et des extensions forment une réserve très conséquente de cartes ; cela prend beaucoup de temps pour obtenir un mélange satisfaisant.
  • Sur le même point, la réserve est beaucoup plus conséquente (une fois les cartes sleevées, faire une seule et même pioche tient de l’irréalissable).
  • Une petite erreur d’impression s’est glissé dans l’extension Poséidon ; il y a deux fois la même tuile constituant le pilier central du Main Breadwinner. Cette erreur a été corrigée pour les prochaines impressions.
  • La règle de Poseidon est trop compacte ; quand on arrive aux explications du mode Coopératif, on s’embrouille facilement si on n’est pas attentif et cette partie de la règle manque cruellement de photos d’exemples.
  • Le mode solo est redoutable, il ne faut pas s’attendre à vaincre Hilda du premier coup, cela demande un peu d’expérience pour y parvenir. Mais après tout, est-ce un point négatif. Certains jeux coop ont cette même approche et certains la préfère (The Loop, Ghost Stories par exemple).
ze meeple

Design

Comme pour le jeu de base, le rendu des cartes est absolument époustouflant pour qui l’animé Saint Seiya est déjà fascinant.

Les couleurs des illustrations collent parfaitement au ton de l’animé original, les contours et la surbrillance des cartes sont enivrants.

On se repère facilement à la valeur de jeu de chaque carte par les couleurs des contours.

Les mini-cartes Pilier ont au verso un effet visuel de brisure, avec un léger relief au toucher.

La statue d’Odin est aimantée avec les Saphirs d’Odin exactement comme l’Horloge du jeu de base.

Le design est très clairement un gros point fort. Les boites arborent les flamboyants Chevaliers ainsi que tous les personnages clé de chaque opus correspondant, pour un rendu magnifique.

Saint Seiya
Saint Seiya

Qualité du matériel

La qualité des cartes reste égale à celle du jeu de base, les cartes sont robustes et de bonne facture, les jetons sont fabriqués dans un carton épais, tout comme les éléments 3D du jeu (Statue d’Odin, Pilier du Main Breadwinner).

Saint Seiya

Les pions Joueurs ont un peu de mal à se maintenir dans les socles en plastique. La Statue d’Odin présente néanmoins une petite difficulté à mettre un de ses pieds, la doublure aimantée forme une épaisseur supplémentaire ce qui occasione une éraflure prononcée dans le carton.

Au passage, on peut se procurer de beaux sleeves (= protège-cartes) adaptés à la série Saint-Seiya pour davantage de longévité bien entendu et une belle pile de cartes qui aura bien du mal à tenir debout !

meeple vert

Thème

Les Chevaliers du Zodiaque, le thème est parfaitement adapté au style de jeu. Tous les éléments du jeu replongent les joueurs dans l’Univers du manga. Les couleurs respectent l’animé, les Généraux Marinas sont associés à leurs piliers dans le mode classique, la règle ne stipule pas le placement des Généraux en mode coopératif, celui-ci est laissé à l’appréciation des joueurs, mais le mode coop’ suit les évènement de l’opus. On y trouve également de nouvelles armures, les reliques d’Asgard, les mini-cartes épopée qui renforcent l’immersion dans l’Univers de Saint Seiya.

Saint Seiya
meeple vert

Mécanique

Pour le mode classique en intégrant l’extension Asgard et son mode solo, pas de gros bouleversement au niveau des règles. Idem avec le mode classique joué avec Poseidon.

Il y aura quelques petits ajouts avec les nouvelles Armures, de nouveaux effets, et un élément supplémentaire avec le plateau Joueur pour aider les Héros dans leur combat.

La mécanique de jeu est un peu ralentie puisqu’on essaye de n’oublier aucuns effets (Sortie, Vaincu, Arrivée), ni le placement de Saphirs d’Odin ou le retrait d’une Flamme de l’Horloge et ni les effets des mini-cartes Epopée.

Le mode coopératif de Poséidon demande un peu plus d’attention et de concentration. Même si l’on y joue en équipe, la mécanique se trouve fortement chamboulée. Beaucoup d’éléments sont écartés, ce mode ne se joue quasiment qu’avec les éléments de Poseidon. La marge de manoeuvres des Joueurs est plus grande puisqu’ils possèdent plus de possibilités d’action, ce qui compléxifie un peu la mécanique et donne un autre sens stratégique au jeu puisqu’il s’agit de jouer en équipe. Comme pour le mode solo, il vous faudra quelques parties pour aiguiser votre sens tactique et savoir quelle est la meilleure stratégie pour remporter la victoire.

meeple vert

Simplicité des règles

La règle s’alourdit un peu avec les extensions, mais elle n’en ait pas pour autant trop compliquée. Le mode coopératif est celui qui représente la plus grosse difficulté, il y a plus d’actions, beaucoup de points à prendre en compte lors de la phase de Poseidon ; il faut bien garder à l’esprit que Poseidon jouera toujours dans son intéret, s’il doit se defausser de certaines cartes ou en détruire, ce seront toujours celles de moindre valeur.

Saint Seiya

Mise en place / Rangement

Les boites de jeu ont un thermoformage qui offre un rangement optimal de tous les composants du jeu. La boite du jeu de base peut accueillir les cartes des extensions mais surtout elle est plus pratique pour dissocier chaque Héros ainsi que ses armures associées.

Retrier les cartes en fin de partie devient inutile puisque les extensions n’apportent pas de changements radicaux à la règle de base en mode classique. De plus remélanger les cartes à chaque partie demande beaucoup d’effort pour que la pioche soit bien mélangée.

Conclusion

Saint Seiya de Maxime Babad est un jeu de deckbuilding offrant aux joueurs l’opportunité de revivre les aventures mythiques des Chevaliers du Zodiaque à la base en pur joueur contre joueur. Le jeu se suffisait-il à lui-même ? Non me semble-t-il. Le jeu de base est très intéressant mais pas révolutionnaire même si certaines mécaniques sont très très intéressantes (la chronique du jeu de base est ici).

Alors Asgard et Poseidon : deux extensions aussi inutiles qu’indispensables ? Une question antinomique dans laquelle on a déjà la réponse, même si Poseidon aura clairement ma préférence par rapport à Asgard.

Mais alors quoi de plus ? Dans les extensions Asgard sortie en 2019 et Poseidon qui sort en ce début 2022, vous trouverez en plus du mode classique du jeu de base, une mécanique de jeu qui pourra plaire à tous les joueurs fans de la série mais pas uniquement : un bon mode solo avec Asgard même si ce n’est pas souvent le genre de jeu qui s’y prête et un mode coopératif – réclamé de longue date par les fans – avec Poseidon qui n’est pas non plus un mode de jeu très habituel pour un jeu de cartes de ce style mais qui s’y prêtera davantage qu’un mode solo à mon goût (je préfère largement jouer à plusieurs que seul).

S’il fallait faire un choix pour plus d’originalité, c’est Poseidon qu’il vous faudra. Dans un objectif de complétude, il amène des cartes mini-épopée qui donnent des objectifs supplémentaires et des mini-cartes piliers qui apportent d’autres stratégies de victoire. C’est vraiment un plus.

Si vous voulez ajouter des cartes et quelques effets supplémentaires, de l’asymétrie avec les nouveaux plateaux joueurs, un plateau aimanté apportant sa dose de combo, Asgard vous satisfera, sans plus certains diront.

Le verdict est donc simple : si vous souhaitez prolonger l’expérience de jeu de Saint-Seiya, Poséidon deviendra l’indispensable, Asgard vous assurera rejouabilité et une petite profondeur de jeu supplémentaire et comblera les fans de l’animé.

Et qu’entend-on ? L’extension ultime Hadès, pour boucler la boucle, est en développement… Il faut dire qu’elle était déjà prévue dès le début du projet. On y trouvera quoi de plus ? Principalement une rivière de cartes supplémentaire (l’enfer bien sûr) avec une pioche distincte propre à Hadès comportant des spectres et des renégats qui viendront forcer la porte des enfers et qu’il faudra donc refouler, ou alors les affronter avant qu’ils ne viennent dans les enfers. Et d’autres ajouts qui permettront de jouer les personnages à un cran supérieur, d’utiliser une nouvelle monnaie – l’âme -, de progresser sur l’échelle des sens (du 5ème au 8ème sens), de bénéficier de reliques supplémentaires…

Saint Seiya

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez soutenir Undécent !

Votre soutien nous aidera beaucoup à acheter les jeux qui nous manquent, à nous déplacer dans les événements, à payer l’hébergement du site etc… cela nous permettra de proposer encore plus de contenu et de meilleure qualité.

Chaque mois, nous offrons à des tipers des jeux que nous avons chroniqué.

Si vous voulez une explication plus approfondie, n’hésitez pas à vous rendre sur cet article : https://undecent.fr/2021/12/02/utip/

Pour le mois de juillet, nous offrons :

1001 îles

Un énorme merci à tous les tipeurs pour leur contribution, vous êtes géniaux !

Veuillez noter qu’il se peut que les jeux ne soient pas neufs, ils ont certainement servi aux tests.

Saint Seiya
Saint Seiya

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 28 mars 2022

    […] l’auteur Maxime Babad, déjà connu pour son jeu Saint Seiya et ses deux extensions Asgard et Poseidon, situé dans l’univers des Chevaliers du Zodiaque, a proposé à Undécent de tester son futur […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :