[Test] Fiesta de Los Muertos et son extension La Catrina – Le téléphone arabe est mort, vive le télégraphe mexicain !

4 – 8 joueursAntonin Boccara
12 ans et +Margo Renard, Michel Verdu
15 à 30 minutesOldchap Games
Coopératif, mots, déduction
ambiance, imagination,
association d’idées
Blackrock Games
2019/2020 Jour des Morts, Mexique, Dia de los Muertos
PVC : jeu de base à 24,50 € chez
à 13,50 € chez

et dans

 

La Dia de Los Muertos à l’affiche

Nous avons profité de la Toussaint pour jouer à un jeu de circonstance, Fiesta de los Muertos et son extension Catrina édité chez Oldchap Games ! Un jeu haut en couleur qui reprend la thématique du jour des morts fêté en Amérique latine le 2 novembre. Un jeu qui me fait penser pour l’univers à un mélange du jeu Skull, du film Coco et de la boisson aromatisée au rhum Cubanisto !

  • Skull est un jeu sorti en 2013

Un jeu de bluff pour 3 à 6 joueurs. Pour jouer, placez devant vous un tapis face Skull visible. Prenez ensuite en main un paquet de 4 cartes identiques en cachant toujours leur face aux autres joueurs. Chaque joueur pose ensuite une carte Rose ou Skull face cachée sur son tapis en terminant par le premier joueur. Ce dernier peut soit poser une seconde carte, soit lancer un défi. S’il ne pose pas de deuxième carte, les autres joueurs peuvent en poser une, jusqu’à ce qu’un joueur défie ses camarades en annonçant le nombre de cartes en jeu qu’il compte retourner. Les autres joueurs peuvent alors renchérir sur son pari ou passer leur tour.

Le plus fort enchérisseur (le « challenger ») retourne ensuite une par une le nombre de cartes annoncé en commençant par sa ou ses cartes. Si une tête de mort (carte Skull) apparaît, son défi est perdu et il perd une de ses cartes, piochée dans sa main par l’adversaire dont il a retourné le Skull. S’il est tombé sur son propre Skull, il choisit la carte défaussée. Le challenger est le seul à savoir quelle carte a été écartée de son jeu. S’il n’a retourné que des roses, il remporte son défi. Il retourne alors son tapis face Rose visible. S’il a déjà gagné un défi, il remporte la partie. Sinon, les joueurs reprennent leurs cartes et un nouveau tour commence.

1jour1jeu
  • Coco est un film d’animation du studio Pixar sorti en 2017.

En pleine Fête des morts, à Santa Cecilia. Depuis quatre générations, la musique est interdite au sein de la famille de Miguel Rivera. Alors que le garçon de 12 ans rêve de devenir un guitariste aussi talentueux que son idole Ernesto de la Cruz, sa famille veut le voir prendre la relève de la cordonnerie créée par son arrière-arrière-grand-mère Imelda, la mère de son arrière-grand-mère Coco encore en vie. Décidé à prouver son talent durant le concours du Jour des Morts, Miguel entre par effraction dans le mausolée d’Ernesto, mort accidentellement des années auparavant, pour emprunter sa guitare. Au moment où il joue un accord tout en marchant sur des pétales de rose d’Inde, il se retrouve propulsé au Pays des Morts. Miguel apprend qu’il doit obtenir la bénédiction d’un de ses ancêtres avant l’aube, sinon il deviendra un squelette bloqué dans cet étonnant endroit jusqu’à ce qu’il disparaisse après être tombé dans l’oubli dans le monde des vivants.

Wikipedia.fr

Pas nouveau comme jeu, mais bien dans le thème

Nous aurions pu tout aussi bien invoquer les morts avec le tout récent et original Spirit fraîchement édité chez Olibrius – mais uniquement joué en version prototype pour ma part et pas encore sorti lors de notre fiesta -. Nous aurions pu tenter de classer les morts par date de naissance ou de décès avec le très bon et décalé Deadline chez Débâcle jeux ou encore nous frotter à Maudit Mot Dit, Cryptide, la Chasse aux Monstres ou les Demeures de l’Epouvantes pour n’en citer que quelques uns.

Nous avons décidé de mettre un peu d’ambiance à la téléphone arabe avec un jeu à la croisée des chemins entre jeu d’ambiance, jeu de mots et jeu de culture générale. En apportant un peu de gaité autour du jour des morts quoi. Une mécanique qui ne sera pas sans rappeler l’excellent Esquissé mais en version mots, alors que ce dernier se base sur le dessin.

Fiesta de Los Muertos est sorti en 2019 (déjà !) et son extension en 2020.

Oldchap spécialiste du jeu d’ambiance mais pas que

L’éditeur toulousain Oldchap Games et son équipe de 5 joyeux lurons (Antonin Boccara, Jules Messaud, Paul-Adrien Tournier, Jean-Baptiste Frémeaux, Thomas Luzurier) a à son actif des jeux sympas, variés, originaux et de qualité :

  • du coopératif complètement fou (Panic Island et Little Panic Island),
  • du jeu d’ambiance où l’on dit n’importe quoi (Rimtik),
  • un jeu de déduction dans l’univers de Sherlock Holmes avec Focus,
  • du solo avec des défis (Pierre de Coba, Par Odin),
  • du duo coop’ (Complices),
  • et enfin de jeu d’observation et de réflexe (Gobbit).

Fiesta de Los Muertos vous plonge dans la Dia de Los Muertos où les morts n’ont peur que d’une chose : que l’on ne se souvienne plus d’eux. Tant qu’on pense à eux, les morts ne sont jamais vraiment morts, mais si on les oublie… alors ils errent pour l’éternité ! Et là, c’est long pour lui.

Êtes-vous prêts à vous souvenir tous ensemble de tous les défunts présents à votre soirée ?

Qu’est ce qu’on trouve dans la boîte ?

Le jeu de Base

  • 8 ardoises Crâne,
  • 8 ardoises Déduction,
  • 8 feutres effaçables,
  • 120 Cartes Personnage,
  • Cartes Contrainte
  • 8 Cartes Numéro
  • Jetons Os du souvenir

La Catrina

  • 70 cartes Personnage,
  • 6 cartes Contrainte,
  • 84 cartes Cortège,
  • 4 jetons Os des limbes,
  • 1 tuile de La Catrina,
  • 1 livret de règles

Comment on joue à Fiesta de Los Muertos et son extension La Catrina ?

Le but est de tous retrouver le personnage défunt de chaque joueur parmi 8 proposés. Chacun reçoit une ardoise, un crâne et un feutre.

On pioche un personnage dont on écrit secrètement le nom à l’intérieur du crâne. On referme le crâne jusqu’à la fin de la partie. Pour jouer avec les plus jeune, il est conseillé de prendre les personnages avec une fleur jaune sur la carte (exemple : Cléopâtre). Il y a aussi des cartes blanches sur lesquelles vous pouvez écrire les noms des morts de votre choix.

A chaque tour, tous les joueurs vont devoir écrire secrètement un mot sur la mâchoire du crâne. Le mot doit faire penser à son personnage (mais pas de mot de la même famille, ni traduction, ni nom propre) puis on colorie une des dents du crâne avant de passer le crâne à son voisin.

Les joueurs vont répéter ce processus 4 fois en effaçant chaque fois le mot pour le remplacer par un autre.

Après le dernier tour (donc le tour 4), les joueurs vont mélanger et placer les crânes faces cachées au centre de la table.

On place les numéros en ligne au centre de la table, puis on récupère tous les crânes faces cachées pour les mélanger et les placer maintenant faces visibles sous un numéro.

On récupère toutes les cartes personnages en jeu et on en pioche de nouvelles pour toujours avoir 8 cartes de personnages à révéler. On les place en dessous des crânes.

Tous les joueurs vont devoir tenter de trouver quel mot appartient à quel personnage et écrire sur leur ardoise le nom du personnage à côté du numéro du crâne correspondant.

Une bonne réponse = cocher une case de la frise à l’intérieur du crâne (de gauche à droite à partir du nombre correspondant au nombre de joueurs). Si toutes les cases sont cochées moins une on a apaisé le mort et si on réussit à cocher celle en jaune la plus à droite, on remporte un Os du Souvenir. Ils vont vous permettre de cocher une case blanche sur un crâne non apaisé.

  • Niveau 1 : Révélez 1 carte Contrainte en début de partie. Le premier mot que chaque joueur va écrire devra respecter cette Contrainte. Les mots suivants sont libres.
  • Niveau 2 : Révélez 2 cartes Contrainte en début de partie. Le premier mot que chaque joueur va écrire devra respecter la première Contrainte; le deuxième mot devra respecter la deuxième Contrainte. Les mots suivants sont libres.
  • Niveau 3 : Révélez 3 cartes Contrainte en début de partie. Le premier mot que chaque joueur va écrire devra respecter la première Contrainte; le deuxième mot devra respecter la deuxième Contrainte; le troisième mot devra respecter la troisième Contrainte. Le mot suivant est libre.

Elle propose trois variantes :

1- La Catrina. Il vous faut remporter les 13 fleurs pour décorer le chapeau de la dame des morts. Enchaînez les parties et les niveaux de difficultés avec, cette fois-ci, de puissants Os rouges pour vous aider. Un mode campagne en quelque sorte où il faudra être très bon.

2- Les Cortèges qui propose 84 nouvelles cartes défunts de couleurs différentes réunis en 6 thèmes. Lors de chaque partie, tirez au sort 2 thématiques et mélangez uniquement les personnages appartenant à ces 2 thématiques (exemple : Musique et Contes).

3- Les morts sont de Retour propose 70 cartes défunts supplémentaires pour le jeu de base et 6 nouvelles contraintes.

meeple vert

Design

Le look de la boîte nous fait immédiatement penser au film Coco. On y trouve un mélange de ce qui fait la tradition de la Dia de Los Muertos, une alternance de dessins colorés et de dessins noirs et blancs, prêts à être colorés.

L’univers graphique est bien dans le thème. Des crânes, la Catrina comme support de l’extension, c’est bien pensé.

meeple vert

Qualité du matériel

Le matériel est minimaliste, mais tout joli.

On appréciera tout particulièrement les ardoise-crânes qui ajoutent un beau look au jeu et renforce la thématique. Les ardoises sont épaisses, les petits os sont en carton épais. Le mini plateau Catrina est aussi prévu pour être support pour vos feutres. Tous ces supports sont donc en finition brillante.

Les feutres basiques seront surement à changer au bout de la x-ième partie (préférez alors les remplacer par des crayons pour ardoise qui durent tellement plus longtemps !).

Les cartes du jeu de base sont un peu supérieure à la qualité standard. En revanche celles de l’extension sont un peu plus fines. Attention à ne pas trop les manipuler frétiquedment.

Au final, la boîte et le matériel créent une ambiance immersive.

meeple vert

Thème

Se souvenir des morts, les rendre vivants par leur souvenir, faire une sorte d’acte mémoriel. C’est une préoccupation importante pour tout un chacun. Les fêtes religieuses ou cultuelles d’une manière générale en sont souvent les dépositaires. Là, ce thème apporte paradoxalement une touche de fraicheur au jeu qui aurait pu s’engluer dans un thème glauque.

Tête de mort made in Mexico

Car dans un jeu comme Fiesta de Los Muertos, la mécanique de jeu aurait pu tout à fait s’adapter à un autre univers (Halloween par exemple !). Jouer avec des noms de célébrités – décédées – colle bien avec cette thématique de fête des morts made in mesoamerica. L’univers graphique coloré malgré tout un poil angoissant, mais avec des crânes colorés est là pour nous rappeler que c’est avant tout une fête ! Et elle réussit à rendre possible un jeu qui aura la prétention de souvent nous faire rire. Et ce n’est pas si facile que ça !

La fête des morts, ou Dia de los Muertos, trouve ses origines dans les traditions autochtones mésoaméricaines, notamment chez les Aztèques, les Toltèques et d’autres cultures précolombiennes. Ces peuples avaient des rituels dédiés aux ancêtres et aux défunts bien avant l’arrivée des conquistadors espagnols au XVIe siècle.

Les Aztèques célébraient une fête dédiée à la déesse Mictecacihuatl, la « dame des morts », qui gouvernait le monde des morts. Cette célébration était initialement célébrée en août, mais avec l’influence de la colonisation espagnole, elle a été déplacée pour coïncider avec la fête chrétienne de la Toussaint.

Lorsque les conquistadors espagnols ont envahi la région au XVIe siècle, ils ont apporté avec eux le catholicisme. Les missionnaires ont cherché à éliminer les croyances autochtones, mais plutôt que de les supprimer complètement, une sorte de synthèse s’est produite. La fête des morts a été adaptée pour s’aligner sur les célébrations catholiques existantes.

La croyance autochtone en la vie après la mort, où l’âme continuait son voyage dans le monde des morts, a été fusionnée avec la notion chrétienne du paradis et du purgatoire. Ainsi, la fête des morts est devenue une célébration joyeuse et colorée, reconnaissant la vie éternelle et le lien continu entre les vivants et les morts.

Les offrandes, ou ofrendas, jouent un rôle central dans la fête des morts. Elles sont destinées à honorer les défunts et à les accueillir à nouveau parmi les vivants pendant cette période. Les objets personnels, les photos, la nourriture, les boissons et les fleurs sont offerts avec l’intention de rendre hommage aux goûts et aux préférences des défunts.

La fête des morts est donc le résultat d’une fusion culturelle complexe entre les croyances autochtones et la tradition catholique, créant une célébration unique qui met en lumière la façon dont différentes cultures peuvent s’influencer mutuellement au fil du temps. Elle est devenue l’une des célébrations les plus emblématiques du Mexique et de certaines régions de l’Amérique latine, symbolisant la riche diversité culturelle de la région.

Et la Catrina dans tout ça ?

Une Catrina est un personnage populaire de la culture mexicaine. Il s’agit d’un squelette féminin habillé de vêtements riches et portant généralement un chapeau. La Catrina est inspirée de la garbancera Calavera, une illustration originale dont nous ne voyons que le buste.

La Catrina est devenue un symbole de la célébration du Jour des Morts au Mexique. Lors de cette fête, les Mexicains se souviennent et honorent leurs proches décédés. La Catrina représente la mort elle-même, mais sert également à rappeler que la mort est inévitable pour chacun d’entre nous.

Immersion totale ou presque

On trouve de ci de la quelques éléments qui renforcent l’immersion thématique avec notamment des citations (dont certaines à prendre au second degré) ou des paroles de chansons traditionnelles dans le livret de règles. C’est rare pour un jeu d’ambiance d’y avoir prêté attention.

En revanche les auteurs ne sont fort heureusement pas allés jusqu’à rester dans un univers mexicain pour ce qui est des personnages à trouver.

meeple vert

Mécanique

A mi-chemin entre le téléphone arabe et Esquissé

La mécanique est simple : un mélange de téléphone arabe, de jeu de mots et de déduction. Su le principe, il rappelle le jeu Esquissé édité chez Goliath. même type de mécanique mais en mode dessin.

Au début de la partie, chacun reçoit une carte personnage (exemple : King Kong ou Dracula). A fortiori avec la Catrina surtout si l’on prend l’extension Cortèges qui ajoute des personnages regroupés en 6 thèmes.

Chacun doit ensuite inscrire sur son ardoise un mot (qui ne doit pas être un nom) associé au personnage (par exemple building pour King Kong ou sang pour Dracula). Ensuite, on passe son ardoise à son voisin, qui doit effacer le mot inscrit et en écrire un autre qui lui fait penser au premier (par exemple immeuble ou rouge).

Ce processus est répété trois fois pour atteindre le quatrième mot écrit sur l’ardoise. On n’oublie pas de griser une dent pour montrer que l’action a été faite.

Des modules pour plus de rejouabilité

Il y a possibilité de s’imposer des contraintes en tirant une carte contrainte (exemple : mot commençant par une lettre, respecter un thème …). Un des modules de l’extension consiste en une série de nouvelles cartes personnage réparties en 6 thèmes: littérature, musique, histoire… On va tirer au hasard 2 jetons thèmes et on mélangera les cartes de ces 2 thèmes pour la partie. Les joueurs seront donc amenés à devoir découvrir des cartes d’un même thème ce qui va compliquer les choses car si vous indiquez écrivain pour Baudelaire mais qu’Albert Camus et Georges Sand sont également présents, il sera assez difficile de retrouver le personnage. Il faudra donc aller plus loin pour les faire découvrir. Le jeu est complexifié mais il y a moyen de s’en sortir surtout si l’on a autour de la table des joueurs avec une bonne culture générale. Ca donne un petit côté Time’s Up.

Un autre module de la Catrina propose l’ajout du plateau la Catrina qui permet de jouer le jeu en une sorte de campagne de 4 parties d’affilée. La première se déroule normalement, la seconde avec une contrainte, la troisième avec 2 contraintes et la dernière avec 3. A chaque partie, on doit réussir à apaiser tous les morts. Lorsqu’on coche la case jaune, les joueuses font face à un nouveau choix : soit récupérer un os du souvenir comme dans le jeu de base, soit cocher une des 14 fleurs du chapeau de La Catrina. Ce module est vraiment sympa car il lance un sacré défi que les joueurs se plairont à relever.

Le bouquet final de la révélation des personnages

Ensuite, les ardoises et les cartes personnages initiales sont mélangées. Si le nombre de joueurs est inférieur à 8, des cartes personnages supplémentaires sont ajoutées au hasard pour atteindre 8 personnages et ajouter encore plus d’incertitude.

Chacun doit de manière secrète et silencieuse, associer chaque ardoise à son personnage correspondant. Enfin, les réponses sont révélées. L’objectif n’est pas personnel le but étant que tous parviennent à deviner correctement tous les personnages – et donc à apaiser chaque mort en obtenant pour chacun au minimum l’unanimité des réponses moins 1 -, avec une marge d’erreur dont très limitée. Dès qu’il y a unanimité, on obtient un os qui servira de joker s’il manque des bonnes réponses.

Au final, le défi est vraiment amusant, car les joueurs doivent imaginer quels mots intermédiaires auraient pu être utilisés pour arriver à retrouver le personnage initial. Surtout si on a vu passer l’ardoise. Un peu de mémoire s’impose pour se souvenir des mots que l’on a effacé avant d’ajouter le sien.

En fait une belle manière de rendre hommage avec gaieté à des personnages disparus.

Bien que le jeu soit relativement silencieux dans la phase d’écriture, la satisfaction est collective lorsque tous les personnages sont correctement identifiés. Et les explications fusent lorsqu’on a fait des erreurs.

Simplicité des règles

La règle en elle-même est simple mais elle a l’avantage en plus d’être bien présentée. Des exemples concrets sont là pour lever toute ambiguïté (s’il y en avait).

meeple vert

Mise en place / Rangement

La mise en place est ultra rapide (moins de 5 minutes) : distribuer une ardoise, un crâne et un stylo par joueur puis piocher un personnage. Ajoutez un moment de plus si vous souhaitez intégrer une des variantes de l’extension.

Quelques sachets pour tout ranger, c’est vite fait. Pour ajouter l’extension La Catrina au jeu de base, il suffit d’enlever la cale cartonnée et tout tient sans prendre plus de place.

Verdict ?

Ce que j’ai ❤️

  • La boîte qui me fait penser au film Coco
  • Les règles du jeu très simples, rapides à expliquer
  • Des crânes effaçables, c’est bien
  • Les variantes de l’extension amenant de la rejouabilité
  • La déduction de groupe souvent casse-tête, avec de belles surprises lors de la révélation finale
  • L’aspect téléphone arabe mais appliqué à la transmission de synonymes
  • Un jeu étonnamment accessible à presque tous (il faut connaitre les personnages à faire deviner)
  • La possibilité de jouer avec des enfants en prenant les cartes marqués d’une fleur jaune
  • Un jeu en simultané
  • La thématique joliment présentée
  • La mécanique épurée qui fonctionnent bien ; un jeu fluide et rapide à jouer. On a la possibilité d’enchaîner plusieurs parties et varier la complexité et les modes de jeu grâce à l’extension.
  • Les cartes vides qui nous permettent d’ajouter nos propres personnages ou de les mettre à jour si on y joue dans longtemps ! Le pack de personnages nouveaux dans l’extension qui permet une rejouabilité qui pouvait commencer à pêcher si on était afficionados du jeu de base.
  • La Catrina réussit le pari de nous rescotcher au jeu et de nous donner l’envie d’y replonger pour jouer aux nouveaux thèmes et pour réussir le pari des 14 fleurs du chapeau de la Catrina.

Ce que j’ai 💔

  • On peut parfois s’emmêler les pinceaux lorsqu’on est beaucoup, oublier de cocher la dent pour savoir si c’est à nous de jouer, voire effacer le mot que l’on a reçu.
  • Les références à beaucoup de personnages que les ado ne connaissent plus !
  • L’absence de personnages très très récents
  • Pas forcément un jeu d’ambiance si le public ne s’y prête pas.
  • Seulement 30 personnages pour les enfants

Conclusion

coup de coeur

Ce jeu n’est pas tout nouveau mais la Toussaint est passée et j’avais envie de vous parler du jeu Fiesta de Los Muertos et de son extension La Catrina. Un jeu haut en couleur qui propose une mécanique qui parait déjà vue : transmettre un mot à son voisin, qui le déforme, et retrouver le point de départ. Mais cette une mécanique déjà épurée, que pouvait en faire Antonin Boccara ? Il a inventé la sublimation mexicaine ! A défaut de copier le téléphone arabe, il nous propose un télégraphe mexicain ! Transmettre un mot représentant un personnage défunt, lui trouver un synonyme qui va encore être modifié 3 fois et arriver à retrouver ce personnage mélangé à 7 autres !

L’édition est très réussie avec ses ardoises-crânes repliables mais surtout, après les réticences des joueurs qui ne sont pas adeptes de ce type de jeu, Fiesta des Los Muertos vise dans le mille ! Impossible de rester impassible lors du dévoilement des personnages – l’apogée du jeu – et se rendre compte soit de l’unanimité des réponses mais surtout des erreurs commises qui déclencheront réactions, discussions et parfois fou rires inoubliables.

Après plusieurs parties, Fiesta est une valeur sûre du jeu d’ambiance qui se joue sereinement pendant les différents tours de jeux et qui termine en apothéose. Et une fois lassés, la rejouabilité est renforcée grâce à l’extension La Catrina qui ne révolutionne pas les mécaniques de jeu mais qui ajoute du challenge et plus de diversité avec personnages, contraintes et l’ajout de thèmes un peu à la Time’s Up. Vous pouvez même y ajouter les personnages de votre choix avec quelques cartes vierges fournies.

Au final, dans la catégorie jeu d’ambiance et de déduction autour des mots, Fiesta de Los Muertos est un incontournable de toute ludothèque digne de ce nom. Ce n’est pas une nouveauté de l’année mais à l’instar d’un Codename, je le considère comme must have qui mérite de durer dans le paysage ludique actuel. Un Coup de Cœur Undécent.

Le jeu présenté ici nous été gracieusement envoyé par l’éditeur. Mais comme aucun dessous de table n’a été observé, cet article sera aussi bien baigné d’une objective bienveillance comme il pourra se révéler plus acerbe.

Hello asso

Si vous avez aimé cet article, vous pouvez soutenir Undécent en effectuant un don à cette adresse :

Votre soutien nous aidera beaucoup à acheter les jeux qui nous manquent, à nous déplacer dans les événements, à payer l’hébergement du site etc… cela nous permettra de proposer encore plus de contenu et de meilleure qualité.

En plus c’est déductible des impôts !

Régulièrement, nous offrons à des donateurs et membres de l’association des jeux que nous avons chroniqué.

Si vous voulez devenir membres de l’association, vous pouvez adhérer ici :

Veuillez noter qu’il se peut que les jeux ne soient pas neufs, ils ont certainement servi aux tests.

Un énorme merci à tous les membres et donateurs pour leur contribution, vous êtes géniaux !

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire