[Test] Star Clicker, console spatiale

Clicker2-4 joueursClickerChristophe Raimbault
Clicker8 ansClickerGyom
Clicker40 minutesClickerLudonaute
ClickerCoopératif, Mémoire, Tower DefenseClickerBlackrock Games
Clicker16/07/21ClickerScience Fiction
Clicker28€90 chez Clickeret dans Clicker
Star Clicker

Tiens un jeu de mémoire qui n’est pas réservé qu’aux enfants ! Il y a de quoi réveiller le marmot qui est en nous ! Si le nouveau titre de l’auteur de Colt Express (également chez Ludonaute), n’a rien à voir avec le précédent, Star Clicker promet une mécanique très originale basée sur la mémoire. Rassure- vous, il n’y aura pas à mémoriser une encyclopédie entière, mais quand même, c’est plaisant de trouver ce genre de mécanique dans un jeu pour adulte.

J’avais très envie de tester ce jeu pour plusieurs raisons. Tout d’abord c’est un jeu familial qui sera sans doute accessible à mes enfants dans peu de temps. Evidemment le thème m’attire tout particulièrement ainsi que la promesse mécanique, à mi chemin entre un Tower Defense et un Memory.

La présence de plusieurs modes de jeu pour corser la difficulté (déjà bien présente) du titre est quelque chose que j’apprécie beaucoup car souvent, dans ces jeux, on a une courbe de progression intéressante et palpable (encore faut-il réussir à dépasser le premier niveau, mais ça c’est autre chose).

Dans Star Clicker, les joueurs incarnent des jeunes ados que les parents ont lâchement abandonnés pour aller sauver le monde à l’autre bout de la galaxie. Les vils Creepers en profitent pour attaquer la planète qu’ils pensent laissée sans surveillance mais prennent la précaution d’installer des brouilleurs pour que les marmots ne puissent pas appeler leurs parents.

Les enfants décident alors de monter dans de vieux coucous restés sur la planète pour botter les fesses des méchants. Le seul problème est qu’ils ne savent pas piloter les engins et qu’ils devront découvrir sur le tas les fonctions des multiples boutons présents sur le tableau de bord.

A vous de bien retenir la position et la fonction de tous ces boutons !

Qu’est ce qu’on trouve dans la boîte ?

  • 1 Plateau
  • 40 tuiles Espace
  • 30 jetons Creepers/ Énergie (recto/verso)
  • 4 jetons Vaisseau
  • 4 tableaux de bord composés de 9 boutons
  • 1 Vaisseau-Mère
  • 22 tuiles Disquettes
  • 3 boucliers planétaires

Comment on joue à Star Clicker ?

La mise en place

Chaque pilote prend un tableau de bord, 9 boutons de sa couleur, et vaisseau de la même couleur. Chaque joueur repère les boutons apparentant à chaque groupe (3 groupes) et mélange les 3 boutons pour chaque groupe qu’il place ensuite dans les emplacements correspondant face cachées.

Chaque joueur prend un jeton energie.

On place le plateau au centre de la table et chaque joueur s’assoit devant sa couleur. On trie les tuiles secteur par numéro, on les mélange et on les place que les cases correspondantes à leur numéro. On place un jeton Creeper sur chacun des coins du plateau.

On choisit un vaisseau mère correspondant au niveau de difficulté et on y place le nombre de creepers demandé.

On compose la pile de disquette comme indiquée dans la règle, qu’on place à proximité du plateau.

Le tour de jeu

A son tour, chaque joueur, peut appuyer sur deux boutons face cachée. Il en applique les effets, même négatifs. Les boutons permettent de tirer en direction d’un des bords du plateau, de se déplacer vers un des bords du plateau ou copier un bouton visible sur un panneau de contrôle allié.

Une fois que tous les joueurs ont activé leur vaisseau, chacun a l’opportunité de mémoriser l’emplacement des boutons, puis on les retourne.

Quand un joueur déplace son vaisseau, on retourne la tuile secteur d’arrivée. Si c’est un brouilleur, la dépense d’une énergie permet de le détruire. Sinon on applique l’effet de la tuile, le cas échéant.

En fin de manche, on retourne une disquette qui nous dit quels Creepers avancer ou rajouter des ennemis.

La fin de partie

La partie s’achève par une victoire si les joueurs détruisent les 8 brouilleurs.

La partie s’achève par une défaite si la planète perd son dernier bouclier ou s’il n’y a plus de Creepers sur le Vaisseau Mère.

Notez qu’il y a 4 niveaux de difficulté qui ajoutent des règles et des mécaniques en plus d’augmenter sensiblement la difficulté du titre.

Est-ce que c’est bien ?

Ce que j’ai ❤️:

  • La mécanique de mémorisation
  • Un léger feeling de Tower Defense
  • Un jeu familial mais avec pas mal de challenge, notamment sur les niveaux les plus difficiles
  • L’histoire rigolote
  • Les illustrations avec quelques références à la geekosphère
  • Le matériel en 3D avec de vrais tableaux de bord
  • Les différents niveaux de difficulté
  • Apprend vraiment comment piloter son vaisseau….

Ce que j’ai 💔

  • … quitte à tirer sur ses copains !
  • Le premier montage du matériel un peu fastidieux
meeple vert

Design

J’aime beaucoup le design de Star Clicker ! Avec un style un peu cartoon, les illustrations sont très sympa ! Les personnages sont bien représentés, la petite BD qui raconte l’histoire au début du livret est agréable à lire.

Le plateau est également assez joli avec une majorité de cases « espace » qui représentent de… l’espace. La petite planète, qui fait penser à celle du Petit Prince est mignonne et on la repère bien.

L’iconographie est bien faite, elle est claire et explicite, on ne se mélange pas dans les icônes et on les reconnaît au premier coup d’œil.

Les vaisseaux Alien, sans faire peur, représentent bien des vaisseaux Alien et on les repère bien sur le plateau.

Les couleurs de Star Clicker sont vives mais ne sont pas daltonnien friendly.

Les tableaux de bords fourmillent de détails marrants à regarder et si on observe bien les casques des héros, on peut distinguer de chouettes références à la geekosphère (le symbole d’Atari, Pac-man, Space invaders, Big Bang Theory). Mention spéciales aux cartes de mouvement des ennemis qui ressemblent aux cartouches NES, nostalgie, quand tu nous tiens !

Dans l’ensemble, Star Clicker est plutôt beau, voire très beau, et on a envie de s’y plonger pour suivre les aventures des 4 garnements.

Clicker

Qualité du matériel

Dans Star Clicker, il y a du matos, et du plutôt bon matos. Ce qui frappe en premier, ce sont ces gros tableaux de commandes en 3D, faits en carton d’une épaisseur tout à fait standard. Même s’il ne faut pas trop faire les bourrins, ils n’ont pas tendance à s’abîmer, même si la réglette du dessus a tendance à se courber avec le temps et les ballottages dans la boite.

Les jetons vaisseaux sont très (très) épais, ce qui est très agréable et leur assure une bonne longévité. Les tuiles secteur et les disquettes sont assez épaisses, ce qui donne un bon sentiment de longévité.

Les jetons commandes sont du même carton que le panneau de commande, ils semblent plutôt robustes. Notez que des jetons de remplacement sont fournis au cas où l’un d’eux deviendrait reconnaissable à cause de l’usure naturelle du jeton. Dommage que ces derniers soient vierges et qu’il faille dessiner soi-même le symbole dessus. J’aurais aimé tout simplement deux jeux de jetons imprimés recto-verso.

Le plateau est d’une bonne épaisseur et semble qualitatif, j’ai cependant noté des bosses causées par les panneaux de contrôle une fois le tout rangé dans la boite. Heureusement, ces bosses sont sur le verso du plateau et donc ne gênent pas et ne se voient pas une fois le plateau déplié.

meeple vert

Thème

J’aime beaucoup le thème de Star Clicker, mais bon vous commencez à la savoir je ne suis pas très objectif quand il s’agit de science fiction.

Dans Star Clicker, nous retrouvons un peu d’humour, toujours plaisant pour rajouter de la légèreté à un titre. On pense bien sûr à Chérie J’ai Raté l’Avion quand on lit le pitch, et nous prenons plaisir à en faire baver les méchants malgré la jeunesse et l’insouciance des personnages.

On trouve assez peu d’enfants dans la littérature et le cinéma de science fiction, mais c’est sans doute le genre qui en représente le plus. Ce qui frappe c’est que quand des enfants sont mis en scène dans un roman ou dans un film, c’est souvent dans sa rencontre avec un être extra terrestre, comme dans E.T. Cela permet de montrer les extra-terrestres ou les robots, le cas échéant (comme dans Robbie d’Asimov) sous un autre angle puisque les enfants n’ont généralement pas les barrières mentales et culturelles des adultes.

A l’instar des extra terrestres, et comme le dit Theodore Sturgeon, l’auteur de science-fiction qui s’est le plus intéressé à l’enfance,

« Les enfants sont des étrangers sur une terre étrange. Étrange et étrangère. Les enfants ont un savoir, dès leur arrivée sur la Terre, inscrit dans leurs gènes et que nous, adultes, nous ingénions à leur désapprendre. »

Theodore Sturgeon

Il est donc normal que les enfants éprouvent une certaine empathie ou attirance pour les rencontres du troisième type.

Souvent, les enfants transgressent des interdits ou des tabous, prennent des risques inconsidérés, ce qui permet une narration qui serait impossible ou incohérente avec des adultes. Un peu comme dans Stanger Things, même s’il ne s’agit pas vraiment d’extra-terrestres, on voit bien que si les personnages principaux étaient des adultes, l’arc narratif ne serait pas du tout le même.

C’est un peu le cas ici : c’est grâce à leur insouciance, à l’inconscience du danger que nos 4 jeunes héros décident de prendre de vieux coucous qu’ils ne connaissent pas, pour partir seuls à la chasse des Creepers.

Souvent dans les fictions mettant en scène des enfants, les Némésis sous estimes les enfants, ce qui bien souvent les mèneront à leur perte. Comme dans Maman j’ai raté l’avion où les deux voleurs ne se méfie pas et tombent dans tous les pièges tendus par Kevin.

Dans Star Clicker, le boss des Creepers ne s’attend sûrement pas à ce que les enfants, restés sans surveillance sur la planète, se rebellent et viennent contrarier leurs plans.

Star Clicker s’inscrit bien dans cette analyse des enfants dans la SF et en reprend bien les codes. Le thème s’insère parfaitement dans la mécanique, il n’y a pas d’incohérence et on est bien immergé dans l’univers.

Clicker

Mécanique

Star Clicker a une mécanique particulièrement originale pour un jeu collaboratif. Tout est axé sur la mémoire. Au début, on ne connait pas son vaisseau, ce qui est représenté par le fait qu’on ne sait pas ce qu’il y a derrière les jetons. On sait seulement ce qui pourrait s’y trouver.

On retourne alors les jetons au hasard les premiers tours, et assez vite, on devient plus performant dans le pilotage du vaisseau si on arrive à se souvenir de l’emplacement des commandes.

Mais le jeu serait trop facile si ça s’arrêtait là. Heureusement certaines disquettes remélangent les jetons, et il faut tout recommencer.

Pas de panique, si le tir ami est présent, il n’est pas très punitif, il ne fait perdre que des énergies. Le tir sur la planète, lui par contre l’est beaucoup plus, puisqu’il fait perdre un précieux bouclier. A vous de voir si vous prenez le risque de retourner un jeton d’un groupe qui pourrait vous faire faire involontairement un tir ami.

C’est exactement ça l’intérêt de Star Clicker : savoir prendre un risque calculé pour faire une action d’éclat mais qui pourrait se révéler être un désastre si le mauvais bouton est appuyé, c’est parfaitement mécanique.

Nous avons trouvé le jeu vraiment difficile au début parce qu’on a tendance à éliminer les Creepers dès leur apparition, un peu à la manière d’un Hack & Slash. C’est une grossière erreur puisqu’on ne rajoute des Creepers que si la ligne est vide. Tuer rapidement les ennemis accélère donc la fin de partie.

Il va donc falloir collaborer pour temporiser sur l’élimination des ennemis et le faire juste avant qu’ils n’arrivent sur la planète.

Et c’est là que les choses se gâtent puisque le risque de voir un ennemi arriver sur la planète augmente avec la temporisation. Cette stratégie demande un pilotage en finesse, de bien connaître son vaisseau et de faire confiance à ses coéquipiers.

On a un petit feeling de Tower Defense dans Star Clicker dans cette sensation de vagues d’ennemis qui progressent inexorablement vers une base vulnérable.

On aura plein de choses à gérer dans Star Clicker. Bien sûr il faudra gérer les vagues de monstres, mais sans oublier l’objectif principal : trouver et désactiver les brouilleurs.

On prend plaisir à découvrir son vaisseau, à prendre des risques calculés ou inconsidérés, à voir une action improbable réussir, à vaincre en équipe les Creepers.

Les différents modes de difficultés sont bienvenus pour corser le jeu en fonction de la progression des joueurs et la progression de la difficulté est bien dosée, avec un enrichissement de la mécanique au fur et à mesure.

Star Clicker a donc une mécanique solide et intéressante, qui permet de coller au thème et à l’histoire, on aime beaucoup !

ze meeple

Simplicité des règles

Les règles de Star Clicker sont très simples et le jeu s’adresse à un public familial. Le thème et la mécanique permettent de jouer avec des enfants.

Le livret de règles est très bien fait, avec beaucoup d’exemples et d’images.

Nous n’avons pas constaté de retour à la règle sauf pour les premières parties au niveau des contraintes des disquettes, mais très vite on se familiarise avec l’iconographie, et le livret restera dans la boite.

Clicker

Mise en place / Rangement

Entonnement, tout rentre dans la boite, nul besoin de démonter les panneaux de contrôle. Heureusement parce que le montage de ces derniers est un peu fastidieux et il faudra bien faire attention lors du dépunchage pour ne pas les abîmer. A part ça, le jeu se met en place de manière fluide et il se range bien pourvu qu’on organise parfaitement la disposition des panneaux de contrôle.

Conclusion

Star Clicker est un excellent jeu coopératif de mémoire. Parfait pour initier les néophytes aux jeux collaboratifs, sa mécanique simple mais profonde le rend idéal pour le cercle familial. Doté d’une difficulté insoupçonnée sur plusieurs niveaux, Star Clicker fait la part belle au jeu en équipe, à la prise de risque et à la stratégie. On aime y jouer et on a tendance à enchaîner les parties jusqu’à une victoire bien méritée, acquise à la sueur du front. Le matériel ravira les enfants et les parents avec les panneaux de commande en 3D. Si vous aimez les jeux accessibles en coopération, les jeux de mémoire et la SF, Star Clicker est fait pour entrer dans votre ludothèque !

Arnaud

D’autres avis sur Star Clicker :

Sources :

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

It's Alive !
Pas de stream pour l'instant
%d blogueurs aiment cette page :