[Test] New York Zoo, une journée au zoo

[Test] New York Zoo, une journée au zoo1-5 joueurs[Test] New York Zoo, une journée au zooUwe Rosenberg
[Test] New York Zoo, une journée au zoo8 ans[Test] New York Zoo, une journée au zoo Felix Wermke
[Test] New York Zoo, une journée au zoo30-60 minutes[Test] New York Zoo, une journée au zooSuper Meeple
[Test] New York Zoo, une journée au zooplacement de tuiles, course[Test] New York Zoo, une journée au zoozoo, animaux
[Test] New York Zoo, une journée au zoo24€92 chez [Test] New York Zoo, une journée au zoo et dans votre boutique de jeux favorite !
New York Zoo

Qu’est-ce qu’on y fait ?

Quand un jeu du célèbre Uwe Rosenberg débarque, ça vaut généralement le coup d’œil! Quand il y a plein de mignons petit meeples animaux, on a hâte d’ouvrir cette boite à la couverture tout en sobriété.

Dans New York Zoo, les joueurs sont les concepteurs d’un parc animalier dans la Grand Pomme. On ne sait pas si c’est le zoo de Central Park ou celui du Bronx, à vous de choisir!

D’habitude, quand un éléphant se déplace dans les allées d’un zoo, ça fait peur, mais là non. Il permet de récupérer des tuiles enclos qui constitueront le parc et des animaux qui garniront vos enclos. Si tout se passe bien, vous aurez des naissances (multiples des fois!) et vous pourrez même relâcher vos animaux dans la nature (noble cause s’il en est).

Alors êtes vous prêt(e)s à montrer vos pingouins (qui sont en fait plus des manchots à mon avis), flamants roses (qui poquent), renards arctiques (qu’on a appelé « chats » toute la partie) ou encore kangourous (Kangoo?)? Suivez le guide, et n’oubliez pas de passer à la boutique en sortant!

Qu’est ce qu’on trouve dans la boite ?

  • 8 plateaux Zoo double face
  • 1 piste action
  • 8 enclos de 4 cases
  • 15 enclos de 5 cases
  • 15 enclos de 6 cases
  • 7 enclos de 7 cases
  • 10 tuiles « 3 animaux »
  • 1 jeton point d’interrogation
  • 5 jetons portée bleus (pour le solo)
  • 34 tuiles attraction de tailles différentes (de 1 à 8 cases)
  • 28 suricates
  • 26 flamants roses
  • 24 kangourous
  • 24 pingouins
  • 24 renards arctiques
  • 1 éléphant

Comment on joue ?

La mise en place :

Quand on ouvre la boîte on ne peut qu’être émerveillé devant ces meeples animaux trop mignons, et il y en a plein: pas moins de 153 dont un gros éléphant! On constate tout de suite une petite boite de rangement pour tous les mettre, j’aurais pas besoin de faire des boites en origami!

On commence par placer la longe piste action et on place les polyominos sur les cases correspondantes au schéma dans le livret de règles, après vous être cassé la tête à compter les cases parce que certaines couleurs ne sont pas assez tranchées.

Une fois n’est pas coutume, on attribue le premier joueur au début de la mise en place, celui ci prend la plateau zoo correspondant au nombre de joueurs autour de la table marqué du numéro 1. Dans l’ordre des aiguilles d’une montre, les joueurs prennent ensuite les plateaux du chiffre correspondant à leur rang dans le tour. Là, les plus observateurs constateront que zones de construction et le nombre d’habitations ne sont pas les mêmes. Aussi déroutant que cela puisse paraître, c’est une façon naturelle de compenser l’effet 1er joueur, qui aura un plateau plus grand à garnir que les autres. Chaque joueur prend les deux animaux indiqués les habitations de son plateau.

On place l’éléphant sur sa case de départ, on place les tuiles attraction à proximité (classé par taille pour plus de visibilité ou en vrac comme moi). Vous êtes prêts à construire votre zoo!

Le tour de jeu :

Le tour de jeu est très simple: selon le nombre de joueurs, à leur tour, ils vont déplacer l’éléphant d’un nombre de cases qui n’excède pas 3 ou 4 selon le nombre de joueurs.

Si le pachyderme, après avoir écrasé quelques visiteurs, s’arrête sur une case avec des enclos, le joueur en prend un, le place sur sa zone de construction et doit mettre un animal dedans (qu’il provienne d’une zone d’habitation ou d’un autre enclos).

Si l’éléphant s’arrête sur une case avec des animaux, le joueur prend les animaux en question et les place dans un enclos ou dans ses habitations ( qui seraient en fait des zones de quarantaine du coup 😀 )

Si l’éléphant traverse (il ne peut pas s’y arrêter) un case de naissance, alors tous les joueurs font naître un mignon petit bébé dans les enclos possédant deux animaux (sic) de cette espèce.

Quand un enclos est plein, on défausse tous les animaux (comme j’aime bien les zoos éco-responsables, j’imagine qu’ils sont relâchés dans la nature 😀 ) et on peut construire une tuile attraction de son choix qui a pour vocation d’accélérer le remplissage du parc ou de combler les vides.

Une règle d’or qui est répétée à l’envie dans la règle veut qu’à chaque fois qu’on met exactement 1 animal dans un enclos, peut importe comment, s’il y en a aussi un dans une habitation, on peut le mettre dans le même enclos.

La fin du jeu :

Les tours s’enchaînent ainsi jusqu’à ce qu’un zoo soit totalement complété. Son propriétaire gagne. Avec le système de naissance, plusieurs joueurs peuvent gagner en même temps, dans ce cas, le joueur avec le plus d’animaux l’emporte.

Variante solo :

Une variante solo est proposée. Le jeu devient un jeu de casse tête dans lequel il faut remplir son zoo avant que l’éléphant ne fasse deux tours de pistes (2 petit tours et puis s’en va!)

Est-ce que c’est bien ?

Ce que j’ai ❤️:

  • Les meeples animaux (vous l’aurez compris)
  • le jeu est assez casse tête
  • Le système d’attractions (il y a même des montagnes russes)
  • Les tours s’enchaînent vite
  • Les règles accessibles
  • Une stratégie accessible
  • Le solo

Ce que j’ai 💔:

  • La couleur des enclos pas assez tranchée
  • J’aurais aimé plus d’espèces, mais je chipote! (extensions?)
[Test] New York Zoo, une journée au zoo

Design

Ah la la! on passe à côté du meeple d’or à un cheveu parce que le design général du titre me plaît beaucoup ! Les meeples animaux sont trop mignons et il y en a plein, que c’est agréable ! Les attractions sont bien illustrés et si vous avez de très bon yeux, vous y verrez quelques détails sympas. Les enclos ont des formes assez biscornues et comportent de la végétation, c’est agréable à regarder.

J’ai eu un peu peur pour la stabilité des aniples, mais il s’avère qu’ils tiennent bien debout et tombent rarement.

La piste action représente les allées principales du zoo, on pourrait presque y voir les visiteurs. Les plateaux zoo sont agréables à regarder et tout y est rappelé dessus. Uwe Rosenberg a même inclus un jeton qui permet d’essayer les polyominos avant de les placer, c’est malin compte tenu de la forme assez complexe de certains d’entre eux.

Le gros bémol, c’est la couleur des enclos. Chaque taille a une teinte différente de vert. Bonne idée à priori et assez thématique mais malheureusement, les couleurs ne sont pas assez tranchées et si vous n’avez pas un éclairage de supermarché, il vous sera difficile de les distinguer au premier coup d’œil (surtout entre le vert foncé et le vert très foncé). Peut être aurait-il fallu faire des biomes différents qui auraient été plus reconnaissables. Dommage, car cela rallonge la mise en place, notamment, du fait qu’on se retrouve à compter les cases pour être sûr de ne pas se tromper.

[Test] New York Zoo, une journée au zoo

Qualité du matériel

La qualité du matériel est très bonne pour un jeu de cette gamme. Les aniples sont de très bonne qualité, les cartons des jetons et du plateau action sont de la bonne épaisseur. J’ai trouvé les plateaux zoo un peu fins (ce ne sont que des feuilles cartonnées épaisses) et j’ai peur qu’elles s’abîment avec le temps. J’aurais bien payé 5 euros de plus pour avoir des plateaux en carton double couche.

Globalement, on est devant un jeu qui donne une impression de qualité, comme souvent chez Super Meeple.

ze meeple

Thème

J’adore les animaux, j’adore les jeux de construction et j’aime bien les zoo (s’ils sont responsables et bien tenus), alors j’aime beaucoup le thème de New York Zoo. Il bien servi par la mécanique et on a bien l’impression de construire son petit parc, même si l’aspect gestion n’y est pas. Ici, on construit, un autre gèrera le parc à notre place.

J’aurais bien aimé qu’Uwe nous dise ce que deviennent les animaux défaussé après le remplissage d’un enclos, j’ai imaginé qu’ils étaient relâchés dans la nature par esprit de conservation. On récupère des animaux, on les met en quarantaine si on veut ou dans des enclos s’il y en de disponibles, il y a des naissances, bref votre parc est vivant et ça se sent.

Il y a même un parfum d’amour, comme dirait Karine, à moins de 4 joueurs, puisqu’une naissance peut en provoquer une autre.

Alors oui, enfermer des animaux dans des enclos et les montrer aux touristes qui ne viennent que pour se rincer l’œil cela peut faire tiquer. C’est vrai pour les zoos qui ne font pas d’efforts de conservation et qui ne mettent pas les moyens nécessaires pour garantir le bien être animal. Je trouve que ces zoo sont de plus en plus rares et que de plus en plus, les directions de ces parcs font le nécessaire pour que les animaux soient bien traités. Mon avis (et il m’appartient) est que sans les zoos, certaines espèces auraient déjà disparu. Déjà cela fait belle lurette de 99% des animaux montrés au public ne sont pas prélevés dans la nature. La plupart des zoos, font aussi de la recherche et de la réintroduction sauvage. En plus la portée pédagogique d’un zoo n’est pas à sous estimer. C’est par l’émerveillement de la nature que vient son respect. Tout ça pour dire que cet aspect du thème ne m’a par dérangé 😀 !

Le thème plaira sans aucun doute aux enfants et les animaux sont bien choisis. Je n’ai pas constaté d’incohérence (à part peut-être l’éléphant qui construit des enclos et qui recrute des animaux, mais c’est pour chipoter) ni d’effet de plaquage.

[Test] New York Zoo, une journée au zoo

Gameplay

Le jeu ne révolutionne pas la mécanique de pose de polyominos ni avec la piste d’actions (Patchwork du même auteur, Robin de Locksley), mais elle est très bien exécutée, et j’aime beaucoup jouer à New York Zoo. Derrière une mécanique très accessible, on trouve une stratégie assez profonde même si elle est, elle aussi, assez accessible pour qui a l’habitude de cette mécanique.

J’ai trouvé que le gameplay était bien servie par le plateau action qui est très bien fait: on a le choix entre prendre des polyominos, ou des animaux. Les cases naissances servant à tout le monde, il faut faire attention avant de choisir de les franchir, ces cases pouvant faire pulluler les animaux des autres joueurs et ainsi accélérer le remplissage de leur parc.

On est sans cesse en train de résoudre des dilemmes: choisir un enclos pour agrandir le parc, garnir ses enclos pour prendre des tuiles attraction (elles peuvent grandement remplir votre parc, surtout la tuile à 8 cases), temporiser sur les naissances pour en profiter plus tard, faire plusieurs enclos avec les mêmes animaux pour maximiser ces fameuses naissances ou au contraire diversifier pour profiter de toutes les naissances etc… Vous voyez qu’une multitude de stratégies peuvent être mises en place et ça ‘est hyper intéressant!

Les tours passent vite, on n’a pas le sentiment d’attendre en chaque tour, le jeu est dynamique, et il se passe toujours quelque chose.

J’ai eu une petite impression de casse tête durant le jeu et j’ai trouvé cela bien agréable, si vous me suivez régulièrement, vous commencez à savoir que j’aime les jeux qui font marcher les méninges. Les formes des enclos peuvent être assez torturées et complexes, aussi l’auteur a inclus un jeton d’aide qui permet d’essayer la forme avant de décider de la prendre, c’est malin et cela permet aux joueurs qui ont une mauvaise représentation spatiale de ne pas se sentir largué.

Réussir à la fois à optimiser le placement des tuiles mais également des animaux dans leurs enclos fait tout le sel et la profondeur du jeu et si vous voulez gagner, il va falloir jouer sur ces deux tableaux. Ceci est d’autant plus vrai dans le mode solo, où vous n’aurez que deux tours de piste pour remplir votre zoo.

Le mode solo est assez bien fait et peut constituer un bon entraînement pour le mode multijoueur. On est dans le pur casse-tête, sans automa. J’ai trouvé assez malin de ne pas inclure ce fameux automa, trop souvent utilisé dans les modes solo des jeux.

Dans l’ensemble on passe un très bon moment à jouer à New York Zoo, le jeu n’est ni trop long, ni trop court, c’est bien!

[Test] New York Zoo, une journée au zoo

Simplicité des règles

Les règles sont très simples, bien expliquées dans le livret et s’apprennent en quelques minutes. On peut être décontenancé à la lecture du livret sur le nombre d’adaptations selon le nombre de joueur, mais au final, tout est rappelé sur les plateaux donc cela ne pose pas de problème.

Le jeu est parfaitement accessible à un public familial.

[Test] New York Zoo, une journée au zoo

Mise en place/rangement

L’installation du jeu se fait rapidement si vous avez bien trié les enclos par taille lors du rangement précédent. Malheureusement leur couleur les rendent difficile à distinguer et on se retrouve à compter les cases pour s’assurer qu’on a pas fait d’erreur. Dommage, cela alourdit un peu la mise en place. Ce défaut peut aussi ralentir le rangement si vous voulez bien trier les polyominos pour la prochaine mise en place.

Conclusion

New York Zoo est un très bon jeu de placement de tuiles avec une petite composante de course. Les sensations ludiques sont très bonnes et on prend beaucoup de plaisir à y jouer dans un cercle familial ou avec des enfants. On aime le thème, les mignons meeples animaux et la mécanique accessible du titre offre tout de même une réflexion et une stratégie intéressante. Ce titre entre sans problème dans ma ludothèque!

Testeurs: Arnaud, Carole, Mathieu, Elodie

Je remercie particulièrement Mathieu et Elodie, gérants du bar ludique le Fou de le Dame situé à Roman sur Isère (Drôme) d’être passés à la maison pour tester ce jeu!

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :