[Test] Soviet Kitchen, second service*, le cuistot de Tchernobyl n’a qu’à bien se tenir ! *Peut contenir des traces de déchets nucléaires …

[Test] Soviet Kitchen, second service*, le cuistot de Tchernobyl n’a qu’à bien se tenir !    *Peut contenir des traces de déchets nucléaires …1-6 joueurs (depuis une mise à jour ; même si sur la boîte, il est encore écrit 1-4 joueurs)[Test] Soviet Kitchen, second service*, le cuistot de Tchernobyl n’a qu’à bien se tenir !    *Peut contenir des traces de déchets nucléaires …Andréas Wilde
[Test] Soviet Kitchen, second service*, le cuistot de Tchernobyl n’a qu’à bien se tenir !    *Peut contenir des traces de déchets nucléaires …14 ans et + (à cause du thème et de son exploitation sinon dès 10 ans)[Test] Soviet Kitchen, second service*, le cuistot de Tchernobyl n’a qu’à bien se tenir !    *Peut contenir des traces de déchets nucléaires …Andréas Wilde
[Test] Soviet Kitchen, second service*, le cuistot de Tchernobyl n’a qu’à bien se tenir !    *Peut contenir des traces de déchets nucléaires …25 minutes[Test] Soviet Kitchen, second service*, le cuistot de Tchernobyl n’a qu’à bien se tenir !    *Peut contenir des traces de déchets nucléaires …Igiari
[Test] Soviet Kitchen, second service*, le cuistot de Tchernobyl n’a qu’à bien se tenir !    *Peut contenir des traces de déchets nucléaires …Ambiance, cartes[Test] Soviet Kitchen, second service*, le cuistot de Tchernobyl n’a qu’à bien se tenir !    *Peut contenir des traces de déchets nucléaires …Cuisine, caricature de l’URSS
[Test] Soviet Kitchen, second service*, le cuistot de Tchernobyl n’a qu’à bien se tenir !    *Peut contenir des traces de déchets nucléaires …17,90€ chez [Test] Soviet Kitchen, second service*, le cuistot de Tchernobyl n’a qu’à bien se tenir !    *Peut contenir des traces de déchets nucléaires … et dans votre boutique de jeux favorite !

Qu’est-ce qu’on y fait ?

Soviet Kitchen est un jeu culinaire coopératif, délirant et évolutif. Les joueurs doivent mixer les ingrédients les plus étranges pour correspondre aux couleurs du plat commandé. Mais soyez vigilants, camarades, ou la Mère Patrie ne résistera pas longtemps à vos plats toxiques. !

Igiari

Soviet Kitchen est un jeu de cartes coopératif très original de 1 à 6 joueurs. Vous y incarnerez une brigade de chefs cuisiniers qui auront pour but de nourrir la Mère Patrie. La larme à l’œil, vous implorez déjà le Grand Staline, le Bon Staline, le génial Staline, le Petit Père des peuples.

Votre objectif pour chaque mission : reproduire ou se rapprocher de la couleur des aliments d’un plat présenté en utilisant une application (App. Store ou Play Store) permettant de mélanger dans un mixer « sovietiquo-numérique » vos cartes en veillant à ce que le plat final (oh combien original … souvent chou et saucisse ! Eh oui la pénurie en URSS était bien présente) ne soit pas trop toxique… Tout un programme .. tout un menu plutôt … 2, 3, 4 plats à honorer avec plus ou moins de cartes en fonction de la commande.

Il y a un mode Campagne : 21 missions qui nous emmènent de la cuisine des champs de bataille jusqu’à celle du Kremlin sur mission secrète du KGB et un mode Challenge avec de nouveaux paquets de cartes débloqués suivant l’avancement du mode campagne.

Qu’est ce qu’on trouve dans la boite ?

  • 112 cartes réparties en 5 paquets de cartes (chapitre 1 à 5) à ouvrir progressivement
  • 1 livret complétant le tuto de l’application

Comment on joue ?

La mise en place :

  • Au préalable, il faut télécharger l’application (Androïd ou IOS), créer un compte sur l’application et activer un lien sur sa messagerie.

Ensuite, on ouvre la boite, on mélange le paquet de cartes, on ouvre l’application sur sa tablette, on choisit le nombre de joueurs (qui peut être diffèrent à chaque partie) et le mode de jeu (Campagne ou Défis),

En mode Campagne, on clique sur la carte à l’endroit où se trouve notre curseur d’aventure et c’est parti. L’application nous guide sur toutes les opérations à effectuer (il y a un petit tutoriel intégré à la première étape…)

Tour de jeu :

  • Chacun va déjà piocher un nombre de cartes dicté par l’application. On ne peut pas les montrer aux autres mais on peut décrire ce qu’il y a dessus, dire leur nom etc … Pour chaque aliment d’un plat présenté, les joueurs vont se concerter et choisir chacun une carte de leur main avec un ingrédient coloré (très loufoque et bien ragoutant hum miam miam « écureuil à 3 bras, « ongles d’orteils », « viandes avariées » …). Le mélange des couleurs de tous ces ingrédients devra s’approcher au plus près de la couleur demandée par l’application (Il faut donc imaginer la couleur de ce que peut donner le mélange des cartes de tous les joueurs simplement en les décrivant). On présente ensuite le QR code de chaque carte choisie en la plaçant au-dessus de la caméra de votre téléphone ou tablette (10 à 20 cm). L’application va alors détecter les couleurs de chaque ingrédient et les mélanger ensemble quelques secondes dans un mixer « sovietiquo-numérique ». Une mélasse colorée issue du mélange va alors créer l’aliment de départ (et les bruitages sont sympas). La couleur de celui-ci est alors comparée à celle de l’aliment demandé. Le pourcentage de correspondance va faire gagner un certain nombre de roubles. Par exemple, si la couleur produite correspond à 70% à celle de l’aliment demandé je gagne 70 roubles.

Lorsqu’un plat est terminé, on cumule l’argent de chaque ingrédient.

Bien sûr, il faudra veiller à utiliser des aliments qui soient le moins toxique ou radioactif possible. Le niveau de toxicité NT (0 à 4) est inscrit sur chaque aliment, il va s’additionner dans une jauge à chaque fois qu’un QR code est flashé. On trouve des ingrédients très diversifiés, qui caricaturent un peu la Russie de l’époque. Par exemple, vous pourrez choisir de mixer des choux (NT 0), des patates (NT 1), du sable (NT 3) des déchets de cuivres (NT3), des clous rouillés (NT4), des déchets nucléaires (NT 4), des munitions….

Heureusement, certaines cartes « VODKA » feront diminuer le NT de 2 et ne modifieront pas la couleur du mélange (que du bonheur pour les soldats à nourrir !!!)

  • Au final, pour concocter un plat, il ne faut pas dépasser la limite de toxicité autorisée par l’application. On risque de perdre une vie ou de voir le plat être refusé. Il faut dans le même temps créer la couleur de l’ingrédient qui se rapproche le plus de celle demandée.

On peut gagner des bonus, en respectant certaines conditions lors de la préparation d’un plat (par exemple : avoir une similarité de plus de 85% avec un ingrédient).

L’application nous prévient lorsque l’on doit retirer des cartes, elle nous rappelle également l’effet particulier d’une carte (par exemple, échanger un ingrédient avec son partenaire).

Certains effets ne s’appliquent que lorsque l’on associe deux cartes pour le même aliment. Par exemple, le marteau et la faucille (on n’aurait pas là les symboles de la Russie communiste 😉 ?!) permettent d’avoir la couleur idéale de l’ingrédient à 100% (les autres joueurs peuvent alors défausser les cartes qui ne leur plaisent pas).

[Test] Soviet Kitchen, second service*, le cuistot de Tchernobyl n’a qu’à bien se tenir !    *Peut contenir des traces de déchets nucléaires …
  • Ce jeu est évolutif.  Au départ, il y a 55 cartes Ingrédient auxquels se rajouteront 4 paquets de 13 Ingrédients au fur et à mesure que vous progresser dans l’application en mode Campagne (Chapitre 1 : Le Front / Chapitre 2 : Le Village / Chapitre 3 : Moscou / Chapitre 4 : Le Kremlin / Chapitre 5 : le KGB). Ne vous inquiétez pas, là encore, l’application vous dit tout ! Elle retient toute vos prouesses, les défis (parfois très loufoques) que vous avez relevés (volontairement ou involontairement).

Fin de tour :

Lorsque l’objectif de chaque plat est atteint, on passe au plat suivant. Quand tous les soldats ont assez mangé, on passe à l’étape suivante.

Est-ce que c’est bien ?

Ce que j’ai ❤️:

  • Les bruitages de l’application ; une application d’ailleurs très conviviale.
  • Les règles du jeu bourrées d’humour.
  • La réflexion sur les mélanges de couleurs est très intéressante et poussent vraiment à la discussion (Ma carte va assombrir le mélange, est ce que quelqu’un possède une couleur claire pas trop toxique…).
  • L’application qui nous guide dans les phases de préparation et de déroulement du jeu et en mode hors ligne une fois que l’application est téléchargée.
  • Le fait que la fille de 7 ans du testeur insiste pour y jouer !
  • Un jeu plait beaucoup aux ados et même aux plus jeunes, la limite d’âge est peut-être à revoir (elle se justifie en raison du thème et de certains aliments comme la vodka, les munitions, les ingrédients volontairement peu ragoutants …)
  • Le coté caricatural de la Russie soviétique post-Tchernobyl exploitée de manière très humoristique
  • L’aspect évolutif du jeu avec les nouveaux hcapitre et donc paquets de cartes du monde campagne ….
  • L’assurance que HYBR maintienne l’application à jour du moment qu’elle est utilisée.
  • Les effets des cartes.
  • L’addiction créée par le mode campagne évolutif.
  • Le dos des cartes qui vous aide pour choisir la bonne gamme de couleur.

Ce que j’ai 💔:

  • L’aspect un peu répétitif
  • La nécessité d’avoir un smartphone ou une tablette … mais c’est nécessaire et essentiel !
  • Un jeu qui n’est pas daltonien friendly ! Loin de là !
  • Les plats représentés un peu de la même manière sur l’appli.
  • Il faut être un minimum au fait du mélange des couleurs sinon on a vite fait de rater ses plats. N’hésitez pas à réviser avant.
[Test] Soviet Kitchen, second service*, le cuistot de Tchernobyl n’a qu’à bien se tenir !    *Peut contenir des traces de déchets nucléaires …

Design

Les illustrations des cartes sont colorées et assez classiques, elles manquent peut-être un peu de détails et de fun. (Tout comme les illustrations dans l’application). Mais l’avantage c’est qu’on ne s’y perd pas. L’illustration de la boîte est bien réalisée et le graphisme des cartes réussi.

[Test] Soviet Kitchen, second service*, le cuistot de Tchernobyl n’a qu’à bien se tenir !    *Peut contenir des traces de déchets nucléaires …

Qualité du matériel

Les cartes sont de bonnes qualités. La petite boîte est d’un carton bien épais. Mais le tout Made in China.

[Test] Soviet Kitchen, second service*, le cuistot de Tchernobyl n’a qu’à bien se tenir !    *Peut contenir des traces de déchets nucléaires …

Thème

Le thème de cette Russie post-Tchernobyl est bien exploitée et de façon très humoristique ; il apporte beaucoup à ce jeu finalement assez mécanique qui sans ce thème décalé ne serait pas aussi bien.

[Test] Soviet Kitchen, second service*, le cuistot de Tchernobyl n’a qu’à bien se tenir !    *Peut contenir des traces de déchets nucléaires …

Gameplay

C’est un très bon jeu d’ambiance avec quelques stratégies à mettre en place collectivement à très court terme. Personnellement, je n’ai pas trop accroché au mode de jeu solo car l’intérêt du jeu réside avant tout dans l’ambiance créée par les discussions au moment de l’élaboration des plats.

Le jeu est un peu répétitif en mode Défis. Il suffit de se limiter à un nombre de parties pour ne pas en perdre la saveur … On a vraiment envie d’y rejouer en mode Campagne dès le lendemain pour avancer dans l’aventure et découvrir les nouveaux paquets de cartes.

Nous avons eu un petit problème avec les cartes vierges qui, me semble-t-il, doivent permettre de choisir une couleur dans un panel. Actuellement, c’est un ingrédient qui est tiré au hasard.

[Test] Soviet Kitchen, second service*, le cuistot de Tchernobyl n’a qu’à bien se tenir !    *Peut contenir des traces de déchets nucléaires …

Simplicité des règles

Les règles sont simples, bien expliquée avec un tutoriel intégré à l’application à la première étape de l’aventure. Il suffit de se laisser guider.

[Test] Soviet Kitchen, second service*, le cuistot de Tchernobyl n’a qu’à bien se tenir !    *Peut contenir des traces de déchets nucléaires …

Mise en place/rangement

Le jeu s’installe et se range très vite. On sort les cartes et on ouvre l’application (certes à télécharger à l’avance avec une confirmation d’inscription ; mais c’est à faire une seule fois). 

Conclusion

Soviet Kitchen est un jeu plutôt drôle, un party game à prendre au second degré, simple mais pas tant que ça, très pédagogique au niveau des couleurs, original, interactif puisque coopératif qui prend toute sa saveur en mode Campagne. Il se met très vite en place et reste un vrai jeu de cartes même si on doit utiliser une application. Une application qui est d’ailleurs très bien faite ; elle nous guide très bien dans le déroulement du jeu. Les bruitages sont drôles, les ingrédients des cartes sont bien choisis et les effets sont très sympas. La jauge de toxicité rajoute un petit côté stratégique à ce jeu assez mécanique qui pourrait à la longue paraître un peu répétitif. Mais le tout est de ne pas en abuser, de savoir le consommer avec modération. Donc au final un bon jeu de cartes loufoque à essayer … même Lénine a mis 9/10 … A vos fourneaux cuistots  et … До свидания

Testeurs: Fab, Jules, Laurent

Chronique réalisée avec la collaboration active de Fab

Si vous aimez les choux, les pommes de terres, l’ex URSS, les cocas kolkhozes et les faux cils … sans le marteau voici une petite vidéo de circonstance des Fatals Picards …

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :