[Test] Under falling Skies, space invaders

Skies1 joueurSkiesTomáš Uhlíř
Skies12 ansSkiesKwanchai MoriyaPetr Boháček
Skies20-40 minutesSkiesIello
Skiesplacement de dés, campagne, soloSkiesScience fiction, attaque d’aliens
Skies28€50 chez Skieset dans Skies
Under falling Skies

Space invaders, c’est un des premiers jeux auquel j’ai joué sur PC ! Quelle madeleine de Proust ! je vous dresse le tableau : USA, 1988, pendant les vacances scolaire mon père m’amenait à son bureau. Il me mettait devant un des ordis de la boite sur lequel était installé ce fameux jeu.

Je passais mes journée à y jouer, et j’adorais aller « travailler » avec mon père !

Quand Iello a annoncé Under falling Skies et que j’ai vu les images, avec ses aliens qui descendent pour attaquer le joueur, ça a été un véritable retour vers le futur et il a fallu que je l’essaye ! Quand j’ai vu que c’était un jeu solo en campagne avec des éléments à découvrir au fur et à mesure j’ai été hyper hypé !

A la réception de Under falling Skies j’ai d’abord été surpris par le poids de la boite malgré sa taille classique, j’ai vite compris en découvrant le matos ! Une campagne en 4 volets avec chacun son propre matos et ses propres mécaniques, des dizaines d’heures de jeu en perspective !

Souvent les jeux solo sont de « petits » jeux avec peu de matos et des parties plutôt courtes. Under falling Skies propose un matos digne d’un jeu multijoueur et une expérience de jeu fournie avec plein d’éléments à débloquer !

Dans Under falling Skies les extra-terrestres attaquent la Terre et toute l’humanité se réfugie dans des bunkers. Au joueur de gagner du temps pour que les scientifiques puissent développer une arme suffisamment puissante pour anéantir les envahisseurs. Il faudra construire sa base souterraine, combattre les vagues d’ennemis, effectuer des recherches, le tout avant que le vaisseau mère ne se pose sur Terre et détruise tout.

Skies

Qu’est ce qu’on trouve dans la boîte ?

  • 1 marqueur recherche
  • 1 marqueur dégâts
  • 1 marqueur énergie
  • 1 pion excavatrice
  • 2 dés blancs, 3 dés gris, 2 dés bleus
  • 5 vaisseaux aliens rouges
  • 3 vaisseaux aliens blancs
  • 1 vaisseau alien orange
  • 1 tuile vaisseau mère
  • 4 plateaux ciel recto-verso
  • 3 plateaux villes recto-verso
  • 3 plateaux base recto-verso
  • 4 paquets scénarios à découvrir
  • 1 carnet de campagne

Comment on joue à Under falling Skies ?

La mise en place

On place les plateaux ciel dans le bon ordre en choisissant les faces en fonction de la difficulté souhaitée. En dessous on place un plateau ville (Roswell pour découvrir le jeu). En fonction de la ville choisie, on place deux plateaux base selon la configuration indiquée sur le plateau ville.

On place les marqueurs recherche, dégâts et énergie et le pion excavatrice sur leurs emplacements de départ.

On place la tuile vaisseau mère au dessus des plateaux ciel. On place les 5 vaisseaux aliens rouges sur les emplacements dédiés de la tuile vaisseau mère. On garde les vaisseaux aliens blancs à proximité, on en aura besoin en cours de partie.

On garde les dés blanc et gris à proximité.

Tout le reste du matériel est rangé dans la boite pour les premières parties, ils seront utilisés par les scénarios suivants.

Le tour de jeu

Dans Under falling Skies, un tour de jeu se déroule en 3 phases :

  1. Phase de planification : Le joueur lance les dés. Il peut les placer sur n’importe quelle case de la base pourvu qu’elle soit avant l’excavatrice et qu’il n’y ait qu’un dé par colonne. Aussitôt qu’un dé est placé, il faut faire descendre le vaisseau alien de la même colonne d’autant de cases que la valeur du dé (on résout éventuellement les effets de la case d’arrivé du vaisseau alien). Les cases base permettent de :
    • Gagner de l’Energie
    • Attaquer des vaisseaux
    • Gagner des points de recherche
    • Déplacer l’excavatrice pour découvrir d’autres salles
    • Ralentir la descente des vaisseaux alien
  2. Phase des salles : Le joueur déclenche l’effet des salles. Pour les salles d’énergie et de recherche, il en gagne autant que la valeur du dé (assorti éventuellement d’un malus). Pour les canons, on détruit tous les vaisseaux qui sont sur une case explosion de valeur inférieure ou égale à la valeur du dé. Pour l’excavatrice, on déplace le pion d’autant de cases que le valeur du dé.
  3. Phase du vaisseau mère : On déplace le vaisseau mère d’une ligne vers le bas et on applique l’effet de la ligne d’arrivée. On remet les vaisseaux aliens sur les cases de largage.
La fin de partie

Les tours s’enchainent ainsi jusqu’à la victoire du joueur : le marqueur recherche atteint la dernière case, ou la défaite : le vaisseau mère arrive sur la dernière ligne ciel ou le parqueur dégât atteint la dernière case.

Est-ce que c’est bien ?

Ce que j’ai ❤️:

  • L’univers à mi-chemin entre Space Invaders, Independence Day et X-Com
  • Il y a beaucoup de contenu, plusieurs dizaines d’heures de jeu en perspective !
  • C’est très dur !
  • La campagne très bien foutue
  • Un gameplay entre la pose d’ouvriers et le tower defense
  • Un jeu solo, touffu, exigeant
  • Une mécanique simple, on ne triche pas trop sans le vouloir
  • Une profondeur stratégique très bonne
  • Un casse tête qui fera chauffer votre cerveau…

Ce que j’ai 💔

  • … voire le griller
  • J’ai toujours pas réussi à prononcer le nom des auteurs, un jeu dans le jeu !
Skies

Design

J’aime beaucoup le design d’Under falling Skies. Les vaisseaux aliens en plastique transparent sont très beaux.

Les illustrations sont également très qualitatives, dans des tons bleues, rouges et violet, c’est très agréable à l’œil.

Les planches de bande dessinées qui introduisent le jeu et les scenarios sont bien illustrée et mettent bien dans l’ambiance.

Les différentes salles sont bien reconnaissables grâce à leurs couleurs bien tranchées et leur illustration très reconnaissables.

Dans l’ensemble, le design d’Under falling Skies fait le job, il donne envie d’y jouer et plonge bien le joueur dans l’univers du titre.

ze meeple

Qualité du matériel

La qualité du matériel d’Under falling Skies est très bonne compte tenu du prix du jeu. La boite et très lourde ce qui donne une indication sur la quantité de matériel que propose le jeu.

Les plateaux sont de bonne qualité et d’une bonne épaisseur. Ils ne semblent pas fragiles.

Les pions vaisseaux aliens sont de très bonne qualité. Ils sont bien rigides et ne semblent pas fragiles. Attention tout de même à ne pas se blesser aves les éléments pointus.

Les dés sont en bous et sont de qualité standard.

Les marqueurs sont en plastique transparents et sont également de qualité standard.

Les autres jetons en carton sont du même acabit que les plateaux.

Dans l’ensemble, le jeu donne une impression du durabilité et de solidité, c’est top !

ze meeple

Thème

Space invaders pour les aliens qui descendent et nous qui tirons dessus, X-Com pour le gestion de la base, Independence Day pour l’ambiance générale te les BD, on est propulsé quelque part entre ces 3 univers comme un F14 Tomcat depuis son porte-avion.

Shooter des aliens, ça a toujours été un de mes plus grand kifs avec les zombies, aussi Space Invaders et X-Com font partie de mon panthéon vidéo-ludique. Aussi quand un éditeur de jeux de société propose un jeu qui reprend leurs codes, je ne peux qu’adorer !

Que l’univers est bien rendu ! Quand les aliens descendent on entend presque la musique de Space Invaders

Les pages de bandes dessinés nous racontent une histoire épique et nous plongent dans l’univers c’est très agréable !

On se retrouve à gérer notre base et devoir choisir deux missions (l’autre est automatiquement perdue) comme dans X-Com.

Under falling Skies présente un univers riche et on a vraiment l’impression de tenter de sauver l’humanité en tirant sur les vaisseaux alien et en développant la base avant que la ville dont la première est Roswell (chouette clin d’œil) ne soit submergée par les envahisseurs.

L’affaire de Roswell concerne l’écrasement au sol, près de Roswell au Nouveau-Mexique (États-Unis), le 4 juillet 1947, de ce qui est présenté, selon les versions, comme un ballon-sonde ou comme un objet volant non identifié (ovni). Pour les principales associations d’ufologues, cet événement est l’un des éléments les plus probants de la visite de la Terre par une civilisation extraterrestre avancée. Pour les autorités militaires et les ufologues sceptiques, il s’agit seulement d’un mythe moderne maintenu par les mécanismes sociopsychologiques habituels de ce type de phénomènes.

Le gouvernement américain explique l’incident par l’écrasement d’un ballon-sonde ultrasecret (Mogul) destiné à espionner les expériences nucléaires militaires soviétiques (premier essai nucléaire en août 1949). Les partisans de la thèse extraterrestre soutiennent que l’épave retrouvée est celle d’un ovni extraterrestre, récupéré et dissimulé par les militaires.

En raison des nombreux témoignages soutenant l’hypothèse extraterrestre à Roswell, l’écrasement et la récupération supposés d’un ovni ont depuis évolué en phénomène de culture populaire hypermédiatisé. Roswell est devenu l’une des plus célèbres manifestations supposées d’extraterrestres.

Le 8 juillet 1947, William « Mac » Brazel, propriétaire d’un ranch dans une zone désertique et peu accessible près de Roswell, découvre des débris éparpillés sur ses terres sur environ 80 m de large et 1 km de long. Comme beaucoup d’habitants dans le secteur, Brazel avait déjà récupéré des débris de ballons météo. Intrigué par l’aspect des matériaux, il décide de les montrer à ses plus proches voisins situés à plusieurs kilomètres de là, la famille Proctor. Ceux-ci lui conseillent alors de contacter le shérif de Roswell, lequel juge opportun d’avertir la base militaire la plus proche. Le lieutenant Walter Haut, porte-parole du Roswell Army Air Field (RAAF), fait alors un premier communiqué de presse à la demande du colonel William Blanchard, commandant de la base de Roswell, annonçant qu’ils ont récupéré un disque volant (flying disc) écrasé près d’un ranch à Roswell. Le lendemain, le brigadier général Ramey de la base de Fort Worth, où ont été transportés les débris par avion pour examen, publie un rectificatif annonçant que le disque volant était seulement un ballon-sonde. Une conférence de presse est organisée dans la foulée, où l’on montre aux journalistes des débris facilement identifiables de l’objet qui s’est écrasé, confirmant ainsi officiellement la thèse du ballon.

En 1978, le lieutenant-colonel en retraite Jesse Marcel, qui était arrivé le premier sur les lieux et s’était occupé de la récupération des premiers débris en tant que responsable de la sécurité de la base de bombardiers atomiques, déclare à l’ufologue Stanton Friedman venu l’interviewer puis à la télévision que ces débris étaient sûrement d’origine extraterrestre. Il ajoute que les débris montrés par le général Ramey, responsable de la base, aux journalistes n’étaient pas ceux que Marcel lui avait apportés de Roswell. Il fait part de sa conviction selon laquelle les militaires avaient en réalité caché la découverte d’un vaisseau spatial. Son histoire, qui circulera d’abord dans le milieu des ufologues, est à l’origine de plusieurs enquêtes et de livres évoquant une politique du secret imposée par les autorités militaires. En février 1980, le The National Enquirer interviewa le major Marcel, attirant l’attention mondiale sur l’incident de Roswell.

ze meeple

Mécanique

Dieu qu’il est bon de jouer à Under falling Skies ! Mais quelle gageure ! Vous allez transpirer à grosses gouttes pour venir à bout d’une mécanique qui mélange pose d’ouvrier et casse tête (martien).

La mécanique est étonnamment très simple : on place les dés (1 par colonne), les blancs font relancer les autres et on active les salles sur lesquelles on a mis un dé en fonction de la valeur du dé.

Mais derrière cette mécanique si simple, et qui prévient les phénomène (oups j’ai triché sans le vouloir, tans pis ! ) se cache une profondeur tactique insoupçonnée, et plus on y joue, plus on en découvre les subtilités.

On est sans cesse tiraillé entre plusieurs choix cornélien : dois-je gagner de l’énergie, creuser la base, tirer sur les ennemis ou faire de la recherche (qui est l’objectif du jeu, mais qui coûte de l’énergie). En fait, vous serez forcé de faire un peu tout cela mais avec un manque cruel de dés pour les faire toutes en même temps.

L’importance de l’ordre dans lequel vous posez vos dés est à prendre en compte, tout comme leur valeur. Utiliser la bonne valeur, celle qui fait atterrir les vaisseaux alien sur les cases qui vous intéresse (les explosions par exemple) et celle qui active correctement la salle est capital pour vous assurer la victoire.

Car celle ci sera extrêmement difficile à atteindre, surtout dans les modes de difficulté les plus élevés. Vous allez en baver, mais tel Will Smith, vous aurez le droit aux feux d’artifices en cas de réussite.

Du coup on a envie d’essayer, de réessayer et une petite mécanique d’aide vous avantage sur la partie tout de suite après une défaite. Mais ne vous faites pas d’illusion, cette aide est minime, bien que bienvenue.

Alors bien sûr, il y a un peu de hasard dans le tirage des dés, mais avec une bonne stratégie vous vous apercevrez que vous pouvez le maîtriser assez aisément.

Alors on prend un kiff du tonnerre en jouant à Under falling Skies ! C’est un des tout meilleurs jeux solo sur le marché, on y joue, on y re-joue, un peu comme une partie de Space invaders jusqu’à ce qu’on réussisse.

La partie campagne est hyper bien foutue, elle est intéressante et prenante. Le contenu proposé est pléthorique et de nombreuses heures de jeu sont à prévoir.

Digne d’un jeu vidéo, c’est une des première fois que j’accepte de délaisser ma console au profit d’un jeu solo, c’est top top, on en redemande !

ze meeple

Simplicité des règles

Les règles d’Under falling Skies sont d’une simplicité déroutante. Servi par un livret de règle particulièrement bien fait, garni d’exemples, et d’illustrations.

On place 5 dés, on résout ce qu’ils font en basta ! aucun risque de se tromper si on suit scrupuleusement les phases de jeu, c’est bien !

Le jeu se complexifie au fur et à mesure mais comme c’est progressif, ça passe nickel !

J’ai quand même classé le jeu dans la catégorie expert (comme Iello d’ailleurs) car la difficulté du titre et son exigence ne sont pas à mettre dans toutes les mains.

Skies

Mise en place / Rangement

Le jeu s’installe assez vite et vous serez guidé dans les mises en place spéciales par les feuillets de scénario. Concernant le rangement, prévoyez des pochettes supplémentaires pour trier votre matériel et sauvegarder vos parties.

Conclusion

coup de coeur

Quel kiff ludique qu’est Under falling Skies ! Il vous propose un mélange entre casse tête et pose d’ouvriers, dans un univers tellement geek, qu’il en ferait pâlir Sheldon Cooper ! La mécanique d’une simplicité déconcertante cache une profondeur tactique et une difficulté énorme. On enchaine les parties jusqu’à ce que notre cerveau grille, jusqu’au bout de la nuit et on tombe tellement facilement dans le « encore une partie en boucle », qu’on ne voit pas les heures défiler ! Oubliez votre console de jeu, Under falling Skies la remplacera aisément pendant les longues heures nécessaires pour venir à bout du jeu ! A inclure d’urgence dans votre ludothèque !

Arnaud

Source : Wikipédia

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

It's Alive !
Pas de stream pour l'instant
%d blogueurs aiment cette page :