[Test] Escape the Dark Castle, Retour vers le futur

Castle1-4 joueursCastleAlex CrispinJames SheltonThomas Pike
Castle14 ansCastle Alex Crispin
Castle30 minutesCastleExod Games
CastleCoopératif, Dungeon Crawling, Salle/Monstre/TrésorCastleMédiéval fantastique
Castle36€90 chez Castle, mille et un jeux, 39€50 chez magic bazardet dans votre boutique de jeux favorite !
Castle

Quand j’ai vu la couverture de Escape the Dark Castle, sans savoir quoi que ce soit du titre, vous savez à quoi j’ai pensé de suite ? La réponse en image :

Le premier jeu de rôle sur ordinateur auquel j’ai joué, vers 1991. Je ne suis pas sûr que ce soit celui là, mais il était très ressemblant, je suis sûr que c’était sur Mac et qu’il était en noir et blanc. Aussi quand j’ai vu cette couverture de Escape the Dark Castle en noir et blanc avec ce château, ça a fait tilt, v’la la madeleine de Proust. J’ai pensé à mon pote américain James qui m’a fait découvrir à la fois les jeux de sociétés, les wargames et les jeux de rôles (papier et ordinateur). James, if you are reading this 😉 . Bref, vous l’aurez compris, j’ai tout de suite eu envie de jouer au jeu.

Alors qu’est ce qu’on fait dans Escape the Dark Castle ? On incarne des prisonniers qui vont tenter de s’échapper d’une prison située au fin fond d’un château maléfique. Au travers de 15 salles, on va relever des défis, combattre des monstres, fouiller les poubelles ou les cuisines pour survivre jusqu’au boss qui garde la sortie.

Jouable en solo ou jusqu’à 4 en coopératif, vous devrez unir vos forces pour parvenir au bout de l’épreuve. A la manière d’un livre dont vous êtes le héros, on va tourner les pages du château et affronter dignement (ou pas) chaque épreuve.

Qu’est ce qu’on trouve dans la boite ?

  • 45 cartes de chapitre
  • 9 dés de chapitre
  • 6 dés de personnages
  • 1 bloc note
  • 4 crayons
  • 6 cartes de personnages
  • 1 carte départ
  • 5 cartes boss
  • 1 livret de règles

Comment on joue à Escape the Dark Castle ?

La mise en place

On commence par créer le château : on prend au hasard 15 cartes de chapitre qu’on mélange soigneusement. On ajoute à la fin une carte boss prise au hasard et qu’on ne regarde pas. On place au dessus la carte départ. Le tout forme une pile de cartes qui forment la château.

Chaque joueur choisit un personnage (2 en solo). Chaque personnage a 3 caractéristiques. Chacun aura 4 points dans une caractéristique, 3 points dans une autre et 1 dans la dernière. A vous de créer une équipe équilibrée. Chaque personnage a un certain nombre de points de vie selon le nombre de joueurs. On notera ces points de vie sur le calepin.

Le tour de jeu

A chaque tour, un personnage sera désigné pour tourner une page du livre et affronter l’épreuve qui fera face au groupe. La plupart du temps, le groupe dans son ensemble fera face au défi, mais quelque fois, seul un personnage devra subir les conséquences négatives de l’épreuve, et ce sera celui qui a tourné la page. Il faut donc bien choisir celui qui entrera dans la pièce en premier.

Après chaque épreuve réussie, elle l’est si on applique les effets de la carte sans mourir, on tourne une nouvelle carte etc..

Pour chaque combat réussi, on pioche des cartes objet. Chaque personnage ne peut en porter que 2 et les consommables le sont à n’importe quel moment de la partie.

La fin de partie

La partie se termine soit par la victoire des joueurs avec le décès du boss final, soit par la victoire du jeu avec le décès d’un joueur.

Est-ce que c’est bien ?

Ce que j’ai ❤️:

  • Le design du titre
  • Le flashback de fou !
  • Les parties rapides
  • On n’a pas l’impression de se faire matraquer par le jeu
  • Les règles hyper simples
  • Le système de combat
  • Les cartes grand format…

Ce que j’ai 💔

  • … qui sont un peu compliquées à mélanger
  • La durée de vie du titre
ze meeple

Design

Alors c’est vrai, le design du titre est très clivant, j’en suis conscient. Certains vont dire c’est moche, et c’est vrai ! Mais la kitchitude de Escape the Dark Castle est pleinement assumée et l’hommage aux jeux des années 1990 est tout à fait voulu. Alors oui, les personnages font peur, les monstres sont d’un autre âge, le dos des cartes sont simplement noires, les symboles de caractéristiques ne sont pas thématiques (pourquoi une étoile pour la sagesse ?). Les plus jeunes d’être nous ne savent pas qu’à une époque c’était comme ça et c’était bien car le jeu nous permettait de nous évader.

La mode des jeux rétros sur console ou ordinateur est installé depuis longtemps (on parle même de pixel art) alors pourquoi pas dans les jeux de société ?

Les cartes se composent d’une illustration plus ou moins moche retro et un texte qui propose souvent deux choix. C’est simple et efficace, on se prend pas la tête. L’iconographie n’est pas très claire, mais il n’y a que trois symboles en gros, alors on les retient assez bien quand même.

Concernant les cartes Objet, elles sont bien faites et explicites.

Castle

Qualité du matériel

Alors, dans Escape the Dark Castle, toutes les cartes ont le linen finish et ont une épaisseur standard. Les dés sont de bonne qualité, le bloc et les crayons sont dispensables. La boite a aussi le linen finish. Le tout semble de bonne qualité, mais je trouve le jeu un poil cher par rapport à la quantité de matériel dans la boite (on a finalement que des cartes et des dés). J’aurais préféré ne pas avoir le bloc et les crayons et plus de cartes chapitres, d’autant qu’une appli qui gère les points de vie est prévue.

Castle

Thème

Le thème de Escape the Dark Castle est ultra classique pour un jeu de type salle/monstre/trésor. C’est de la low fantasy dans laquelle il y a peu de magie et où les humains sont la race ultra majoritaire. Nous n’avons que des humains dans le roster de personnages.

Les premiers scenarii de jeux de rôles étaient tous sur le même schéma : on parcourait un donjon, on entrait dans une salle, on exterminait tout ce qui s’y trouvait et on récupérait le trésor. On a fini par appeler ce genre de scenario : salle/monstre/trésor. L’une des campagnes les plus connues de ce type, Retour au temple du mal élémentaire, emmenait les joueurs de Donjons et Dragons 3.0 dans un scénario riche de ce type. Le célèbre auteur de scenarii de jeu de rôle Monte Cook nous sert ce chef d’œuvre retro qui a sans doute inspiré bon nombre de production vidéo-ludiques notamment.

Castle

Alors dans Escape the Dark Castle, le thème est parfaitement respecté et retrouve bien cette sensation de pénétrer dans une salle, d’y combattre un monstre et de récupérer un trésor. Une narration assez bien faite nous maintient dans cette ambiance sombre, un poil dégueu des fois. Le jeu vous rappelle constamment que vous êtes des prisonnier pouilleux et que vous allez probablement mourir misérablement. D’ailleurs vous êtes au pire à poil, au mieux en haillons tout au long de l’aventure, ce qui explique que vous ne pouvez porter que deux objets, un dans chaque main.

J’aime bien le thème de Escape the Dark Castle car une fois de plus, il me rappelle mes soirées jeux de rôle à défourailler des gobelins ou à tuer des loups et trouver une épée à deux mains sur leur cadavre (mais où ont-ils bien pu mettre cette épée). Il est certes ultra classique et il n’a rien d’original, mais il est bien repris dans le jeu.

Castle

Mécanique

La mécanique de Escape the Dark Castle est d’une simplicité déconcertante. On est plus près du livre dont vous êtes le héros qu’un jeu de société. Aussi, il est parfaitement calibré pour du jeu solo ou duo, beaucoup moins pour plus.

On tourne une carte et on lit. C’est quasiment tout. Il faut juste savoir qu’en cas de combat il faut lancer les dés personnages et obtenir les mêmes faces que celles montrées sur les cartes. Le monstre inflige à chaque joueur un certain nombre de points de dégâts. Si tous les personnages sont encore en vie à la mort du monstre, c’est gagné.

Il est donc important de bien constituer son équipe et de choisir les personnages complémentaires au risque de rester coincé sur une épreuve. Le mieux c’est de choisir deux personnages qui ont la même compétence au milieu et qui ont leur compétences du haut et du bas inversés, comme les deux personnages suivants :

Castle

Alors bien sûr on pense tout de suite à One Deck Dungeon quand on joue à ce jeu, et la comparaison est presque forcée. Escape the Dark Castle est beaucoup plus simple dans sa mécanique, et en même temps bien plus immersif et narratif. One deck Dungeon est beaucoup plus mécanique finalement tandis que Escape the Dark Castle est plus dans la narration et l’ambiance.

De plus, j’ai eu bien plus la sensation d’un matraquage du joueur où le jeu veut constamment vous casser la figure et vous mettre des bâtons dans les roues en jouant à One Deck Dungeon qu’en jouant à Escape the Dark Castle. Donc au final, on transpire moins. Attention le jeu n’est pas une balade au pays des elfes à poil en dansant enroulé dans du jambon hein ! Le jeu est suffisamment difficile pour proposer du challenge. C’est juste qu’on a l’impression de progresser dans le donjon et pas de faire deux pas en avant, un en arrière.

Au final on s’amuse bien à s’échapper de ces geôles putrides et quand on y arrive, on a cette sensation de satisfaction assez plaisante. Le jeu est dur mais pas impossible. On ne doit pas retenter 10 fois avant de réussir, mais le challenge est là et il faut soupeser chaque choix pour ne pas prendre trop de baffes et arriver relativement en forme devant le boss.

Le petit bémol que je dois opposer au jeu est sa durée de vie qui sera finalement assez faible, on fera le tour des boss et des 45 cartes chapitre en une petite dizaine de parties (6-7 à peu près). On attend donc plus de contenu avec des extensions. Dommage pour un jeu à presque 40 euros tout de même. On a envie de plus, et c’est plutôt bon signe, mais on reste sur notre faim une fois les 5 boss battus et les 6 personnages essayés.

ze meeple

Simplicité des règles

Les règles sont hyper simples et le livret est plutôt bien fait. On peut commencer à jouer tout de suite, c’est vraiment bien, on est dans le vif du sujet tout de suite. Le jeu convient donc à un public novice et le jeu servira sans problème de portail vers ce genre de jeu.

ze meeple

Mise en place / Rangement

Le jeu se met en place en quelques minutes et se range en un éclair, c’est bien. 30 minutes de partie, 35 minutes en tout, on le sort, on joue, on range le tout en moins de 3/4 d’heure, que demande le peuple ?

Conclusion

J’ai beaucoup aimé jouer à Escape the Dark Castle ! Certes il ne plaira pas à tout le monde et je vous conseille de bien vous renseigner sur le jeu avant de vous décider à l’acheter, mais si vous êtes friands de jeux de rôles vintage et de jeux solo/duo simples, rapides et pas prise de tête au niveau des règles, ce jeu vous conviendra parfaitement. Le côté vintage plaira aux vieux de la vieille comme moi. Une chouette découverte et une chouette surprise pour un jeu que je n’attendais pas forcément.

Testeurs : Arnaud

Arnaud

D’autres avis sur Escape the Dark Castle :

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

It's Alive !
Pas de stream pour l'instant
%d blogueurs aiment cette page :