Inkalam, un jeu à imprimer soi-même au thème dépaysant

Inkalam, un jeu à imprimer soi-même au thème dépaysant1-6 joueursInkalam, un jeu à imprimer soi-même au thème dépaysantNicolas MATHIEU
Inkalam, un jeu à imprimer soi-même au thème dépaysant8+Inkalam, un jeu à imprimer soi-même au thème dépaysantEmmanuel GOROBEI
Inkalam, un jeu à imprimer soi-même au thème dépaysant20 minutesInkalam, un jeu à imprimer soi-même au thème dépaysantSuperlude
Inkalam, un jeu à imprimer soi-même au thème dépaysantRoll & writeInkalam, un jeu à imprimer soi-même au thème dépaysantMessagers, plantations
Inkalam, un jeu à imprimer soi-même au thème dépaysantPrint & Play à 3€ chez Inkalam, un jeu à imprimer soi-même au thème dépaysant
Inkalam

Qu’est ce qu’on y fait?

Dans le royaume d’Inkalam, mettez-vous le temps d’une journée à la place d’une guilde de messagers, les chascis, qui, par la qualité des messages transmis entre eux, font prospérer leurs champs de maïs, leurs troupeaux de lamas, leurs cités lacustres tout en profitant deci-delà de cabosses et autres plumes d’oiseaux exotiques.

Qu’est ce qu’on trouve dans le fichier (car c’est un Print & Play) ?

  • Un plateau de jeu individuel à imprimer soi-même en grand format (A4) en couleur ou en noir et blanc pour le mode 2 joueurs et plus.
  • Le même plateau en petit format (A5) en couleur et noir et blanc.
  • Un plateau de jeu pour le mode solo en couleur et noir et blanc (grand et petit format également).
  • une règle de jeu facile à prendre en main de 11 pages.
  • Des conseils pour fabriquer le jeu.

Comment on joue?

C’est un Roll & Write à imprimer soi-même (en Print & Play = on imprime et on joue). On lance des dés et on écrit des résultats sur son plateau. Munissez-vous donc de 3 dés (allez, il y en bien qui traînent quelque part), et d’un plateau de jeu imprimé par joueur représentant son royaume d’Inkalam (préalablement plastifié ou pas, ou glissé dans une pochette de vue), ainsi que d’un crayon ou d’un feutre effaçable en fonction du support choisi.

D’abord, chacun entoure, au choix, un des 9 chascis (messagers) de départ disposés sur le pourtour de son royaume. Ils sont reconnaissables à leur plume sur la tête. On détermine un premier joueur. On peut aussi décider de partir du même chasci.

Le premier joueur lance les 3 dés, il en choisit un. Les autres joueurs pourront choisir l’une des valeurs présentées par les 2 dés restants.

Tout le monde écrit la valeur du dé choisi sur une « feuille message » adjacente à un chasci déjà entouré et entoure le prochain maillon de la chaîne de transmission. On repasse au crayon le chemin entre les deux messagers.

Les joueurs doivent faire en sorte que les valeurs qui entourent une plantation de maïs, un élevage de lamas ou une cité lacustre se suivent (peu importe l’ordre). Si tel est le cas, la région prospère, le joueur coche au bas du plateau de jeu la case richesse correspondant au type de région. Pour chaque type de région, le premier à atteindre une case colorée bénéficie d’un bonus de rapidité qu’il coche. Sur le même principe, le premier à glaner 3 cabosses ou 3 plumes inscrits à côté de certaines « feuilles messages » gagne un bonus.

A tout moment, il y a possibilité de faire varier la valeur du dé choisi de + ou – 1 (donnant donc potentiellement une valeur de dé allant de 0 à 7). Plus vous utilisez ce modificateur, plus vous augmentez votre malus.

La durée de la partie est déterminée par une horloge solaire. A chaque fois que l’on inscrit une valeur sur une « feuille message » comportant un soleil, on avance sur le cadran solaire

Est-ce que c’est bien?

Ce que j’ai ❤️:

  • La simplicité, la fluidité
  • Le concept du print & play avec la possibilité d’imprimer les plateaux en plusieurs formats, en couleur ou en noir et blanc
  • Les illustrations
  • La tension liée aux bonus de rapidité
  • Deux modes solo combinables (Le dernier messager et/ou Le soleil noir)
  • Un jeu qui se joue indifféremment à 2 comme à plus (et même au delà de 6 si on le souhaite)
  • L’envie d’y rejouer !
  • La possibilité d’y jouer en visio.

Ce que j’ai 💔:

  • Les soleils ne sont pas assez visibles sur les « feuilles messages ».
  • La partie peut parfois être écourtée par celui qui aura fait plus ou moins volontairement la course aux soleils.
ze meeple

Design

Les illustrations du plateau de jeu sont très réussies, très mignonnes, enfantines tout en restant bien léchées.

Inkalam, un jeu à imprimer soi-même au thème dépaysant

Thème

Un thème original : L’ancêtre de l’e-mail au pays de la cordillère des Andes ! Eh bien on se prête au jeu de vouloir faire le premier prospérer ses petits domaines sans abréger trop rapidement la partie.

Inkalam, un jeu à imprimer soi-même au thème dépaysant

Qualité du matériel

La qualité du matériel dépendra évidemment du support et de la qualité d’impression.

Inkalam, un jeu à imprimer soi-même au thème dépaysant

Gameplay

Le gameplay d’Inkalam permettra à tout type de joueur de prendre un moment de plaisir simple. Le jeu est très abordable et les tours s’enchaînent avec une très grande fluidité. C’est un jeu familial par excellence.

Il y a tout de même une stratégie fine à mettre en place liée aux bonus de rapidité, aux valeurs de scoring différentes selon le type de région que l’on fait prospérer, à la course à la fin de partie qui peut être déclenchée plus ou moins rapidement.

Sur la fin de la partie on se surprend à s’être parfois bloqué involontairement.

Inkalam, un jeu à imprimer soi-même au thème dépaysant

Simplicité des règles

Les règles s’expliquent en 5 minutes !

Inkalam, un jeu à imprimer soi-même au thème dépaysant

Mise en place/rangement

Installation en 30 secondes. Quelques feuilles qui se rangent dans une pochette (ou un classeur si l’on est adepte du print & play). Pour des parties avec beaucoup de joueurs, un jeton premier joueur à imprimer est disponible sur la page Superlude.

Conclusion

Un jeu frais et familial qui donne envie d’enchaîner les parties. Une belle surprise et une idée originale avec la gamme Print N’ Play Time de Superlude. Seul ou à plusieurs, il offre des parties rapides et plaisantes. Et même à plus de 6 il se joue sans problème.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 30 juin 2020

    […] INKALAM de Nicolas Mathieu, illustré par Gorobeï (Kuala). Style : Roll & Write. […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :