[Festival] Octogônes 2022

Octogônes

Il y a 15 jours, nous nous rendions à Octogônes qui s’est déroulé à l’espace Double Mixte de Villeurbane, à côté de Lyon.

C’est la première fois qu’Adeline et moi même y allons, mais pour Aurelie et Vincent, ce n’était pas une découverte.

Après une bonne heure de route, nous arrivons à proximité de la salle. Un gros coup de bol pour se garer (plutôt compliqué normalement parait-il) et hop, nous pénétrons dans le Double Mixte.

La salle est vraiment très grande, sur deux étages. En bas, les éditeurs jeux de société, en haut la protozone et le jeu de rôle.

On retrouve assez rapidement nos amis UToken2Me qui nous annoncent que leur kickstarter vient de débuter pour leur chouette jeu Vedrfölnir.

Vedrfölnir

Je vous avais déjà parlé de ce jeu dans l’article sur le festival de Chambéry.

Edité chez les sympathiques U Token 2 Me, dont c’est le deuxième jeu, et une fois que vous êtes passés outre la prononciation hasardeuse du titre, Verdrfölnir est un jeu qui emprunte la mécanique du Black Jack.

Alors la parenté avec le jeu de casino est vraiment lointaine, et on n’y retrouve que la valeur à ne pas dépasser.

Chaque joueur a une main de cartes et, à son tour, chacun va donner ses cartes à chacun des joueurs (y compris lui). Par contre, il ne peut les consulter qu’une à une.

Alors on va devoir prendre des risques ou les minimiser pour gagner. De tour en tour, chaque joueur garde les cartes devant lui jusqu’à ce qu’un joueur dépasse le seuil fatidique, au quel cas, la manche s’arrête et les autres joueurs se partage les cartes du milieu (les joueurs doivent donner une carte de leur main au milieu également).

Si un joueur obtient pile le nombre qu’il faut, il garde toutes ses cartes et celle du milieu.

D’autres cartes donnent des pouvoirs plus ou moins cools.

Alors on se retrouve dans un jeu au feeling du jeu de plis, avec une bonne dose de stratégie, matinée d’une petite couche de hasard contrôlable, et surtout un univers riche reprenant la mythologie celtique.

L’auteur a essayé de faire coller sa mécanique le plus possible à cette mythologie et il a dû faire un travail de recherche assez conséquent pour y arriver. Dommage qu’on ne s’en rende pas compte en jouant, mais tous les aspects du jeu se rapporte à un élément des croyances des celtes.

Verdrfölnir arrivera en financement participatif au cours de l’année.

Nous avons bien apprécié notre partie. Notez que les illustrations ne sont pas définitives et qu’elles seront réalisées par une tatoueuse spécialisée dans les arts celtes, ça peut être pas mal ! En l’état des choses je trouve les cartes un peu ternes, espérons que l’illustratrice saura rendre hommage à cet univers très riche !

Dans tous les cas, c’est un jeu qui est dans notre viseur et il est fort à parier qu’on en entendra encore parler sur Undécent !

La campagne Kickstarter a commencé !! Nous avons bien sûr pris notre pledge ! Le jeu sera en démonstration au festival des jeux de Romans sur Isère !

Leader

Leader aussi on vous en a déjà parlé dans l’article sur le festival des jeux de Valence.

Il s’agit d’un jeu d’affrontements pour deux joueurs qui me fait beaucoup penser à un MOBA.

LEADER (titre provisoire) est un jeu de stratégie pour 2 joueurs qui combine un plateau de jeu et un set de figurines (16 en tous), toute en étant différentes et chacune avec une compétence spécifique.

Votre objectif : Neutraliser le Leader adverse en amenant deux de vos figurines à côté de lui.

La partie commence avec les deux seuls leaders sur le plateau.

Vous pourrez recruter une nouvelle figurine à la fin de chacun de vos tours jusqu’à en avoir cinq (Leader compris).

A votre tour vous pouvez effectuer une action avec chacune de vos figurines.

Celles-ci peuvent soit se déplacer d’une case, soit utiliser leur compétence unique (sauter par-dessus une figurine, échanger de position avec une autre figurine, se téléporter à côté de votre Leader…).

Une partie dure en moyenne 6 tours (10-15 minutes). Si les deux joueurs parviennent chacun à bien assembler et utiliser leur équipe, le nombre de tours peut doubler voire tripler.

C’est Vincent qui y avait joué à Valence et c’est Adeline et moi même qui y avons joué à Villeurbane.

Nous avons beaucoup apprécié notre partie, c’est Adeline qui a gagné suite à une inattention de ma part. Le jeu se révèle assez punitif en cas d’erreur.

A la limite du jeu abstrait Leader est vraiment un chouette jeu qui mérite de trouver son public et un éditeur !!

Il sera également en démonstration au festival des jeux de Romans sur Isère.

Houblon

Au départ, je pensais qu’Houblon était un jeu de gestion de brasserie. Il n’en est rien, il s’agit d’un party game se déroulant dans une taverne de Nains.

Édité par la Carrot Crew, un tout nouvel éditeur Valentinois, Houblon vous demandera de réaliser des défis avec le matériel du jeu.

Le but du jeu est d’être le plus riche après avoir gagné un maximum de jeux de taverne.

On achète et on revend du houblon selon un cours qui change à chaque tour, on joue des actions qui influencent le jeu des autres pour certaines d’entre elles et on propose des défis aux autres.

Ces derniers sont le cœur du jeu et ils utilisent tous le matériel du jeu dont le sympathique tonneau gobletet.

On va tenter d’y lancer des pièces, de faire tomber des pièces, se lancer des pièces les uns les autres etc…

Les défis sont assez originaux et très variés.

Nous avons passé un excellent moment de rigolade et j’ai hâte d’y rejouer au festival des jeux de Romans sur Isère, où le jeu sera en démonstration !!

Le Concile

Le Concile est un jeu de Guillaume Scholz. Il s’agit d’un jeu de bluff et de mémoire.

Au centre de la table se trouve un tas de cartes dont certaines donnent des bonus et d’autres des malus.

Le but du jeu est de récupérer un jeton de chaque type : Coquillage, Corail, Baleine… Outre vous approcher de la victoire, chacun de ces jetons a un pouvoir : l’un protège des malédictions que donnent les cartes si vous vous foirez (deux demi malédictions et vous êtes éliminés), l’un vous donne la gratuité pour regarder les cartes etc…

A votre tour, vous pouvez réorganiser une pile : vous la regardez et vous les remettez dans l’ordre de votre choix. Cette action vous rapporte un cristal.

En payant des cristaux, vous pouvez aussi regarder la première cartes d’une pile.

Enfin, vous pouvez arriver ma première cartes d’une pile pour gagner un jeton, une demi malédiction, ou des cristaux.

Le jeu est très beau, il est déjà illustré par une illustratrice de talent, pas sûr que ça plaise à de potentiels éditeurs.

Nous avons joué a 4, et je dois dire que nous sommes passés à côté. Nous avons trouvé peu où pas de contrôle sur la partie. Vous réorganisez une pile, elle va pouvoir être réorganisée ou chamboulée 3 fois avant que votre tour revienne.

En effet, dès que quelqu’un active une pile, il remélange la pile que vous avez pris soin de d’organiser à la perfection. La carte activée devrait simplement être mise en dessus de la pile.

Nico à joué à deux et il dit qu’il y a plus de contrôle à deux joueurs, et c’est sans doute vrai. Peut être Le Concile devrait être un jeu à deux.

En bref, il y a encore beaucoup de travail pour rendre le jeu moins chaotique, moins hasardeux et plus bluffant !

Sierra

Sierra, c’est mon coup de cœur du salon, et en plus, il sera présent au festival des jeux de Romans sur Isère !!

Pour ceux qui suivent le blog, vous savez de quel jeu je parle et de quel auteur il s’agit, puisque Sierra a été créé par Pierre Buty pendant son voyage en Amreque du sud !

Et j’ai enfin pu y jouer et je dois dire que j’ai adoré !!

Le but du jeu est de créer un paysage en réussissant un maximum d’objectifs. Les joueurs jouent en équipe de deux mais il n’y aura qu’un seul vainqueur. Si le binôme parvient à être 1er et 2ieme au niveau des points, ils ont gagné tous les deux, autrement, les victoire est belle et bien individuelle.

Malgré tout, les joueurs d’un binôme devront collaborer pour construire le paysage qui est commun. Mais chacun aura des objectifs différents alors il faudra s’entendre’pour construire un Paysage qui convienne aux deux joueurs.

Les objectifs s’intéressent aux couleurs des cartes, ainsi qu’aux motifs qu’elles montrent : les animaux, les refuges, les rivières.

Si l’interaction est très forte au sein d’un binôme, elle est quasi absente avec les autres joueurs, ce que j’ai regretté.

Au delà de ça, l’idée est vraiment excellente et Sierra rafraîchit pas mal la construction de tableau.

Le jeu est très beau, poétique, zen, et quand on connaît l’histoire derrière, il a une toute autre saveur, je vous invite à aller lire les articles de Pierre pour la connaître !

Sierra sera présent au festival des jeux de Romans sur Isère pour notre plus grand bonheur !!

Le Transperceneige

Transperceneige est un jeu basé sur la BD éponyme. L’éditeur (Les éditions de la Rose Noire) ont acquis les droits et le jeu s’inspire du premier tome.

Après une apocalypse, l’humanité à quasi disparue et la météo s’est considérablement refroidi si bien que le reste de l’humanité se terre dans des trains qui doivent se déplacer en permanence pour se chauffer et rester en vie.

Dans celui qui nous intéresse s’est constitué une société hyper hiérarchisée, constituée de castes qui ont toutes un rôle.

Les joueurs incarnent chacun une de ces castes. L’une va produire la nourriture, une autre les outils, une autre l’énergie et enfin la haute société qui ne produit rien mais qui dirige et conduit le train.

Ce qui est très fort dans le jeu c’est que chaque joueur produit un type de bien mais ils auront tous besoin de tous les biens. Alors ils devront collaborer.

Un système de contrainte sur les classes inférieures est mis en place, mais il génére des points de rébellion qui permettent au joueur qui en a suffisamment de se rebeller et de prendre la place d’un joueur mieux loti que lui.

J’ai trouvé le jeu inutilement frustrant. Je jouais la classe dirigeante. Je n’ai pas pu jouer pendant 3 tours parce que je n’ai pas réussi à obtenir les ressources dont j’avais besoin. Et il n’y a rien qui me frustre le plus que de ne pas pouvoir jouer à mon tour.

Alors il faut bien négocier pour obtenir les ressources dont vous avez besoin, mais si personne ne veut échanger avec vous, vous l’avez dans l’os.

Alors vous allez les contraindre mais vous générez des points de rébellion.

Alors c’est très réaliste bien sûr, et sans doute on s’y est pas pris comme il faut, mais j’ai été frustré. C’est mon sentiment, les autres n’ont pas eu le même.

Et finalement cela a conduit à notre perte car si les joueurs ne coopèrent pas bien, le jeu les punit et tout le monde a perdu. Bien fait pour ces bouseux !

Bon, à part ce sentiment que j’ai eu pendant la partie et que je n’ai pas trouvé très agréable, le jeu tourne hyper bien ! Un système d’upgrade permet de rendre ses actions plus efficaces.

La vitesse du train joue sur tous les aspects du jeu : plus de chauffage et donc moins de morts à chaque tour, plus d’énergie etc… mais si on va trop vite, la carlingue prend des dégâts.

Les joueurs vont donc coopérer pour prendre soin du train et pour survivre, mais il n’y aura qu’un seul vainqueur à la fin.

Disobey

Je vais être assez succinct, car l’article complet sur le preview de Disobey arrive cette semaine à l’occasion du démarrage le 17 octobre 2022 du financement participatif.

En bref, il s’agit d’un jeu à rôles cachés où deux équipes s’affrontent sans savoir qui sont leurs coéquipiers.

A la manière d’un Loup Garou ou d’un Avallon, Disobey surfe sur la geek culture des années 90-2000 et propose un univers entre Mars Attack et Walking Dead le tout dans une jaquette de VHS !

Ne ratez pas l’article, j’ai bien aimé le jeu et mes élèves ont sur-kiffés !!

Et après ?

Pour la première fois, je participe, avec la précieuse aide d’Adeline et de tous les testeurs undécent à l’organisation d’un festival !!

C’est celui de Romans sur Isère ! Un petit festival mais avec un programme vraiment chouette !!

  • une quarantaine de tables d’éditeurs dont Blackrock, Atalia, Game Flow, Blue cocker et plein d’autres !
  • 25 auteurs/autrices dans la protozone dont le gagnant d’octogones, celui du FLIP, du PEL, avec la présence de Jérémy Ducret et de Pierre Buty
  • Une zone dédicaces avec des acteurs ludiques de renom :
    • Antoine Bauza
    • Julien Prothière
    • Corentin Lebrat
    • Baptiste Laurent
    • Ludovic Maublanc
    • Camille Chaussy
    • Christine Alcouffe
    • Pierô
    • David Carmona
    • Pierre Buty
    • Juan Rodriguez

Le thème de cette année sera les dames du jeu et nous les mettrons à l’honneur grâce à notre marraine : Nathalie Zakarian, responsable du bar ludique « moi j’m’en fout je triche » à Lyon et membre de l’as d’or !

N’hésitez pas à nous rendre visite !! Le festival se déroulera au Théâtre des cordeliers et à la salle Charles Michel à Romans sur Isère (Drôme) les 22 et 23 octobre prochains !!

J’ai trop hâte !!!

Octogônes

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 25 octobre 2022

    […] puis j’ai pu enfin y jouer à Octogônes ! Et j’ai bien aimé !! A mi chemin entre le Loup Garou et Avallon, ce jeu de bluff à rôles […]

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :