Dragon Master, duel tactique de dompteurs de dragons

Dragon Master, duel tactique de dompteurs de dragons2 joueursDragon Master, duel tactique de dompteurs de dragonsReiner Knizia
Dragon Master, duel tactique de dompteurs de dragons8 ans et plus
Dragon Master, duel tactique de dompteurs de dragons20 minutesDragon Master, duel tactique de dompteurs de dragonsMatagot
Dragon Master, duel tactique de dompteurs de dragonsStratégie, duel, tactique, placementDragon Master, duel tactique de dompteurs de dragonsDragons, fantastique
Dragon Master, duel tactique de dompteurs de dragons8,95€ chez Dragon Master, duel tactique de dompteurs de dragons et dans votre boutique de jeux favorite
Dragon Master

Qu’est-ce qu’on y fait?

Vous avez toujours voulu devenir un véritable maître dragon en domptant différents dragons ? Non ? Bon ce n’est pas grave, dans ce jeu de l’auteur allemand Reiner Knizia, vous devrez placer les dragons convenablement dans votre enclos. Plus concrètement, chaque joueur construit des colonnes de quatre dragons en les posant dans une grille imaginaire de 4×4. Et règle n°1 du Dragon Master : votre victoire dépendra du groupe de dragons de plus faible valeur.

Qu’est ce qu’on trouve dans la boite?

  • 20 cartes cartonnées carrées représentant les dragons (5 de valeur 0, 5 de valeur 1, 5 de valeur 2 et 5 de valeur 3).
  • Une règle du jeu détaillée.

Comment on joue?

Mise en place : Les 2 joueurs se placent de part et d’autre de l’angle d’une table. C’est déjà moins commun qu’à l’accoutumée. Nous ne sommes donc pas dans un duel frontal. Chaque joueur reçoit une main de 8 cartes (les 4 cartes restantes ne sont pas utilisées pour cette partie et ne doivent pas être révélées). Les cartes ont des valeurs de 0, 1, 2 ou 3.

Tour de jeu : Les joueurs posent tour à tour une carte de manière à remplir un carré imaginaire de 4 cartes sur 4. Chaque carte doit être adjacente à une autre carte. La stratégie de pose dépendra de la manière de compter les points (voir plus loin fin de partie et décompte des points). Comme les joueurs sont placés de part et d’autre de l’angle d’une table, les lignes d’un joueur correspondent aux colonnes de son adversaire et inversement.

Fin de partie : Quand les 16 cartes sont posées (8 chacun), on définit le vainqueur de la façon suivante : chacun additionne les points de chacune de ses 4 colonnes individuellement. On retient ensuite le plus petit score de ses colonnes. Pour gagner, il faut que ce score soit supérieur à celui de l’adversaire. En cas d’égalité on regarde la valeur de la 2eme colonne de plus faible valeur.

Vous allez me dire, rien de bien folichon là derrière …. Eh bien tout se joue en fait dans la compréhension du décompte des points qui va conditionner votre manière de jouer. Car le décompte est un peu particulier.

Le décompte des points : chacun compte donc les points de chacune de ses 4 colonnes de la manière suivante.

  • 1 carte présente une fois dans une colonne rapporte sa valeur faciale (0 = 0, 1 = 1, 2 = 2, etc .)
  • 2 cartes de force 1 présentes rapportent 10 points,
  • 2 cartes de force 2 présentes rapportent 20 points,
  • 2 cartes de force 3 présentes rapportent 30 points,
  • 3 cartes identiques de force 0, 1, 2 ou 3 rapportent 100 points. C’est la seule manière de donner de la valeur aux cartes 0.

En somme : il faut donc faire plus que son adversaire mais seules les colonnes de plus faible valeur comptent ! En cas d’égalité, la deuxième colonne de plus faible valeur est prise en compte et ainsi de suite.

Est-ce que c’est bien?

Ce que j’ai ❤️:

  • Les règles très simples à comprendre et très malines.
  • L’envie de rejouer (on n’a pas pu s’empêcher de faire plusieurs parties d’affilée : la revanche de la revanche de la belle …).
  • Un brin de hasard (4 cartes sont mises de côté sur les 20 que comptent le jeu) mais pas trop.
  • Les parties très rapides (- de 10 mn) qui vous retournent les méninges.
  • Un jeu très stratégique où une petite erreur peut être fatale.
  • On peut emmener ce jeu partout, il faut juste un petit coin de table (ou de serviette de plage) pour jouer.
  • Le fait de se rendre compte – secrètement – à l’avant dernière carte qu’on est déjà sûr d’avoir perdu !
  • Le prix mini.

Ce que j’ai 💔:

  • Le thème des dragons n’apporte pas grand chose au jeu.
  • le tirage des cartes qui peut légèrement favoriser l’un ou l’autre.
  • Je n’ai pas trouvé la méthode qui permet de gagner à tous les coups !
Dragon Master, duel tactique de dompteurs de dragons

Design

Des dragons de couleurs différentes en fonction de leur valeur, dessinés sobrement sans plus de fioritures que celà. De toute façon ce n’est pas le cœur du jeu.

Dragon Master, duel tactique de dompteurs de dragons

Qualité du matériel

   Les cartes carrées se rapprochent davantage de cartes de jeu classiques ; des tuiles cartonnées auraient été du plus bel effet ; les cartes sont somme toute épaisses et de bonne qualité.

Dragon Master, duel tactique de dompteurs de dragons

Thème

Alors des dragons pourquoi pas, mais il faut reconnaître que ce pourrait être des papous ou des lapins que ça n’y changerait rien. Le thème du jeu n’apporte pas grand chose.

Dragon Master, duel tactique de dompteurs de dragons

Gameplay

Une installation des joueurs moins commune que d’habitude (de part et d’autre de l’angle d’une table), une mécanique de jeu très simple (on pose une carte … mais pas n’importe où si l’on ne veut pas perdre trop vite !) et un système de comptage de points qui conditionne à 110% votre manière de jouer. C’est fluide et rapide.

Dragon Master, duel tactique de dompteurs de dragons

Simplicité des règles

Les règles sont très simples à comprendre, accessibles à partir de 8 ans voire moins pour des habitués de stratégie. Dans la règle, il est aussi proposé de faire des parties en trois manches et pour faire le décompte des manches, on demande de prendre des figurines, hors dans ma boîte il n’y en avait pas !

Dragon Master, duel tactique de dompteurs de dragons

Mise en place/rangement

Il n’y a pas de mise en place, seulement une simple distribution de 16 cartes et c’est parti….

Conclusion

Une exceptionnelle simplicité et pourtant une très grande réflexivité. Dans ce jeu très addictif, accessible à tous, les lignes que vous construisez avec vos tuiles, deviendront les ennemis de vos colonnes. Vous n’avez que 8 cartes en mains et peu d’emplacements disponibles. Pourtant, vous réfléchirez à 2, 3, 4, 5 fois avant de choisir une carte et vous réfléchirez à 10 fois avant de trouver l’emplacement idéal. Un soupçon de hasard bien dosé viendra pimenter votre réflexion. Les petites erreurs valent très chères et vous replongent directement dans l’envie de rejouer. Un jeu minimaliste de Reiner Knizia qui ravira les adeptes de stratégie fine mais pas trop complexe.

Testeurs : Fab, Laurent, Jules, Manon, Christophe, Sandrine.

Chronique : Avec la participation active de Fab.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :