Simon Caruso

Aujourd’hui j’ai le plaisir d’interviewer Simon Caruso, illustrateur, notamment, du futur The Loop chez Catch-Up Games, Yogi et Yogi Guru chez Gigamic , Rythm’n’Play chez Facily Jeux, et Cache-Cache Souris (chez Jeux FK))

Tout d’abord, un grand merci d’avoir accepté de répondre à mes questions!

Avec grand plaisir, merci à toi !

Peux tu nous décrire ton parcours?

Mon Parkour est plus esthétique que technique, basé sur l’improvisation et l’adaptation. Mon style n’est pas très académique, mais j’espère apporter un vent de fraîcheur dans le paysage urbain actuel.

Attends, je crois que j’ai mal lu ta question. Donc pour mon parcours : tout petit déjà, je dessinais des dinosaures et des cowboys, et très vite j’ai décidé que j’en ferais mon métier. Sans me douter une seule seconde que c’est un vrai métier. Après avoir eu mon Bac par hasard, je me suis lancé dans des études d’illustration, qui m’ont mené jusqu’à l’excellente école Émile Cohl (Lyon), où j’ai appris à travailler dur et à dormir peu. Quand j’ai eu mon diplôme, ils m’ont foutu dehors en me disant que j’avais pas le droit de revenir, parce que le cursus était terminé, alors je suis rentré chez moi et je me suis lancé en freelance. Depuis 12 ans, je travaille avec plein de gens différents dans plein de domaines différents, et c’est passionnant ! J’arrêterai quand j’en aurai marre de boire du café en pyjama toute la journée.

Tu fais beaucoup de choses dont l’illustration de jeux semble être une activité minoritaire. Qu’illustre tu d’autre?

C’est très varié ! En fait, je suis parfois illustrateur, parfois graphiste, souvent les deux à la fois, ce qui me permet de créer des visuels pour un peu n’importe quelle utilisation. Je suis un mercenaire de l’image : motion design, caricature, publicité, BD pour l’enseignement supérieur, commandes de particuliers,… J’aime aussi transmettre ma passion à travers des ateliers pédagogiques, pour tous les âges et tous les publics (de la maternelle à la prison). De temps en temps, j’arrive à me dégager un peu de temps pour mener des projets personnels, souvent des posters alternatifs (je suis un mordu de cinéma) pour des artbooks ou des expos pop culture à Londres, Los Angeles ou encore Saint Jean Saint Maurice sur Loire.

Quels sont les points commun et les différences dans le processus de travail entre toutes ces activités?

À part pour le dessin en direct, où il faut être méga réactif et tout de suite trouver la bonne idée, le processus est un peu toujours le même : je réfléchis plus ou moins activement à un projet, tout en travaillant sur les autres boulots plus pressés, et quand c’est le dernier moment, je n’ai plus le temps de me poser des questions inutiles, alors je m’y colle. Après, je fais ma petite cuisine, selon la technique utilisée. Je sais pas toujours exactement où je vais, j’expérimente souvent ! Entre temps, 70% de mes bonnes idées me sont soufflées par ma compagne, je sais pas comment elle fait, elle m’énerve.

Pour les jeux, travaille-tu à l’ancienne ( papier/crayons ) ou utilise-tu l’informatique?

Tout dépend du projet. J’ai souvent fait mes crayonnés au… crayon (y avait pas de piège), pour un aspect final parfois 50% tradi 50% ordi, parfois 100% ordi… Je ne m’interdis rien, et j’aime changer de style et de technique suivant l’inspiration, et ce qui me paraît pertinent pour le projet. Malgré tout, pour travailler sur un jeu, je trouve personnellement plus de souplesse d’utilisation sur informatique (encore plus quand je m’occupe des illustrations ET du graphisme).

J’ai vu que tu faisais de très belles aquarelles, les expose-tu quelque part? Si oui où peut on admirer tes œuvres?

Merci ! Les rares occasions où je dessine juste pour le plaisir de dessiner, c’est lors de séances de modèle vivant, ou de manifestations de peintres (y en a une dans mon village chaque année, le fameux Saint Jean Saint Maurice sur Loire, je ne peux pas ne pas y participer). Quand l’aquarelle est sèche, je range tout ça dans un carton, ou dans un cadre quand quelqu’un l’achète. Pas d’expo prévue pour le moment, peut-être un jour… En attendant, on peut en voir sur mon site caruso-illustration.

Quelles autres techniques de peinture utilise-tu et quelle est celle qui te plait le plus?

J’ai beaucoup pataugé dans la gouache et l’acrylique, mais j’ai jamais été trop copain avec. Et je n’ai jamais mis les mains dans la peinture à l’huile, je suis persuadé que je n’aurai jamais la patience…

Je reste un fan d’aquarelle, c’est la peinture du danger, on n’a pas le droit à l’erreur ! Ce que j’aime, c’est prendre des risques et accepter de jouer avec les heureux accidents qui peuvent se produire. 

The Loop…. un rapport avec la série Tales from the Loop?

Pas encore regardé Tales from the Loop, mais c’est sur ma liste ! Je connaissais le travail de l’illustrateur Simon Stålenhag, j’ai hâte de voir ce qu’ils en ont fait. Pas sûr qu’il y ait un rapport avec The Loop (il faudrait demander aux auteurs, Théo Rivière et Maxime Rambourg). En tout cas, nous aussi on a mis du robot !

Es-tu joueur? Si oui quelle est ton jeu préféré?

Bien sûr que je suis joueur, les jeux de société c’est la vie ! J’aime toutes sortes de jeux, et c’est très difficile d’isoler un jeu préféré, mais s’il faut n’en retenir qu’un : Saint 7 Wonders ! Ça fait réponse facile, dit comme ça, mais c’est vraiment une madeleine de Proust, en plus d’être un excellent jeu. Avec ma compagne, on l’a découvert à sa sortie, au moment où on commençait à se mettre sérieusement au jeu « moderne ». On l’a essayé par hasard, sans savoir ce que c’était, et 7 Wonders nous a définitivement filé le démon du jeu. Depuis, on se donne pour mission de répandre autour de nous la bonne parole du jeu de société (et parfois de lancer des vocations !!!). C’est mon jeu doudou, auquel je ne refuse jamais de jouer. Merci pour tout ça, Antoine Bauza !

Simon Caruso

Pour toi, quel serait un jeu sous-coté?

Je pense qu’on ne parle pas assez de l’excellent , des copains Johan Benvenuto et David Paput (chez Bankiiiz Éditions) ! Facile à comprendre, grosse courbe d’apprentissage. Terriblement fluide, diablement efficace ! J’ai suivi le projet depuis les premiers protos de Jo, j’étais fan du concept ! Ensuite, le jeu a énormément évolué, je trouve qu’ils ont fait un boulot formidable, mis en valeur par les super illustrations de Sylvain Aublin. Une fois le jeu sorti, ça a été un gros coup de cœur dès la première partie !

Simon Caruso

As-tu un scoop à nous lâcher?

Côté ludique, c’est pas vraiment un scoop, car on commence à en parler par-ci par-là : je termine actuellement les illustrations et le graphisme de The Loop, de Théo Rivière et Maxime Rambourg (chez Catch Up Games) qui sortira normalement en fin d’année. C’est un card driven coopératif où on poursuit à travers les âges un Docteur Foo et ses méchants clones, avant qu’il ne fasse tout péter avec des failles temporelles, des vortex,… Pas facile, mais vraiment trop cool ! On a tous énormément bossé pour proposer un truc aux petits oignons. C’était un projet vraiment chouette, autant pour mon côté illustrateur que pour mon côté joueur !

Sinon, j’ai participé à un bouquin qui sortira début septembre : Underexposed ! The 50 greatest movies never made, de Joshua Hull (chez Abrams Books). On est 50 illustrateurs à avoir imaginé l’affiche d’un film qui s’est perdu dans les méandres du « development hell » hollywoodien… Tout un programme ! J’ai illustré un film génial dont j’ai pu lire le script, à chialer de rire, je regrette tellement qu’il n’existe pas !

Simon Caruso

Pour continuer cette interview, je te propose de sortir le jeu “Questions de merde”. 

Je tire 3 cartes, prêt?

Non.

Voici les questions de la première carte:

Que fais tu pour ne pas être un touriste comme les autres?

Je lève bien haut un petit drapeau coloré et je me fais passer pour un guide auprès des autres touristes. J’organise des visites gratuites dans des musées où je raconte que des bêtises.

Si tes rêves devaient tous avoir lieu dans un même endroit, lequel serait-il?

Dans ma tête. Dans la tête de quelqu’un d’autre, ce serait pas pratique parce que si j’ai besoin d’un rêve en particulier, et que la personne est pas là, qu’il faut que je l’appelle, que j’attende qu’elle vienne,… Non, c’est chiant.

Sur quel sujet as-tu toujours raison?

Oui.

Voici les questions de la deuxième carte:

Que fais tu quand tu as le blues?

J’écoute Queen, le meilleur groupe de rock de tous les temps. L’album Sheer Heart Attack, ou alors News of the world.

Si tu avais le pouvoir de décider de la fin du monde, que se passerait-il?

Si j’avais ce pouvoir, je diffuserais, en boucle, à l’intérieur de la tête de chaque personne (comme ça impossible de ne pas entendre) une chanson de Rick Astley : Never gonna give you up, Never gonna let you down, Never gonna run around and desert you, Never gonna make you cry, Never gonna say goodbye, Never gonna tell a lie and hurt you.

Comment ferais-tu pour t’évader de prison?

Facile. Je remporte les appels d’offres pour tout ce qu’il y a à fabriquer dans la prison, j’étudie les plans pendant des années, je deviens champion d’origami, je me fais arrêter pour un braquage bidon, je suis transféré dans la même prison que mon frère condamné à tort et BIM ! En fait j’avais tous les plans de la prison tatoués dans le dos. J’ai pas le temps, mon esprit glisse ailleurs.

Voici les questions de la troisième carte:

Quel défaut aimerais tu changer chez toi?

J’aimerais ne pas avoir besoin de dormir. Ou alors ne pas avoir besoin de café. Ou alors ne pas avoir besoin de dormir.

Quel genre de poster accrocherais-tu dans les toilettes?

J’ai longtemps eu dans mes toilettes le poster de Twin It, de Tom Vuarchex (chez Cocktail Games).

Simon Caruso

Quel est l’accident domestique le plus terrible?

Choper des hémorroïdes en restant assis devant le poster de Twin It, de Tom Vuarchex (chez Cocktail Games).

Question bonus: qui aimerais tu que j’interviewe après toi et quelle question souhaiterais tu lui poser?

Après des auteurs et des illustrateurs, je me dis que ce serait intéressant de donner la parole à une boutique de jeux, peut-être ? Je passe le relais à Julien « Bagneto » Banier, le boss du magasin Destination Terre de Jeux (Roanne), ma deuxième maison. C’est Julien qui m’a encouragé à montrer mon book à des éditeurs de jeux, c’est de sa faute si j’en suis là. Il faudrait lui demander d’où lui vient son obsession des trains.


Merci infiniment Simon d’avoir répondu à mes questions et on attends The Loop avec impatience!

C’est moi qui te remercie ! À bientôt !

Chers lecteurs, si vous avez aimé les dernières questions de cette interview, vous pouvez les retrouver dans le jeu “Questions de Merde “ chez Le Droit de Perdre.

questions de merde
Simon Caruso

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :