Joraku

Joraku3-4 joueursJorakuIori Tsukinami
Joraku12 ansJoraku Katie WelchNariko
Joraku30 minutes à 1 heureJorakuNuts Publishing
Jorakuplacement, plisJorakuJapon Médiéval
Joraku13€95 chez Joraku
Joraku

Qu’est ce qu’on y fait?

Joraku veut dire, dans l’ancien Japonnais de l’aire Edo,  » aller à Kyoto ». Les joueurs incarnent des Daimyos, seigneurs de guerre locaux, qui marchent vers Kyoto pour protéger l’empereur et le Shogun des autres seigneurs de guerre dits  » voyous « 

Qu’est ce qu’on trouve dans la boite ?

  • 1 carte du Japon (le plateau de jeu)
  • 8 jetons Daimyo (2 de chaque couleur)
  • 40 jetons samouraï (10 de chaque couleur)
  • 6 cartes Daimyo
  • 21 cartes affrontement
  • 1 carte Kachidoki
  • 6 cartes de variante
  • 4 cartes d’aide
  • 1 feuille de règles

Comment on joue ?

Pour installer le jeu, on assemble le plateau. Chaque joueur choisit une couleur et prend tous les pions correspondants. On distribue au hasard à chaque joueur une carte Daimyo et chaque joueur le place dans la partie du plateau correspondante au chiffre de sa carte Daimyo. Celui a qui a le plus gros chiffre prend la carte Kachidoki et devient 1er joueur. Enfin on distribue 5 ou 6 cartes affrontement aux joueurs, selon leur nombre.

Le jeu se joue en 3 manches, décomposées en 3 phases:

Phase de préparation. Chaque joueur regarde les cartes affrontement qu’il a eu, en choisit deux et le passe à son voisin de gauche.

Phase d’escarmouche. En commençant par celui qui a la carte Kachidoki, chaque joueur joue une carte de sa main. Une fois jouée, la carte peut servir à 2 choses:

  • Recruter: le joueur pose de 0 à 3 pions Samouraï dans la région de même numéro que la carte jouée
  • Actions: Le joueur génère autant d’actions que le numéro de la carte et peut s’en servir pour déplacer des pions Samouraï vers Kyoto, le pion Daimyo vers Kyoto, ou tuer des pions Samouraïs qui sont présents dans la région de son Daimyo.

Chaque autre joueur, à tour de rôle fait de même en jouant obligatoirement, si possible une carte de même couleur que le premier joueur. S’il ne peut pas, il peut poser une autre couleur, et peut remporter quand même le pli, même s’il n’a pas joué la bonne couleur. La carte Ninja permet de remporter le pli automatiquement si un 6 a été joué. Par contre, il n’a pas de numéro et permet seulement de recruter, mais on peut le faire où on veut.

Celui qui a posé la carte de plus haute valeur gagne le plie et remporte la carte Kachidoki. Il sera 1er joueur pour la manche suivante. Enfin on score la région de la carte qui a remporté de pli en regardant qui a la majorité dans cette région.

Phase de prestige. Lors de cette phase on va scorer chaque région. On regarde qui a la majorité dans chacune d’elle, le joueur majoritaire remportera un certain nombre de points, le 2ième un peu moins, etc… à 4, le joueur minoritaire ne remportera pas de points.

Notez que les région ne rapportent pas le même nombre de points selon la manche. Plus on se rapproche de Kyoto, et plus les manches avancent, plus les régions proches de la capitale rapportent des points et moins celles qui sont éloignées en rapportent. Ainsi, au début de la partie, les régions 4,5, et 6 sont celles qui rapportent le plus de points, tandis qu’elles ne rapportent plus rien en fin de partie. Cela pousse les joueurs à voyager inlassablement vers Kyoto.

A la fin de la 3ième manche, celui qui a le plus de points gagne.

Notez que des cartes variantes sont incluses dans la boîte pour modifier un peu les règles et renouveler le gameplay.

Est-ce que c’est bien ?

Ce que j’ai ❤️:

  • L’alliance des mécanique de contrôle de territoires et de plis
  • Très stratégique
  • Voler une majorité au dernier moment et rafler tous les points.
  • Le jeu est assez compact….

Ce que j’ai 💔:

  • …. mais la piste de score n’est pas très pratique
  • Les règles sont très mal écrites
Joraku

Design

J’aime bien le design de Joraku. Les dessins sont assez jolis et reprennent bien le thème japonais médiéval. Les 3 couleurs de cartes sont jolies et bien différenciées. Le plateau qui représente la carte du Japon est sobre mais assez joli aussi et on distingue bien les différentes régions.

Le design de la piste de score m’a un peu gêné. Tout d’abord elle est assez petite, mais surtout, la disposition des points  » en serpent  » induit pas mal d’erreurs.

Joraku

Thème

Le thème du Japon médiéval plaira ou pas, c’est une question de goût. Moi il me plait, et le gameplay nous donne l’impression de conduire nos armées au secours de Kyoto. Ceci dit, le jeu aurait tout aussi bien pu être abstrait, ou concerner une autre civilisation.

Malgré tout, le thème n’est pas artificiellement plaqué et s’intègre bien au gameplay.

Joraku

Qualité du matériel

Le matériel est bon. Les cartes sont assez classique pour un jeu à ce prix, les cubes et pions Daimyo sont bien. Nuts a fait le choix d’un jeu très compact, notamment au niveau de la boite, c’est bien, on peut l’emmener partout et cela réduit les coûts.

Joraku

Gameplay

J’aime beaucoup jouer à Joraku. Malgré des règles très simples, il y a une profondeur de gameplay assez impressionnante et inattendue. On essaye de jouer les fortes cartes pour remporter le pli et avoir beaucoup d’actions, mais les cartes faibles permettent de recruter dans des régions proches de Kyoto.

On a que 10 Samouraïs, il va alors falloir les placer correctement et une fois qu’ils sont tous sur le plateau, les cartes faibles perdent de leur intérêt, il va falloir les passer à son voisin ( s’il est dans le même cas ).

Les cartes Ninja sont les seules à pouvoir recruter directement dans Kyoto, mais pour qu’ils soient vraiment efficace, il faut les poser au bon moment, quand un 6 a été joué. J’ai un peu eu l’impression de jouer au Tarot dans cette phase avec les atouts en main. C’est assez agréable.

Déplacer les Samouraïs de case en case vers Kyoto, m’a fait penser à une partie d’Awélé et on doit bien réfléchir à la façon de les répartir ( tout mettre au même endroit pour assurer la majorité ou répartir pour grappiller des points un peu partout ). La stratégie évolue assurément au fil de la partie.

On est sans cesse en train de peser le pour et le contre de chaque action, et ça c’est super!

Joraku

Simplicité des règles

Si les règles sont super simples et s’expliquent rapidement, le feuillet de règles est très mal écrit et il a fallu que je m’y reprenne à 3 fois pour comprendre malgré le fait que j’ai l’habitude de lire et d’expliquer des règles.

Des éléments essentiels comme le départage des égalités ne se trouvent que dans les exemples, la façon de jouer les cartes se trouvent à la fin du livret alors qu’elles aurait été parfaitement à leur place au moment où le feuillet parle de la phase d’affrontement. Bref, on s’y perd.

C’est dommage parce qu’il ne rend pas hommage aux règles qui sont finalement simples, et bien pensées.

Joraku

Mise en place/rangement

Le jeu se sort en se range très rapidement, ça c’est bien!

Conclusion

Joraku est vraiment un bon jeu! Sa petite taille permettra de l’emmener partout. Ce mélange de jeu de pli à la manière d’un Tarot et de contrôle de territoire dont le placement des pions fait penser à l’Awélé est très agréable et donne une profondeur de gameplay très bonne. Je recommande!

Joraku

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :