[Test] It’s a Wonderful World

Coucou les ludopathes! Voici la tant attendue review du jeu It’s a Wonderful World de Frédéric Guérard et Anthony Wolff édité chez La Boite de Jeu.

? 1 à 5
? 14 ans
⏱️ 30 minutes à 1 heure
? Draft
35€90 chez Philibert

Alors celui là je l’attendais de pied ferme! Après une apocalypse, des conglomérats on choisi de reconstruire une civilisation. Les joueurs incarnent chacun un de ces conglomérats, chacun issu d’un continent ( Amérique du nord, Amérique du sud, Asie, Europe, Afrique ).

Un plateau avec les ressources du jeu est placé au centre de la table, un énorme paquet de cartes au dessus. Les cartes représentent les projets à construire que les joueurs vont se drafter à chacun des 4 tours qui constituent la partie.

Chacun va donc piocher 6 cartes et les joueurs vont en choisir une et passer le reste au voisin, et ce 6 fois jusqu’à avoir de nouveau 6 cartes. C’est la mécanique de draft du jeu.

Puis, simultanément, chaque joueur va choisir les cartes à construire qui deviendront des projets, et les cartes à recycler qui produiront une des ressources, que le joueur pourra placer sur un de ses projets.

Enfin, on procède à la phase de production où chaque ressource va être produite dans l’ordre. Les projets terminés peuvent immédiatement produire si la production de leur ressource n’est pas passé.

Il faut donc bien prévoir ses coups à l’avance car un projet qui se termine après la production de sa ressource fait perdre un tour au joueur, soit 1/’ du temps de jeu. 

Les Factions possèdent deux faces: une face qui montre un départ différent pour chaque faction ( face A ) et une face identique entre toutes les factions ( face B ). C’est très intéressant parce que la face B est pour les joueurs experts. Une personne novice au milieu de plein d’expert pourrait joueur avec la face A tandis que les autres jouent avec la face B, ce qui lui permettrait de partir avec un avantage.

J’ai entendu dire que les factions n’étaient pas équilibrées. Je n’ai pas constaté cela, mais si c’était le cas, il suffit de jouer avec la face B pour rendre le jeu symétrique et donc équilibré.

Certains projets rapportent des points, des jetons militaires ou financiers en rapportent d’autre. Celui qui a le plus de points gagnent.

Alors oui, c’est la même mécanique que 7 wonders, mais je trouve le jeu plus fluide, plus rapide, plus tendu. Bref, je le trouve meilleur.

Les dessins sont sublimes, il y a plein de petits détails ironiques.

Ce que j’ai ❤️:

L’enchaînement rapide des tours

Les dessins

L’univers

Ce que j’ai ?:

Rien

Design: 10/10
Qualité du matériel: 8/10
Gameplay: 10/10
Simplicité des règles: 10/10
Note globale: 9,5/10

Franchement mon coup de cœur du Festival de Cannes! J’aurais bien enchaîné plusieurs parties et c’est le seul jeu cette année qui m’a fait cet effet. J’attendais beaucoup de ce jeu, et toutes mes attentes ont été comblées. Si vous aimez le draft, le post apo, les jeux fluides, rapides et facile d’accès, allez y les yeux fermés.

Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. 22 avril 2021

    […] It’s a Wonderful World, Meeple Land, Clash of Rage, Grandbois et en ce moment It’s a Wonderful Kingdom en financement participatif (financé en 20 minutes => le lien içi), et j’en passe ? Ça fait déjà une belle carte de visite pour son auteur Frédéric Guérard (mon oreillette me souffle qu’une petite interview est peut-être prévue sur Undecent prochainement …).Lorsqu’on a appris chez Undécent fin 2020 la sortie de Bellum Magica chez Blue Orange et qu’on avait découvert avec parcimonie les premiers visuels accrocheurs signés Sylvain Aublin, on était impatient de le tester et de vous dire ce qu’il avait dans le ventre. Et nous n’avons pas été déçu : un jeu coloré, pas cher, magnifiquement illustré, fourni en matériel (un gros dé qui sera au cœur de la mécanique de jeu, beaucoup de cartes bien épaisses, 6 beaux plateaux joueurs représentant les Seigneurs Maléfiques, des jetons en carton épais vernis sympas et des ressources en bois toutes mimi, et des inserts ultra pratiques qui servent durant la partie), le tout pour servir une mécanique de tableau building très efficace. Bon stop ! Engine building, bag building, deck building. Et maintenant tableau building ? C’est pas la crise dans le secteur de la construction à ce que je vois. Alors késako cette mécanique de construction de tableau ? Rien d’artistique, c’est simple : construire petit à petit un château résistant à tout – et qui sera la base de vos raids futurs -, en achetant des cartes et en les glissant sous son plateau de jeu, afin d’en cumuler les effets. Simple, efficace. […]

Laisser un commentaire

It's Alive !
Pas de stream pour l'instant
%d blogueurs aiment cette page :